Confinement et adoption : adopter un animal pendant le confinement

Se déplacer pour adopter un animal de compagnie : une démarche autorisée depuis le 16 avril 2020

Depuis le début du confinement, la Société de Protection des Animaux (la SPA), a fait part de son inquiétude en signalant une saturation d’animaux recueillis dans les refuges.

En effet, depuis plusieurs semaines, il n’était plus possible de se déplacer pour adopter un animal de compagnie.

Face à cette situation déplorable et pour éviter une euthanasie massive des animaux en fourrière, la SPA ainsi que plusieurs associations de la protection animale ont adressé une lettre au président de la République, au ministre de l’Intérieur et au ministre de l’Agriculture. Celle-ci était accompagnée de signatures de célébrités sensibles à la cause animale.

Ce cri du cœur a été entendu par le Gouvernement et une tolérance a été accordée concernant les déplacements pour l’adoption des animaux. Ce dispositif entre en vigueur à partir du 16 avril 2020 !

Les règles pour adopter un animal de compagnie

Pour adopter un animal se trouvant dans un refuge, il faudra cependant respecter des règles strictes pour bénéficier de la dérogation.

L’animal devra être choisi préalablement sur le site Internet de la SPA ou d’un refuge indépendant. Vous pourrez alors échanger par téléphone avec un agent animalier qui s’assurera de votre bonne volonté à adopter et si l’animal convient à votre mode de vie. Il vous mentionnera également les justificatifs à fournir ainsi que le montant de participation à l’adoption qui varie selon l’animal.

Ensuite, un rendez-vous précis sera fixé et le refuge émettra une attestation dématérialisée avec l’horaire du rendez-vous. Le propriétaire du futur animal devra venir seul et être muni de l’attestation du refuge animalier ainsi que de l’attestation de déplacement dérogatoire pour motif familial impérieux.

L’adoption, une démarche responsable

Il est important de rappeler que l’adoption est une décision importante et un acte dûment réfléchi. L’adoption ne doit pas être prise sur un coup de tête ! Un animal est un être vivant doué de sensibilité et apporte de grandes responsabilités. Il faut savoir que ce compagnon à quatre pattes vous accompagnera pendant une partie de votre vie.

Faire le mauvais choix aura des répercussions sévères sur l’animal, alors, ne vous précipitez pas ! Choisissez un animal en fonction de votre style de vie, votre tempérament, votre rythme de vie et surtout votre emploi du temps. Tous les animaux des refuges attendent une famille pour la vie. Pour cet animal, vous deviendrez tout pour lui. Il est nécessaire de prendre cette démarche au sérieux et d’opter pour une adoption responsable pour le bien-être de l’animal.

COVID 19 : adopter un animal de compagnie pendant le confinement
Confinement avec son chien : quelles précautions prendre

Alors que la pandémie de coronavirus continue de se développer, Assur O’Poil continue de s’engager en priorité sur la santé et la sécurité des animaux de compagnie et de leurs propriétaires. C’est pourquoi nous suivons de près les développements liés au COVID-19.

Mon animal de compagnie peut-il contracter le coronavirus ?

Selon le centre Mondial de la santé, la maladie se transmet aux humains par contact de personne à personne. En France, aucun animal de compagnie n’est tombé malade ou n’a propagé le coronavirus. De même, l’Organisation mondiale de la santé a déclaré qu’il n’y avait aucune preuve que des chiens ou des chats soient tombés malades avec ce virus particulier.

Malgré tout, alors que cette crise sanitaire continue, il est du devoir de tous de prévenir les risques de transmissions de la maladie. 

Lavez-vous les mains

Bien qu’il n’y ait aucune preuve actuelle suggérant que le coronavirus puisse être transmis à des chiens de compagnie, c’est toujours une bonne idée de suivre les pratiques d’hygiène de base autour des animaux. Cela comprend le lavage minutieux des mains tout au long de la journée et avant et après un contact direct avec vos chiens, leur nourriture ou leurs accessoires (collier, laisse, harnais, gamelle d’eau et de nourriture).

Laver régulièrement ses mains avec de l’eau et du savon est la première barrière face à cette bactérie. Un simple savon fera l’affaire, donc pas d’inquiétude si vous ne possédez pas de gel hydro-alcoolique. 

Restez chez vous

La phrase clé du moment “Restez chez vous” prend tout son sens, puisqu’en sortant en extérieur vous multipliez les chances de contracter le virus. Mais, il faut pourtant assurer la sortie de Médor, surtout pour ceux qui ne possèdent pas de jardin. 

En revanche, pas besoin de faire des grandes balades. On vous le déconseille fortement pour plusieurs raisons. La première est que pour suivre la loi, il ne faut pas s’éloigner à plus d’un kilomètre de son domicile. La seconde est que vous prenez des risques à l’heure où beaucoup de personnes décèdent de cette maladie.

