Mon chien devient aveugle, vivre avec un chien aveugle

Mon chien devient aveugle

Il n’est jamais plaisant de penser, et encore moins de constater, que son chien vieillisse. Pourtant, l’âge les affecte autant que les humains. Tous les sens faiblissent, y compris la vue, qui devient de plus en plus fragile. Si votre chien devient, ou est déjà aveugle, il existe des solutions pratiques qui lui permettront de continuer à apprécier la vie sans se cogner constamment aux meubles. De nombreux chiens peuvent devenir aveugles, et/ou sourds, avec l’âge, et c’est à nous de les réconforter. Voici quelques conseils afin de mieux gérer le nouvel handicap de votre meilleur ami.

Être aveugle n’est pas une fatalité

Il est évident que la perte d’un sens telle que la vue est un handicap important, mais il ne faut cependant pas désespérer, il est totalement possible pour un chien de vivre aveugle et heureux. N’oubliez pas qu’il possède 5 sens au total, et qu’il y a donc encore 4 autres qui sont prêts à prendre le relais. Son ouïe, son toucher, et surtout son odorat, lui permettront de combler le manque visuel qui vient le frapper. L’odorat est en quelque sort le troisième œil du chien, il lui permet de vivre confortablement et d’interagir avec le monde de manière complète. Le fait de renifler lui permet de localiser géographiquement où sont les objets et personnes qui l’entourent, tout en analysant les éléments étrangers qui apparaîtront devant lui.

Privilégier la sécurité

Si l’on a tendance à considérer les chiens comme ayant un intellect proche d’un enfant, il faut bien comprendre qu’un chien aveugle va demander autant d’attention qu’un bébé. Prenons l’exemple des escaliers. Si votre chien a normalement accès à des escaliers lorsqu’il est voyant, s’il devient aveugle, ces mêmes escaliers deviennent un réel danger. Dans ces cas-là, il est bon d’opter pour l’installation d’une barrière pour bébé. Pas très chère et facilement mobile, la barrière empêchera votre animal de dévaler les escaliers. Il en sera de même avec les piscines, qui deviendront de vrais pièges à chien aveugle. Prenez soin de cacher tous les objets coupants, et de recouvrir les coins de meubles pointus avec de la mousse, ou d’autres installations spécifiquement conçues à cet effet. Si son odorat pourra l’aider pendant ses déplacements, il peut toujours se cogner ici et là, il ne pourra pas forcément tout éviter ! Il est bon de ne pas lâcher la laisse dans un endroit qui n’est pas clôturé, et de préférence familier. Attention cependant, il ne faut pas le surprotéger. Il faut qu’il puisse courir et se dépenser physiquement.

Créer un espace privilégié

Votre chien sera sensible à chaque déplacement de meuble, pour des raisons évidentes. Il convient alors de les éviter au maximum, ou alors de créer un ou deux espaces qui resteront toujours dans la même configuration au fil des années. Afin que votre chien puisse trouver facilement ce dont il a besoin au quotidien, vous allez devoir lui créer un espace privilégié. Cela comprend surtout sa gamelle d’eau et sa nourriture. En complément, il en sera de même pour sa niche, son lit, ou un autre endroit où il se repose généralement. N’oubliez pas de laisser un ou deux jouets à sa disposition à tout moment.

Créer des repères

Rappelez-vous, le chien possède d’autres sens qui vont l’aider à se repérer dans la maison, parmi lesquels vous pouvez compter l’odorat et le toucher. Dès lors, vous pouvez l’aider dans son repérage, par exemple en posant un grand tapis dans une pièce. Le chien reconnaîtra la surface et saura dans quelle pièce il se trouve. Cela marche également avec les désodorisants d’ambiance. Il existe des produits automatiques, qui relâcheront un spray toutes les x minutes. En posant une senteur différente dans chaque pièce, vous créerez un réel chemin odorant pour votre animal.

Mettre la main à la patte

A ses débuts, il peut être intéressant d’aider le chien aveugle à se nourrir, par exemple. Vous n’avez pas à insérer la nourriture directement dans sa gueule, cela serait ridicule. Il peut cependant être intéressant de l’amener vers sa gamelle et de poser son menton contre le bord du récipient. Cela est surtout vrai à ses débuts. Au bout de quelques jours, il comprendra quelle est l’utilité d’un tel exercice et le fera de lui-même. Il se dirigera tout seul vers son bol et mangera sans aucune aide, sous la condition que vous ne bougiez pas son écuelle, évidemment. Vous pouvez réaliser ce genre d’exercice pour d’autres actes quotidiens, comme jouer avec une balle ou se préparer pour une promenade.

Mon chien devient aveugle

Chien sourd : Comment dresser un chien sourd

 

Éduquer son chien : Comment dresser un chien sourd ? 

 

Il peut parfois arriver qu’on adopte un chiot qu’on pense fonctionnel à 100 %, pour ensuite se rendre compte quelques semaines plus tard qu’il aurait un léger problème auditif. Dès lors, comment réussir à éduquer un chien, quand la majorité des exercices de dressage demandent à ce que l’on utilise des repères vocaux comme « assis » et « couché » ? Depuis quelques années, l’éducation des chiens sourds est largement recherchée, et des méthodes simples et efficaces voient le jour régulièrement. Les opportunités pour l’adoption d’un chien sourd sont de plus en plus grandes, et il n’y a pas de raison de renvoyer ces animaux en refuge.

La surdité chez le chien

 

Comme pour les humains, certains bébés chiens sont tout simplement nés sourds, c’est ce qui est appelé la surdité congénitale. Pour les autres chiens, la surdité peut provenir de plusieurs sources, ou causes, telles qu’une infection chronique de l’oreille ou des blessures liées à des médicaments toxiques ou à un âge avancé.
Il existe une petite centaine de races de chiens qui seraient plus enclines à la surdité congénitale que d’autres. Les Dalmatiens, par exemple, ont un degré de risque très important, avec 30 % des chiots qui naissent sourds d’une ou deux oreilles. D’autres races concernées par cette maladie sont : le Setter Anglais, le Bouvier Australien, le Chien Léopard Catahoula, le Lévrier Whippet, et le Parson Russell Terrier.
Les scientifiques ne savent pas encore exactement pourquoi ces chiens sont susceptibles de naître sourds, mais il semble évident que la surdité touche avant tout les chiens avec une tête blanche, ou majoritairement blanche. Selon une étude américaine, « Le manque de pigment sur la tête fait que les cellules pigmentées situées dans l’oreille ont du mal à se développer, ou pourraient même être inexistantes. Le manque de cellule pigmentée cause la mort de cellules nerveuses, indispensables dans le bon développement de l’ouïe. » Bizarrement, des chiens blancs comme le Spitz et le Samoyède ne connaissent pas ces problèmes de surdité. Le mystère n’est donc pas entièrement résolu.

Comment savoir si le chien est sourd ?

 

Si vous pensez que votre chien est sourd, il suffit d’effectuer un simple test. Attendez que votre chien soit endormi ou ne vous regarde pas et produisez un son fort derrière lui. Il faut être certain que l’animal ne puisse ni voir votre mouvement, ni ressentir aucune vibration (ce qui exclut le tapement de pied au sol). Essayez ensuite différents types de sons. Utilisez un sifflet, tapez dans vos mains fortement, et frappez sur une batterie. Ces sons sont assez différents pour comprendre les niveaux d’ouïe complexes, et permettra de vérifier si votre chien est sourd, complètement, ou partiellement.
Si vous remarquez que votre chien commence subitement à vous ignorer ou ne vient plus en courant lorsque vous versez ses croquettes dans son bol, il serait intéressant de réaliser ce test, juste pour être sûr que ce n’est pas son ouïe qui est endommagée. Si votre chien ne réagit pas à ces sons et que vous souhaitez réaliser un test plus abouti, pensez à appeler votre vétérinaire, qui pourra proposer différents examens.

Entraîner un chien sourd

 

S’il y a encore quelques années, le dressage d’un chien sourd paraissait impossible, énormément de cynophiles se sont penchés sur la question, et l’éducation d’un tel animal est maintenant aussi simple qu’un autre. La différence principale, c’est qu’il faut laisser de côté les stimulations auditives, pour des raisons évidentes. A la place, comme pour les humains, vous allez utiliser des signes de mains. Vous allez associer chaque action demandée à un signe de main bien clair et distinct. Peu importe quel signe vous allez utiliser, sous peu que vous soyez constant et utilisez toujours le même signe pour la même action.