Il est donc préférable, qu’une fois que votre chien a fait ces besoins, de rentrer chez vous. C’est peut-être frustrant pour vous deux, mais cela reste le plus prudent. Evitez également les rencontres humaines, mais aussi canine ! Si les chiens ne peuvent être atteint, ils peuvent toutefois se transmettre des gouttelettes contaminées par le covid-19 provenant de leur humain respectif. Qui à leur tour ont une malchance infime de se contaminer en touchant les gouttelettes sur le pelage ou les accessoires (collier, harnais, laisse) de leur chien.

Comment laver son chien ?

En complément, si vous voulez laver votre chien en entier ou ses pattes après la promenade, il est indispensable de rappeler que seuls les produits adaptés aux animaux sont acceptables.

En effet, les vétérinaires sont confrontés à un pic de consultations pour chiens car leurs coussinets seraient brûlés, car les propriétaires ont eu la mauvaise idée de les désinfecter avec des détergents complètement inadaptés, comme de la javel (interdite même si diluée). C’est dangereux pour le chien. Dans la même optique ne surtout pas laver son chien avec du gel hydro-alcoolique.

Si vous souhaitez laver votre chien de manière succincte ou entier, vous devez vous procurer des produits adaptés aux chiens de compagnie. Il existe aussi des sprays lavant sans rinçage. Vous pouvez également laver votre chien avec des lingettes nettoyantes pour chien ou encore utiliser simplement du savon de Marseille et de l’eau. C’est le seul et unique moyen de faire un nettoyage efficace pour vous deux tout en préservant la santé de votre animal.

De plus, rappelez-vous que laver son chien tous les jours abîme son poil et détériore sa peau, même avec des produits spécifiques. Cela prive le chien de son sébum qui le protège naturellement des agressions extérieures. Pour une hygiène normale (sans soins particulier de la peau), les vétérinaires recommandent de laisser quatre à six semaines entre deux nettoyages pour un chien. Il est préférable de demander un avis à un vétérinaire dermatologue si votre chien a des problèmes de peau ou de pertes de poils, car les conseils pourraient être différents.  

Apprenez surtout à faire attention aux lieux de sorties de votre chien et à ne pas laisser les autres personnes ou chiens s’approcher du vôtre en cette période critique. C’est le meilleur moyen de se protéger de ce virus.

Confinement avec son chien : Quelles précautions prendre
Confinement avec son chat : les précautions à prendre

La communauté vétérinaire est elle aussi confrontée à la nouvelle pandémie de coronavirus et la plupart de leurs connaissances pourraient être un soulagement pour les propriétaires d’animaux.

Le COVID-19, une maladie respiratoire qui peut être mortelle pour l’humain. Mais les chiens et les chats domestiques eux-mêmes ne peuvent pas être contaminés ou porteurs. Alors quelle précaution doit-on prendre avec son chat pendant le confinement ?

Mon chat peut-il être contaminé ?

L’Organisation mondiale de la santé rapporte actuellement qu’il n’y a aucune preuve que des animaux de compagnie / animaux de compagnie tels que des chiens ou des chats peuvent être infectés par le nouveau coronavirus. 

On ne pense donc pas que les animaux propagent la maladie. Nous savons que le coronavirus actuel peut se transmettre d’humain à humain via notamment des gouttelettes de transpiration qui seraient éjectées en toussant ou en transpirant. Le risque est très minime, mais il se peut qu’une personne atteinte du coronavirus, puisse laisser tomber ses gouttelettes sur le chat en le caressant par exemple. Si ce chat est en contact avec d’autres humains, ils pourront à leur tour être en contact avec ses gouttelettes, et ainsi se faire infecter. 

Mais, c’est un risque très minime car la plupart des chats ne se laissent pas toucher par des inconnus en extérieur. Ce qui signifie que le chat serait plutôt en contact avec les autres membres de la famille, qui eux seront plus facilement infectés en partageant les mêmes pièces de la maison.

Toutefois, si vous êtes malade du COVID-19, il est alors préférable qu’un membre de la famille en bonne santé prenne soin de votre chat ou, si ce n’est pas possible, la personne infectée doit porter un masque et se laver soigneusement les mains avant et après avoir touchée son chat..

Se laver les mains et laisser le chat à la maison

La façon la plus facile et la plus simple pour vous d’éviter une contamination via la fourrure de votre chat est de ne plus le laisser sortir tant que la quarantaine sera de mise. La formule “Restez chez vous” est aussi valable pour votre chat.