Il existe un mythe selon lequel, le manque d’ouïe rend un chien plus agressif. En réalité, n’importe quel chien, s’il est stimulé de la mauvaise façon, va vous mordre. C’est le réveil qui peut être le plus difficile pour un chien sourd, il est donc important de réaliser des exercices avec lui dès le plus jeune âge. Réveillez votre chien avec une friandise dans la main, plusieurs fois pendant ses premiers mois, et il associera bientôt ce réveil avec quelque chose de positif. Si vous ne souhaitez pas surprendre votre chien, vous pouvez le réveiller en tapant votre pied au sol ou en donnant un coup sur le lit sur lequel il dort, les vibration le réveilleront doucement. A part cela, il n’y a absolument rien à faire pour adapter votre logement à votre chien.

Chien sourd : Comment éduquer un chien sourd ?

Huiles essentielles pour chien : soigner son animal avec les huiles essentielles chien

Les huiles essentielles pour chien

 

Les huiles essentielles sont largement utilisées en Europe, et comme souvent, lorsqu’un produit nous fait du bien, nous cherchons à savoir s’il est également adapté à nos animaux. C’est votre chance, puisque les huiles essentielles sont également utilisables avec un chien sans aucun problème. Il suffit de savoir laquelle choisir pour quel problème ou solution. Voici quelques informations sur le sujet :

 

Le cas des huiles essentielles

 

Les huiles sont un bon moyen de réaliser un traitement efficace visant à régler de nombreux problèmes chez le chien, des invasions de puces aux vertiges, en passant par l’arthrite. Attention cependant, toutes les huiles essentielles ne sont pas inoffensives pour votre animal, il faut savoir faire le tri et demander l’aide de votre vétérinaire. Le problème survient lorsque vous vous retrouvez devant une étagère d’huiles dans un magasin, il y en a plus d’un millier ! Il est d’ailleurs inutile d’en acheter une centaine, il existe plusieurs qui sont très bonnes à avoir dans tous les cas, et d’autres qui peuvent être utiles ici et là. Il faut adapter vos achats aux problèmes de votre chien.

 

Quelques conseils d’achat

 

Si l’aromathérapie n’est pas un terrain sur lequel vous êtes à l’aise, le nombre d’huiles ne sera pas votre unique problème, il faudra également savoir lesquelles sont meilleures que les autres. Des huiles pures à 100% seront beaucoup plus efficaces, mais seront aussi plus chères. Il faut avoir cette volonté d’acheter un produit cher, puisque les huiles les moins coûteuses sont souvent altérées avec d’autres produits et pourraient être dangereuses. Il faut d’ailleurs éviter les produits trouvables en supermarché.
Il faut privilégier les huiles en bouteilles en verre de couleur jaune, bleu, ou violette. Il faut également s’assurer que diverses informations sont disponibles sur cette bouteille, ou sur le site du marchand :
♦ Le nom latin de l’huile,
♦ Le nom vernaculaire de l’huile,
♦ La procédure d’extraction,
♦ Le pays d’origine,
♦ La méthode de cultivation (organique, cultivée, cueillie),
♦ Les mots « huile essentielle 100% pure ».

Huiles essentielles de genevrier pour chien

Les meilleures huiles pour les chiens

 