Il vous faut alors vous préparer pour que votre chat se sente le mieux possible pendant ce confinement. Vous devrez l’occuper et vous assurer que sa litière est entièrement propre. Cela permettra également de vous investir d’une autre manière dans votre duo maître-chat.

Il y a des tonnes de façons de s’occuper de son chat et de lui apporter des stimulations physiques comme mentale pendant cette crise sanitaire. Le principal est que tout le monde soit en sécurité. Pensez à garder les mesures d’hygiènes qui conviennent et d’assurer vos gestes barrière comme vous laver les mains, même avec votre chat. Vous limitez ainsi tous les risques.

Comment laver son chat ?

Vous pouvez bien évidemment gérer l’environnement de votre chat. Mais, s’il continue de sortir et que vous souhaitez le laver, il y a des précautions à prendre pour ne pas faire de mal à votre félin.

Bien que vous ne mettriez probablement pas les mots «chat» et «bain» ensemble dans la même phrase (à moins qu’il n’inclue également le mot «jamais!»), c’est parfois une nécessité pour le bien de tous.

Les chats se sentiront généralement plus exposés et inquiets dans une grande baignoire. Une solution simple consiste à utiliser un évier, ce qui rendra votre chat plus en sécurité et sera plus facile à manipuler que dans une baignoire. 

N’utilisez pas de shampooing humain sur votre chat, car il pourrait abîmer sa peau et la dessécher. Dans la même optique, ne surtout pas utiliser de javel, de détergent ou bien de gel hydro-alcoolique. Cela pourrait conduire à la mort de l’animal ou bien à des brûlures de la peau très sévères.

Utilisez des shampoings pour chat, des sprays lavant sans rinçage ou bien encore du savon de Marseille et de l’eau. C’est le meilleur moyen de laver votre chat en entier ou juste ses pattes. Sachez que vous ne pouvez pas laver votre chat tous les jours, cela endommage toute son épiderme et le rend plus fragile aux agressions extérieures.

Enfin, si votre chat n’apprécie pas le bain, ne le traumatisez pas. Vous pouvez l’y habituer de manière positive et progressive. Dans tous les cas, ne le fâchez pas s’il ne se laisse pas faire. C’est à vous de lui prouver qu’il peut avoir confiance en vous pendant ce moment. Si vous l’y forcez ou que vous le malmenez verbalement et/ou physiquement, cela risque de le traumatiser et d’altérer la confiance qui vous unie.

Confinement avec son chat: quelles précautions prendre
Occuper son chien : Comment gérer le confinement avec son chien

Alors que la France suit l’Italie et l’Espagne pour imposer un verrouillage face à l’aggravation de la pandémie de coronavirus, les instructions du gouvernement sont simples : rester à la maison. Les sorties doivent être limitées, cependant sortir son chien est possible. Mais, est-ce la seule chose que nous pouvons faire pour les chiens pendant ce confinement ?

Comment occuper son chien ?

C’est la préoccupation de beaucoup de propriétaires en ce moment ! Comment occuper son chien pendant ce confinement ? Bien de manière très simple, si votre chien a l’habitude de vous attendre de nombreuses heures tout seul, lorsque vous partez travailler, il n’aura pas besoin de plus d’occupations que d’habitude.

En effet, apporter d’un coup beaucoup de stimulations à son chien va le fatiguer, mais surtout va l’exciter. De la même façon, si votre chien a l’habitude de faire beaucoup de choses dans la journée, le stimuler encore plus ne va pas arranger vos affaires, à moins de le faire de la bonne façon.

En effet, si vous souhaitez stimuler votre chien pour compenser les sorties ou encore pour trouver une activité à faire avec lui, il va falloir se servir de ses aptitudes naturelles. Voici donc 5 activités que vous pouvez apporter à votre chien :

  • Apprendre des nouveaux tours : lui apprendre à donner la patte ou encore à tourner sur lui-même. Cela renforce la complicité maître-chien, le dépense de façon physique mais aussi mentale. Cela renforce son obéissance et lui apprend à prendre conscience de son corps.
  • Faire des activités masticatoires : mastiquer et mordre sont deux activités naturelles pour le chien. Vous pouvez donc lui proposer des objets à mastiquer et des os à ronger (attention pas d’os cuit). De plus, cela lui permet de garder une bonne hygiène dentaire.
  • Faire des jeux de recherche : le chien possède un flaire incroyable. Servez-vous en ! Cachez-lui des friandises, permettez-lui de chercher sa gamelle ou son jouet préféré. Faites-en une activité stimulante et récompensez-le dès qu’il réussit l’exercice.
  • Construisez des jeux d’occupation. Il existe des tutos sur internet. Cela permet de construire de nouveaux jouets pour le chien et en plus cela permettra de le stimuler. Permettre à son chien d’utiliser ces capacités naturelles est essentiel pour son équilibre.
  • Jouez à cache-cache : Alors mettez votre chien en position d’attente, comme un assis ou tenez-le, s’il ne connaît pas la commande pendant que votre enfant va se cacher. Puis lâchez-le. Votre bambin reste très calme et tranquille pour ne pas révéler sa cachette et lui permettre de la découvrir par lui-même. Au départ, la cachette doit être assez simple afin qu’il le trouve facilement. Mais, dès que votre chien devient plus habile dans ce jeu de cache-cache, votre enfant pourra se dissimuler dans des endroits plus difficiles. Le plus important, donnez à votre chien beaucoup d’éloges quand il réussit.

Les précautions après la balade

Si comme un bon nombre de français vous décidez de continuer les balades extérieures avec votre chien, vous vous devez d’être prudent pour éviter de propager ou d’attraper le virus. Pour ça, pas de secret, il faut continuer à avoir une bonne hygiène. Si votre chien ne peut pas vous contaminer, le virus peut en revanche rester à la surface de son pelage quelques heures, comme il le ferait sur d’autres surfaces (plastiques, métaux, bois, papiers).

Au retour de balade, vous devez avoir plusieurs précautions. Avant de toucher la poignée de votre porte, vous devez déjà retirer les accessoirs de votre chien (harnais, laisse, collier). Avant de le faire rentrer vous pouvez déjà le laver avec des lingettes nettoyantes pour chien ou avec un gant et du savon. Le but n’est pas de le laver en profondeur. 

Si vous êtes obligé de la faire sur le palier à l’intérieur de la maison, ce n’est pas grave. Réservez une zone de nettoyage dans votre entrée. Une fois que vous vous êtes occupé de votre chien, il est temps pour vous de subir le même sort ! Il faut vous lavez les mains avec du savon et de l’eau pendant au moins 20 secondes. Tout objet qui aurait pu être contaminé en extérieur doit être lavé également.

Le virus se transmet de personne à personne par les gouttelettes respiratoires qui se transfert lorsqu’une personne infectée tousse ou éternue. Par conséquent, si votre animal de compagnie est en interaction avec vous et d’autres personnes, il peut y avoir une infime possibilité que l’animal transfère ces gouttelettes contaminées via son pelage ou son collier par exemple.

Adapter son chien au changement

Malgré un confinement forcé, il faut essayer de ne pas trop changer le quotidien du chien. Cela lui évitera un choc, lorsque vous reprendrez le travail. En effet, le risque de ce confinement est de créer un besoin anormal chez le chien de rester en permanence à côté de son maître au point de se sentir très mal si celui-ci n’est plus là.

C’est ce qu’on appelle de l’anxiété de séparation. Si votre chien se trouve dans cette situation, il risque de développer des mauvais comportements comme détruire vos affaires, vocaliser, faires souillures ou même s’auto-mutiler.

Alors, quoique vous fassiez, pensez à l’après confinement. Apprenez à votre chien à s’adapter au changement de manière progressive. Laissez-lui du temps seul. Si vous ne pouvez pas le laisser seul dans une pièce, ne vous occupez pas de lui en permanence. Proposez-lui de s’occuper seul et laissez-le dormir tant qu’il le souhaite.

Occuper son chien pendant le coronavirus
Occuper son chat : Comment bien gérer le confinement avec son chat

C’est un mythe que sortir est une condition du bonheur félin. Jouer régulièrement avec un chat et fournir des jouets divertissants peut facilement satisfaire son instinct de traque, le garder stimulé et fournir l’exercice dont il a besoin pour rester en bonne santé et heureux. Cela protège également la faune locale ! Mais, comment bien s’occuper de son chat pendant le confinement ? Peut-on éviter l’hyper-attachement ? Voici des conseils pour vous aider à gérer le confinement avec un chat. 

Comment occuper son chat ?

Si votre chat a l’habitude de s’occuper seul en journée, vous n’avez alors pas besoin de le stimuler plus. En revanche, vous pouvez en profiter pour enrichir le lien qui vous uni. Voici donc 3 choses que vous pouvez faire pour occuper votre chat :