♦ Ombelle de carotte sauve (Daucus carota) : anti-inflammatoire, énergisante, effets antibactériens, Bonne pour les peaux sensibles, sèches, et sujettes aux infections diverses. Peut stimuler et renouveler la régénération des tissus, utile pour la guérison des cicatrices.
♦ Genévrier de Virginie (Juniperus virginiana) : antiseptique, tonifiant, stimulant la circulation sanguine, bonne pour la peau, la dermatite, et d’autres problèmes de peaux comme l’eczéma. Repousse les puces.
♦  Camomille sauvage (Matricaria recutita) : anti-inflammatoire, non toxique, douce et facile à utiliser. Bonne pour les irritations de la peau, les réactions allergiques et les brûlures.
♦ Camomille romaine (Chamaemelum nobile) : anti-spasmodique, analgésique, calmant de nerfs, bon pour adoucir le système nerveux central. Efficace contre les crampes, les douleurs musculaires et les douleurs dentaires. Une huile indispensable !
♦  Sauge sclarée (Salvia sclarea) : calme les nerfs, doux quand utilisée en petite quantité et diluée. Calme le système nerveux central. A éviter avec les chiennes enceintes.
♦  Eucalypstus Radiata (Eucalyptus radiata) : antiviral, anti-inflammatoire, expectorant, efficace pour soulager les congestions de la poitrine. A éviter avec les petits chiens et les chiots.
♦  Géranium d’Égypte (Pelargonium x asperum) : Douce et sûre, anti-fongique. Bonne pour les irritations de la peau et les infections fongiques de l’oreille. Efficace contre les tiques.
♦ Gingembre (Zingiber officinale) : non toxique, non irritante, et sûre utilisée en petite quantité et diluée. Aide à la digestion, bon contre les vertiges, adoucit les douleurs liées à l’arthrite, la dysplasie, et les entorses.
♦ Immortelle d’Italie (Helichrysum italicum) : anti-inflammatoire, analgésique, effets régénérants, thérapeutique. Efficace contre les irritations et les problèmes de peaux, aide à la guérison des bleus et des cicatrices et combat les douleurs.
♦ Lavande vraie (Lavandula angustifolia) : Sûre et douce, anti-bactérienne, efficace contre les démangeaisons, et calme les nerfs. Bonne contre de nombreux problèmes animaliers, comme l’irritation de la peau, un indispensable.
♦ Niaouli (Melaleuca Quinquenervia) : antihistaminique, antibactérien puissant, et moins irritant que l’arbre à thé. Bon contre les irritations de la peau, et les infections causées par des allergies.
♦ Thym à linalol ( Thymus vulgaris ct. Linalool) : combat les douleurs, bon pour l’arthrite et les rhumatismes. Antibactérien, antifongique, antiviral, excellent contre les infections et autres problèmes de peau. Un indispensable.
♦ Menthe poivrée (Mentha x piperita) : antispasmodique, stimule la circulation sanguine, repousse les insectes, bon contre l’arthrite, la dysplasie et les entorses. Marche très bien couplée à du gingembre pour combattre les vertiges. A éviter pour les petits chiens et les chiennes enceintes.

Huiles essentielles pour chien : quels bienfaits sur les animaux ?

Aliments, produits domestiques dangereux pour les chiens

Les objets domestiques dangereux pour les chiens

Un chien, c’est comme un enfant, dès qu’il voit un objet étranger, il ira vers lui, et pourrait bien le mâchouiller ou l’avaler, en fonction de sa taille. Il est alors crucial de ranger tous les produits qui pourraient être toxiques pour lui, et de connaître les symptômes liés à leurs dangers. Voici quelques exemples d’objets qu’il va falloir tenir hors de portée de votre animal.

 

Nourriture humaine toxique

 

♦ Le chocolat :Aliments produits domestiques dangereux chien c’est bien connu, mais il est toujours bon de le rappeler, toutes les sortes de chocolats sont dangereuses pour les chiens ! La caféine contenue dans cet aliment peut causer des crises épileptiques et être mortelle. Le chocolat noir et le chocolat à dessert sont parmi les plus létaux.
♦ Le café : le café est aussi dangereux que le chocolat, dû sa teneur en caféine.
♦ Le raisin : si ce fruit vous paraît être la meilleure des solutions en cas de petite faim, il peut causer des déficiences rénales chez votre chien. Il en est de même pour les raisins secs, évidemment.
♦ Noix de macadamia : Particulièrement toxiques pour les chiens, elles sont facilement oubliées lorsqu’elles se retrouvent dans des cookies, alors attention !
♦ Les oignons : ce légume tue les cellules sanguines de votre chien, causant alors une anémie, qui pourrait aller jusqu’à la mort. La poudre d’oignon retrouvable dans certaines préparations est également toxique.
♦ L’ail : s’il n’est pas aussi dangereux que les oignons, l’ail reste un aliment toxique à grande dose.
♦ L’alcool : ce produit cause les mêmes dommages sur les reins et le foie de votre animal qu’il peut faire sur ceux des humains, mais cause également de l’acidose, pouvant résulter en un arrêt cardiaque.
♦ Les avocats : le cas des avocats est toujours en discussion parmi les cynophiles, mais quoiqu’il en soit, le noyau est un risque trop grand pour même essayer.
♦ Les os de volailles : si crus ils ne représentent qu’un danger réduit, une fois cuits les os risquent de casser et de faire de gros dégâts dans le système digestif de votre chien.
♦ La viande crue : le chien n’est plus un animal sauvage, et il s’est habitué à manger de la viande cuite. La viande crue pourrait causer la salmonelle et d’autres empoisonnements bactériologiques.