  • Nourrir son chat autrement. Nourrir son chat est souvent fait de manière basique avec une gamelle. Vous pouvez occuper votre chat en lui mettant une partie de sa ration dans des jouets d’occupation comme des pipolinos (cylindre avec des trous pour laisser tomber l’aliment quand il bouge). Vous pouvez en construire vous même avec des bouteilles vides par exemple. Vous trouverez des tonnes de tutos sur internet, afin de les construire vous-même.
  • Apprenez-lui des tours. Tout comme les chiens, les chats sont très intelligents. Ils peuvent apprendre des tours comme donner la patte, tourner sur eux-mêmes ou encore faire le beau. Certains chats apprennent même à accompagner leurs maîtres en balades et ont du rappel. Réinventez votre chat en lui apprenant donc à faire des choses fun. Vous pourrez ainsi épater la galerie ! Mais en plus, cela apportera sans nul doute, des paillettes à votre relation.
  • Apprenez à votre chat à se faire manipuler. Beaucoup de chats n’aiment pas se faire manipuler. Il est donc temps de faire du médical training pour aider votre chat a accepter les manipulations. Cela consiste à positiver l’approche des mains, des objets et des bruits qui vont survenir lors des soins du chat. Cela peut prendre plusieurs séances avant d’obtenir de belles réussites. Par exemple, vous pouvez apprendre à votre chat à rester calme lorsque vous voulez lui couper les griffes ou les lui limer. Il suffira sur plusieurs séances et de manière progressive de lui apprendre que tous ces outils et ces gestes sont égales à autant de récompenses. 

Éviter l’hyper-attachement ou l’anxiété de séparation

Les chats font de grands compagnons de vie. Ils éloignent les souris et ont des moteurs à ronron intégrés. C’est plutôt cool. Pour autant, comme chez le chien, le chat peut développer un hyper-attachement à son maître, appelé aussi anxiété de séparation. On devrait appeler ça un “mauvais” attachement, dans le sens ou cela le touche moralement au point que le chat se sent très mal dès que son maître s’en va.

Les chats anxieux ou craintifs peuvent dépendre de leur propriétaire pour la sécurité et le réconfort, soit parce que leur environnement ne leur offre pas suffisamment de possibilités pour réguler leur propre état émotionnel, soit parce que le propriétaire est le pilier rassurant du chat. Les chats peuvent également montrer une dépendance accrue à l’égard de leurs propriétaires si la présence de cette personne garantit la sécurité dans un environnement autrement stressant. 

C’est un état de mal être chez le chat, puisqu’en l’absence de son maître le félin ne peut pas manger, boire ou éliminer en toute sécurité. Ces chats sont sujets aux infections urinaire et deviennent très anxieux. Certains chats vont au contraire faire des marquages dans la maison ou évacuer leur énergie sur les murs ou les meubles. Ce n’est en rien une vengeance comme pourrait le penser certains, mais un réel appel à l’aide.

Pour éviter que votre chat soit atteint d’anxiété de séparation, il va falloir le laisser vivre sa vie de son côté et ne pas toujours le stimuler. Evitez d’être toujours sur son dos et ne faites pas de lui un dispensaire à caresses.

Adapter son chat aux changements

Comme pour tous nos animaux de compagnie, le changement peut être parfois très brutal que ce soit pour le confinement ou après le confinement. Evitez donc de trop changer le quotidien de votre chat, surtout s’il est satisfaisant pour lui. 

Si des changements doivent s’opérer, faites le de la manière la plus progressive possible. Vous pouvez utiliser des diffuseurs d’hormones de synthèses qui permettent au chat de se détendre, si vous pensez que votre chat sera sensible au changement. Laissez-lui de quoi se cacher, même si d’habitude il n’en a pas besoin.

N’oubliez pas de surveiller ses urines pour vous assurer qu’elles sont normales. En effet, la plupart du temps vous remarquerez grâce aux urines si votre chat n’est pas trop stressé. Bien que cela peut se produire malgré des urines normales. Au moindre doute, n’hésitez pas à contacter un vétérinaire !

COVID-19 : Comment gérer le confinement avec son chat

Toutes les races de chien Assur O’Poil –
Skye Terrier

fiche-chien-origine-histoire. Histoire et origines

Originaire de l’île écossaise « Skye », le Skye Terrier est certainement l’une des plus anciennes races de ce pays. Autrefois appelé « Terrier of western Isles », il était utilisé comme chien de garde des fermes et comme chasseur de nuisibles. Il conquit au XVIIème siècle la cour d’Angleterre et devient le chouchou de la reine Elisabeth 1er et de la reine Victoria. C’est un chien qui est très peu connu en France.

fiche-chien-caracteres-aptitudes. Caractère et aptitudes

On connait d’avantage le Skye Terrier en tant qu’animal de compagnie : c’est pourtant un chien exclusif, qui n’obéit et n’affectionne que son maître, de manière presque maladive. Il a un fort caractère et reste très méfiant envers les étrangers mais il n’est pas d’un naturel agressif. Sa souplesse et sa vivacité lui permettent également d’être très efficace dans la chasse aux nuisibles.

fiche-chien-caracteristiques-physiques. Caractéristiques physiques

Espérance de vie moyenne : 13 ans.

Poids : entre 10 et 12kg

Taille : entre 24 et 26 cm.