 

Produits et nettoyants chimiques dangereux pour chien

 

♦  Insecticides : il est évident que de tels produits sont aussi dangereux pour vous que pour votre chien, cela comprend les pièges à cafards, les liquides anti-escargots, limaces, mouches, etc.
♦ Rodenticide : certains produits utilisent des senteurs sensés attirer les rongeurs, mais ils peuvent également attirer votre chien, et les effets secondaires pourraient bien coûter la vie à votre compagnon.
♦ Produits nettoyants : ils comprennent la javel, les nettoyants de fenêtre, de salles de bain, etc. Vous devez éviter au maximum de les entreposer dans des zones basses, facilement accessibles par votre chien. Rappelez-vous que votre chien est comme un enfant.
♦ Métaux lourds : le plomb et le zinc peuvent être réellement toxiques pour votre animal, et ils sont contenus dans certaines peintures, pièces de monnaie et autres objets qu’il faudra écarter de la gueule de votre chien.
♦ Engrais : ils peuvent être repoussants pour vous, mais votre animal pourrait les renifler et les trouver à son goût. Seulement, ils sont un réel cocktail de phosphore et de nitrogène, qui sont mortellement dangereux pour les chiens.
♦ Détergents : ils causent des ulcères chez votre chien et peuvent être fatals pour lui.

 

Autres produits toxiques

 

♦ Piles : les piles causent des ulcères à la bouche, à la gorge et à l’estomac dus aux acides contenus à l’intérieur.
♦ Petits jouets : plus l’objet est petit, plus il est susceptible d’être avalé par votre animal, et se coincer dans sa gorge. Même les balles non conçues pour votre chien pourraient être fatales.
♦ Plantes : Certaines plantes pourraient attirer votre chien, à cause de leur odeur ou de leur texture. Si vous souhaitez connaître toutes les plantes toxiques pour les chiens, n’hésitez pas à faire un tour sur le site de l’APSANA (Association pour la Promotion de la Santé Animale). Vous pourrez par exemple y retrouver le Gui, l’Hortensia, la Jonquille, etc.
♦ Les médicaments : il est évident que tous les médicaments humains sont dangereux pour les chiens, il faut penser à les ranger le plus haut possible pour éviter une ingestion malencontreuse. Il en est cependant de même pour les médicaments vétérinaires.

Aliments et produits domestiques dangereux chien

Chien qui n'aboie pas, mon chien n'aboie pas

Vivre avec un chien qui n’aboie pas, est-ce normal ?

10 Races de chien aboient peu

Un chien qui n’aboie jamais pourrait être le rêve éveillé d’une personne habitant dans un appartement, mais cela peut également être symptomatique de certains problèmes. Avant de chercher à faire aboyer votre chien, sachez que certaines races sont tout simplement plus silencieuses que d’autres, et que ça peut être normal. Il est cependant important de noter qu’un manque d’aboiements pourrait trahir un état maladif, et qu’il vaut mieux prévenir que guérir et aller voir votre vétérinaire au moindre doute. Renseignez-vous également sur la race de votre chien afin de savoir s’il est plus ou moins susceptible d’aboyer ou non. Si vous possédez un chihuahua qui n’aboie pas, il y a clairement un problème.

 

Des causes médicales

Mon chien n'aboie pas : est-ce normal ? Si votre chien n’aboie pas ou peu, la première étape consiste à déterminer s’il s’agit simplement d’un désintérêt pour l’aboiement, ou s’il essaye vraiment d’aboyer mais que rien ne sort. Si c’est le deuxième cas qui est diagnostiqué, il est fort possible qu’une visite chez le vétérinaire vous aide à déterminer ce qui ne va pas. C’est donc là votre première solution si jamais vous avez un doute.
Si votre chien a toujours été un grand aboyeur, son silence soudain pourrait cacher quelque chose. Si un chien aboie trop souvent, il peut perdre sa voix, comme les humains ! De manière plus grave, certaines maladies peuvent également affecter sa voix, comme les problèmes respiratoires, les vomissements chroniques, les soucis métaboliques et toutes les grosseurs, traumas et lésions proches du larynx et de la trachée.

 

Une personnalité silencieuse

Une majorité de chiens ont la capacité physique d’aboyer, tout comme les humains, mais certains chiens peuvent être plus silencieux que leurs compères. Votre animal préfère peut-être pleurer ou couiner plutôt que de délivrer un aboiement lourd et sonore. D’autres chiens ne trouvent juste pas de raisons suffisantes pour se donner la peine de faire marcher leurs cordes vocales. Quel que soit le cas de votre animal, vous devriez être ravi, puisqu’il n’y a aucun problème avec lui. Certains de nos amis canins sont tout simplement nés avec une personnalité silencieuse et reposante.

 

L’effet « lune de miel »

Si vous venez tout juste d’adopter un chien en provenance d’un refuge, vous pourriez faire face à ce que l’on peut appeler un « effet lune de miel ». Votre chien pourrait contenir ses mauvaises habitudes en lui pour le moment, le temps qu’il s’adapte à son nouvel environnement et à sa nouvelle famille. Puis, plus le temps passe, plus il devient relaxé et reprend sa personnalité vocale normale. C’est alors à ce moment que les maîtres se plaignent des aboiements sonores, ce qui aide définitivement à comprendre pourquoi le chien s’est retrouvé dans un refuge au départ. Vous devez bien comprendre que l’adoption n’est pas un geste vain, il se peut que votre chien sera aboyeur, et vous devez faire avec. Vous pourrez toujours lui apprendre à aboyer moins souvent, mais ça c’est une autre histoire.

 

Un historique difficile

Mon chien n'aboie jamais; race de chien qui n'aboie pas, chihuahuaEncore une fois, si vous adoptez un chien dans un refuge, il existe des problèmes liés aux aboiements. Si vous ne connaissez pas son historique et que vous découvrez qu’il a du mal à aboyer, cela pourrait bien trahir une méthode anti-aboiement. Un chien ayant subi ce traitement peut toujours vocaliser, mais il n’émettra que des sons légers. S’il ne veut pas aboyer du tout, il a pu subir le traitement du collier anti-aboiement. Enfin, de manière extrême, le chien a pu subir des sévices physiques à chaque fois qu’il aboyait, ce qui réduit forcément ses envies. A ce moment-là, vous pourrez suivre, avec du temps et des méthodes douces, une série d’exercices visant à redonner sa voix à votre chien.

 

Une race calme

Tous les chiens n’aboient pas forcément, si certaines races ont été élevées dans le but d’aboyer afin d’avertir le maître d’une menace quelconque, d’autres races n’ont pas reçu ce traitement. Certains chiens souhaiteront plutôt ruminer dans leur coin, ou faire d’autres bruits plus silencieux. Cela ne veut pas forcément dire qu’ils ne feront aucun bruit, mais plutôt que l’aboiement n’est pas leur méthode préférée pour se faire entendre et comprendre. Il faut chérir ce silence.

 

Quelques races de chiens

Parmi les races qui aboient peu nous pouvons trouver :
♦ Le Basenji,
♦ Le Carlin,
♦ Le Lévrier Écossais,
♦ L’Épagneul Japonais,
♦ Le Bouvier Australien.
Parmi les races qui aboient très souvent, nous pouvons trouver :
♦ Le Chihuahua,
♦ Le Terrier Cairn,
♦ Le Berger Allemand,
♦ Le Terrier Écossais,
♦ Le Rottweiler.

Chien qui n'aboie pas : Mon chien n'aboie pas, est-ce normal ?

 

 

Fièvre chez le chien : Mon chien a de la fièvre, que faire ?

 

La fièvre est un symptôme évident de maladie, et si elle a longtemps été synonyme de grave condition, la médecine moderne sait très bien s’en occuper. On sait la déceler, on sait la réduire, et on sait la neutraliser. Tel est également le cas pour nos amis les animaux. Si la fièvre est aujourd’hui facilement traitable, il ne faut pas la négliger, et très vite la traiter, au risque de laisser la situation s’aggraver. C’est bien souvent là que le mal blesse, comment réellement savoir si votre chien a de la fièvre ? Voici quelques informations et conseils sur le sujet.