Chien de petite taille, la longueur du Skye Terrier est de deux fois sa hauteur. Puissant et musclé, il a les oreilles dressées. Un poil long recouvre l’ensemble de son corps et de sa tête mais ne l’encombre pas dans ses mouvements. Sa robe varie dans les tons de noir, gris, fauve, crème, toutes avec des extrémités noires.

fiche-chien-sante-soin. Santé et soin

Le Skye Terrier est très résistant et ne souffre pas de problèmes particuliers. Un brossage régulier plus permet de garder un poil brillant.

Skye Terrier  : Race de chien

Coronavirus : Les chiens et chats peuvent-ils transmettre le covid-19

COVID-19 et animaux : quels dangers ?

Beaucoup d’animaux pâtissent en ce moment même de la pandémie. En effet, leurs propriétaires de peur panique de se faire infecter par leurs animaux, décident de les abandonner. Alors, le covid 19 chez le chien est-il un mythe ou une réalité ?

Que sont les coronavirus ?

Les coronavirus sont un groupe de virus qui peuvent provoquer une série de symptômes, notamment un nez qui coule, une toux, un mal de gorge et de la fièvre. Certains sont légers, comme le rhume, tandis que d’autres sont plus susceptibles de conduire à une pneumonie. Ils se propagent généralement par contact direct avec une personne infectée.

Existe-t-il des coronavirus chez les animaux ?

Les coronavirus sont communs à plusieurs espèces d’animaux domestiques et sauvages, notamment les bovins, les chevaux, les chiens, les chats, les furets, les chameaux, les chauves-souris et autres.

Ce coronavirus s’est-il propagé des animaux aux humains ?

Bien qu’ils ne soient pas courants, les coronavirus peuvent être transmis des animaux aux humains. Les chauves-souris peuvent être des hôtes réservoirs de virus qui peuvent traverser les barrières d’espèces pour infecter les humains et d’autres mammifères domestiques et sauvages.

Mais, ce qui propage le virus n’est pas l’animal, mais la technologie et la vie de l’humain.

Des enquêtes sont toujours en cours concernant le nouveau coronavirus 2019 (2019-nCOV), maintenant connu officiellement sous le nom de COVID-19 ou Corona Virus Disease.

Mon animal est-il menacé par le coronavirus COVID-19, ou mon animal va -t-il m’infecter ?

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, rien n’indique que des chiens ou des chats soient tombés malades de ce virus ou deviendront une source d’infection au COVID-19 chez d’autres animaux ou humains.

Fin février 2020, les autorités de Hong Kong ont mis un chien en quarantaine après que des échantillons de la cavité nasale et de la bouche du chien aient été testés « faiblement positifs » pour le virus. Le propriétaire du chien avait testé positif pour COVID-19. Le chien n’a montré aucun signe de maladie. Les autorités estiment qu’il s’agit d’un cas de transmission de l’homme à l’animal, mais soulignent que ce n’est pas un motif d’alarme.

Il est important de se rappeler que les virus peuvent parfois infecter une espèce mais ne pas provoquer de maladie chez cette espèce, ni devenir transmissibles à d’autres. Encore une fois, on ne croit pas que les animaux de compagnie tels que les chats ou les chiens peuvent transmettre le COVID-19 aux humains.

Si vous avez le COVID-19, vous devez limiter votre contact avec les animaux domestiques et les autres animaux, tout comme vous le feriez avec d’autres personnes. Dans la mesure du possible, demandez à un autre membre de votre famille de prendre soin de vos animaux pendant que vous êtes malade. Si vous devez prendre soin de votre animal de compagnie ou être à proximité d’animaux pendant que vous êtes malade, lavez-vous les mains avant et après avoir interagi avec des animaux de compagnie et portez un masque.

Dans le cadre de la santé de tous les jours, c’est toujours une bonne idée de se laver les mains avec du savon et de l’eau après un contact avec des animaux pour éviter la transmission d’agents pathogènes plus courants, comme E.coli et Salmonella.

Comment ce virus se propage-t-il ?

 Selon l’OMS le virus se propagerait principalement de personne à personne :

  • Entre des personnes qui sont en contact étroit les unes avec les autres.
  • Via une personne infectée qui tousse ou éternue.
  • Il est possible qu’une personne contracte le COVID-19 en touchant quelque chose infecté par le virus, puis en se touchant tout simplement une partie du corps (yeux, bouche, etc).

Quelle est la meilleure façon de me protéger et de protéger ma famille (humaine et animale ) contre le COVID-19 ?