 

Déceler la fièvre chez le chien

 

Dans le meilleur des mondes, vous prenez la température de votre chien régulièrement. En vérité, nous avons tendance à nous en occuper que lorsque nous pensons que le chien est malade. En soit, ce n’est pas un mal, nous faisons pareil pour notre propre corps. Ce qui est important, en revanche, c’est d’arriver à analyser divers signes qui pourraient nécessiter la prise de température. C’est une évidence, la première étape dans la guérison de votre animal, c’est de connaître ses symptômes.

On admettra qu’une température normale pour un chien se situe entre 37,5°C et 39,2°C. Lorsque le thermomètre affiche 39,7°C, on admet que c’est un signe de fièvre. Le thermomètre est d’ailleurs votre meilleur allié dans ce combat, vous allez devoir l’utiliser à chaque suspicion de fièvre, et cela plusieurs fois sur plusieurs jours. Si votre chien affiche une température normale au petit matin, cela ne veut en aucun cas dire qu’il faille rayer la fièvre des possibilités, la médecine est une science qui demande de nombreux tests. Faites plusieurs analyses, et en cas de doute, vous pouvez toujours demander l’avis de votre vétérinaire.

 

Symptômes

 

Avant d’aller chercher un thermomètre, on a bien souvent besoin de voir des signes extérieurs de maladie. Ainsi, si votre chien affiche un ou plusieurs de ces symptômes, pensez-y :

– Sensation de chaleur corporelle accrue

– Faiblesse, perte d’énergie

– Tremblements

– Perte d’appétit

– Rythme cardiaque accéléré

– Déshydratation, diminution des besoins d’uriner

– Respiration accélérée

– État de choc…

 

Causes de la fièvre chez le chien

 

Mon chien a de la fièvre, que faire ?Les causes d’une fièvre ne sont pas toujours évidentes à déceler, c’est bien pour ça qu’il est important d’avoir l’avis d’un vétérinaire. Si vous remarquez que votre chien affiche une température élevée au moins 4 fois dans une période de 2 semaines, sans qu’une cause logique soit découverte, il faut réellement penser à consulter. Dans la majorité des cas, cependant, il s’agira d’une simple réaction normale face à une menace bactérienne ou virale.

Rappelez-vous que la fièvre est une réponse à une maladie, et non pas une maladie en elle-même. Elle peut donc être bénéfique pour l’animal, elle est sensée l’aider à combattre diverses attaques internes, et permet d’améliorer le système immunitaire du chien. C’est quand une fièvre dure trop longtemps et atteint des températures inquiétantes qu’il va falloir penser à un traitement.

 

Traitements de la fièvre du chien

 

Le vétérinaire devra établir un diagnostique compétent. Les traitements ne seront pas les mêmes si le problème provient d’une infection bactérienne, virale, parasitaire, ou autre. Vous allez devoir fournir le plus d’informations possibles. Est-ce que votre chien a été en contact avec des agents infectieux, a-t-il récemment voyagé, a-t-il ingéré des médicaments, été mordu ou piqué pour des insectes, a reçu des vaccinations, a des allergies connues, etc.

Grâce à ces informations et à un examen corporel détaillé, le vétérinaire sera en mesure de vous proposer une ou plusieurs solutions au problème, s’il en est réellement un. Des analyses de sang et d’urine pourront être réalisées si nécessaires, ainsi que diverses radiographies, afin d’écarter les risques de tumeurs, d’abcès ou d’infections.

Le premier traitement à infliger à votre chien, c’est le repos. Il devra regagner son énergie afin d’éviter l’aggravation des symptômes. Grâce aux médicaments fournis par un vétérinaire, la majorité des chiens retrouvent un état de santé normal au bout de quelques heures, ou quelques jours. Le traitement le plus commun consiste à faire ingurgiter des antibiotiques au chien, si la fièvre est un peu trop tenace.

Fièvre chez le chien : Le suivi à long terme

 

Il n’y a pas forcément de grands secrets pour éviter que votre chien ne tombe malade et attrape une fièvre. Cela a tendance à arriver, et c’est très fréquemment bénin. Il faut cependant bien vous assurer que votre animal se repose assez souvent et suit un régime adapté à son âge et à sa race. Il est normal de constater une perte d’appétit en cas de fièvre, mais il ne faut pas la négliger. Si le problème subsiste sur plusieurs jours, il faudra agir.

 Fièvre chez le chien : Mon chien a de la fièvre

Acupuncture pour chien : y a t-il que des bénéfices ?