Les mesures pratiques pour vous protéger et protéger votre famille comprennent :

  • Lavez-vous souvent les mains. Vous pouvez utiliser du savon, une solution hydro alcoolique ou bien de l’eau mélangée à une pointe d’eau de javel.
  • Évitez de toucher vos yeux, votre nez et votre bouche avec des mains non lavées.
  • Ne plus avoir de contacts avec des personnes malades.
  • Restez vous même à la maison lorsque vous êtes malade.
  • Nettoyez et désinfectez les objets et les surfaces fréquemment touchées.
  • Gardez le plus d’espace entre vous et les autres personnes.
  • Les vaccins de votre animal doivent être à jour. Si ce n’est pas le cas, consultez votre vétérinaire.
  • Si vous êtes malade et que votre animal a besoin de soins vétérinaires, veuillez d’abord appeler votre vétérinaire ou une clinique d’urgence. Ils peuvent être en mesure de s’adapter à votre situation. Ils peuvent également avoir d’autres options pour vous, comme la télémédecine, afin que votre animal puisse recevoir les soins nécessaires pendant cette période.

Coronavirus et abandon d’animaux

Bien que l’OMS et l’OIE (Organisation mondiale de la santé animale) s’accordent pour dire qu’aucun élément ne permet de penser que les animaux de compagnie sont impliqués dans la circulation du virus. De nombreuses rumeurs infondées circulent sur le web. Conséquences, beaucoup de propriétaires abandonnent lâchement leur animal, persuadés que ce dernier représente un risque potentiel de transmission du covid-19.


Assur O’Poil appelle donc à la responsabilité des propriétaires d’animaux de compagnie. Merci de ne pas relayer les rumeurs infondées autour du COVID-19 et de nos animaux, qui pourraient avoir des conséquences catastrophiques en terme d’abandon.

Schnauzer Nain

Toutes les races de chien Assur O’Poil – Schnauzer nain

fiche-chien-origine-histoire. Histoire et origines

Le Schnauzer Nain appelé aussi Zwergschnauzer est une race originaire de Bavière en Allemagne qui a été reconnu en 1955. Ce chien fut particulièrement utilisé pour la garde et pour accompagner la police dans les enquêtes à l’étranger. Son nom reprend en fait son museau orné d’une barbe et moustache. Il existe trois tailles de Schnauzer ayant le même aspect, et c’est par la race moyenne que se sont développées les deux autres races.

fiche-chien-caracteres-aptitudes. Caractère et aptitudes

Le Schnauzer Nain est une race de nature affectueuse, fidèle, vive et courageuse. Il dégage une extrême puissance tout en légèreté. Très attachés à leur maître et aux autres personnes de la famille, ils sont sans danger pour les enfants et se méfie des étrangers. Le Schnauzer nain est un chien de compagnie.

fiche-chien-caracteristiques-physiques. Caractéristiques physiques

Espérance de vie moyenne : 15 ans.

Les mâles mesurent jusqu’à 35 cm et pèsent 30 kg.

Les femelles font de 33 cm pour un poids de 30 kg.

Ce chien se présente comme étant résistant et bien grand. Il se présente d’apparence ébouriffée à tête allongée et compacte à structure carrée. Son poil est rêche, résistant, dur et épais. Cette la race a une barbe dure sur le menton et des sourcils broussailleux.
En terme de couleur, le noir et le poivre et sel sont présents chez les trois races ; le noir argenté et le blanc ne se retrouvent que chez le Zwergschnauzer.

fiche-chien-sante-soin. Santé et soin

Le Schnauzer nain possède un poil qui a besoin d’être entretenu et épilé. Chien rustique qui vit longtemps et en bonne santé.

Schnauzer nain : Race de chien

Toutes les races de chien Assur O’Poil – Welsh Corgi Pembroke

fiche-chien-origine-histoire. Histoire et origines

Originaire du Pays de Galles, le Welsh Corgi Pembroke serait issu de croisements entre des chiens autochtones et les chiens des Vikings, type Spitz nordique. D’après les recherches, les premiers spécimens seraient apparus au Xème siècle.
Il existe deux variétés de Welsh Corgi : le Cardigan et le Pembroke, utilisés tout deux comme chiens de berger et de ferme. Jusqu’en 1934, les deux variétés n’étaient pas distinctes.
Pour la petite anecdote, il s’agit de la race favorite de la reine Élisabeth II , qui en a possédé plus d’une trentaine.

fiche-chien-caracteres-aptitudes. Caractère et aptitudes

Le Pembroke est un chien rempli de vivacité et très actif. Utilisé encore aujourd’hui comme chien de berger, il est surnommé le « heeler », le talonneur, à cause de sa façon de pincer son troupeau au jarret. Docile et amical, il est aussi très apprécié en tant que chien de garde de ferme et comme chien de compagnie; il est d’ailleurs le chien préféré de la reine Elisabeth II.

fiche-chien-caracteristiques-physiques. Caractéristiques physiques

Espérance de vie moyenne : 13 ans.

Poids : entre 9 et 12 kg.

Taille : entre 25 et 30 cm.

Le Pembroke est un chien de petite taille, court sur pattes et long, mais très vigoureux. A la différence son homonyme le Cardigan, il est dépourvu de queue. Son poil est mi-long, avec un sous-poil dense. La couleur de sa robe est rouge, fauve, charbonnée, ou noire, avec ou sans panachures blanches.

fiche-chien-sante-soin. Santé et soin

Malgré des fonctions plutôt physiques, la petite taille du Cardigan peut parfois le fragiliser au niveau de la colonne vertébrale, attention au surpoids qui pourrait accentuer cette fragilité.

Welsh Corgi Pembroke : Race de chien

Faire reproduire son chien : que dit la legislation

Faire reproduire son chien : Bon nombre de propriétaires aimeraient faire reproduire leur chien, ne serait-ce que pour garder un des chiots. Pourtant, la reproduction ne s’improvise pas. La législation s’est durcie en France depuis quelques années. Alors que dit la loi ?

Faire reproduire son chien : La loi du 1er Janvier 2016

La reproduction chez le chien n’est pas anodine. Pour enrailler le nombre d’abandons en France, une loi a été mis en place, pour toutes les personnes souhaitant faire de la reproduction. Que vous soyez particulier ou éleveur, la reproduction est soumise à différentes règles.

De plus, tous les bénéfices tirés de la première vente, sont soumis à l’impôt sur le revenu. Il est donc obligatoire de faire une déclaration.

Faire reproduire son chien : Pour les éleveurs

La loi relative au commerce et à la protection des animaux de compagnie définit les règles à respecter pour toute cession à titre onéreux d’un chien.

Voici ce qu’elle déclare :

  • Il faut disposer d’un numéro de SIREN. Celui-ci s’obtient après déclaration à la Chambre d’Agriculture. Il permet de garantir la traçabilité du chien, afin d’éviter les trafics. Si l’éleveur n’a pas d’immatriculation, il encourt jusqu’à 7500 euros d’amende.
  • Si l’éleveur ne fait qu’une seule et unique portée par an et que celle-ci est au Livre des Origines Françaises, il n’est pas dans l’obligation d’avoir un numéro de SIREN.
  • Il est obligatoire de se déclarer auprès du préfet du département. Ce n’est pas une obligation pour les éleveurs vendant une seule portée par an, inscrite au L.O.F.
  • Avoir un certificat d’animaux domestiques ou toute autre certification professionnelle liée aux métiers du chien. Les éleveurs qui ne vendent qu’une seule portée L.O.F par an, n’y sont pas obligés.
  • Les locaux accueillant les chiens doivent être conforment aux règles sanitaires. C’est une façon de garantir le bien-être des animaux.

Toutes ses obligations nécessitent donc une bonne organisation, afin de ne pas être amendable.

Faire reproduire son chien : La vente

La loi du 1er Janvier 2016 a également changé les dispositions liées au commerce et la protection de nos chiens de compagnie. Aujourd’hui, la cession d’un animal doit obligatoirement contenir ce qui suit :

  • L’âge du chien
  • Le chien doit être vendu à l’âge légal qui est de 8 semaines
  • Il faut spécifier le nombre de chiots de la portée
  • Doit être écrit l’inscription ou non du chiot au L.O.F (livre des origines françaises) ou tout autre livre généalogique. Cela permet de savoir si le chien est de pure race.
  • La mère doit être identifiée et ce numéro d’identification doit figurer sur l’annonce
  • Le chien vendu doit obligatoirement être identifié par puce électronique ou tatouage
  • Le numéro de SIREN ou le numéro de la portée si elle est L.O.F

De plus, le vendeur doit absolument délivrer les documents suivant à l’acheteur :

  • Une attestation de cession, de vente du chien
  • Un certificat vétérinaire de bonne santé, pour éviter les vices rédhibitoires à la vente
  • Un certificat d’identification de l’animal pour éviter les trafics
  • Un document d’information sur les besoins du chien, afin d’aider les futurs propriétaires à soigner leur animal.

Céder un animal à titre gratuit

Un particulier donnant à titre gratuit son chien n’a pas les mêmes obligations qu’un éleveur. Pourtant, il doit tout de même respecter certaines règles comme :

  • Il est soumis aux règles liées à la vente d’un animal en spécifiant clairement qu’il est donné gratuitement. 
  • Il doit fournir une attestation de cession du chien
  • Le chien donné doit avoir atteint l’âge légal de 8 semaines
  • Il doit être identifié
  • Avoir un certificat de bonne santé

La reproduction et la vente de chien doit donc avant tout être une réflexion.

assurer son chat
1 2 3 4 59

Rechercher

+