 

L’acupuncture nous vient de la médecine chinoise traditionnelle, et est exercée depuis plusieurs millénaires. Elle est principalement utilisée dans la gestion de la douleur, il existerait certains points dans le corps humain qui seraient désensibilisés suite à cette pratique légendaire. Depuis quelques années, l’acupuncture est réalisée sur nos animaux, afin de les soulager lors d’un cancer par exemple. L’exercice est le suivant : un docteur va insérer plusieurs aiguilles sur certains points connus par la médecine chinoise, qui sont bien souvent des intersections de vaisseaux sanguins et des paquets de nerfs. Véritables centres d’énergies, ces points, stimulés par les aiguilles, permettront d’améliorer la circulation sanguine et pourront relâcher de multiples hormones. Le but final, c’est d’aider le corps à corriger ses déséquilibres.

♦ Acupuncture pour chien : Existe-t-il des effets secondaires ?

En soit, l’acupuncture ne fait pas mal, ni aux Hommes, ni aux animaux. Les chiens traités se retrouvent somnolents, relaxés, et acceptent le traitement. Il existe cependant certains cas de chatouillement désagréable ou d’engourdissement chez certains clients humains, il est alors normal de se poser la question pour nos amis les animaux. Certains chiens pourraient trahir un léger inconfort face à la situation. La médecine ne cessant  pas d’évoluer au fil des années, il est aujourd’hui possible d’opter pour l’acupuncture laser, qui devient alors totalement indolore.

Contrairement à plusieurs traitements médicamenteux, il n’existe qu’un très léger risque d’effets secondaires avec l’acupuncture, lorsqu’elle est bien faite. Soyez certain de bien choisir le vétérinaire. Ces séances ne devront être réalisées que par un vétérinaire acupuncteur certifié, de préférence ayant suivi des cours de médecine chinoise. La plupart du temps, les vétérinaires couplent les pratiques traditionnelles aux traitements plus classiques. N’hésitez pas à demander à votre vétérinaire !

 

Est-ce que ça marche  ?

Malheureusement, il n’existe pas, à ce jour, suffisamment d’études indépendantes pour certifier qu’un tel traitement est à 100 % efficace. La pratique n’est donc pas recommandée, mais elle n’est pas non plus rejetée. Le status quo est maintenu. La plupart des preuves trouvées faisant l’apologie de l’acupuncture sont considérées comme n’étant que des anecdotes par le milieu scientifique. La meilleure publicité pour la pratique reste encore les maîtres d’animaux assurant que les séances soulagent leurs compagnons. Il est alors admis que l’acupuncture peut, de façon sûre, réduire les problèmes physiques et psychologiques liés au cancer et à son traitement.

Il n’existe donc pas encore de réponse définitive, mais le nombre de vétérinaires et de maîtres qui incluent l’acupuncture dans leur quotidien ne cesse de grandir. Depuis 2012, ce sont des centaines de nouveaux clients qui demandent que de telles pratiques soient exercées sur leurs animaux. De manière générale, l’acupuncture devient de plus en plus acceptée par la médecine classique. Elle est souvent utilisée comme complément à un traitement initié en amont, afin de réduire la douleur que peuvent entraîner à la fois les maladies, et les traitements. Attention, il est évident que l’acupuncture ne va pas guérir tous les symptômes, mais elle peut très bien marcher lorsqu’elle est prescrite et réalisée par un professionnel.

 

Quels sont les bénéfices ?

Soyez certain de toujours suivre le traitement de près avec un vétérinaire compétent, afin de savoir si la pratique est réellement utile pour votre chien. Si tout se passe bien, les bénéfices comprennent :

La gestion de la douleur est une des raisons principales pour lesquelles il est bon d’opter pour l’acupuncture. Elle est souvent couplée à un traitement médicamenteux plus classique. Lorsque votre chien doit être soumis à des produits puissants, lors d’une chimiothérapie par exemple, il peut ressentir un inconfort physique, pouvant être relaxé par l’acupuncture, et lui permet alors de combattre la maladie de manière plus zen.
Les troubles musculo-squelettiques, tels que l’arthrite, les dysplasies et d’autres blessures nerveuses, répondent plutôt positivement à l’acupuncture. Elle est alors utilisée lors de la rééducation après une blessure importante. S’occuper d’un chien qui récupère d’un accident est important, et en étant soulagé de ses douleurs, le chien pourrait se blesser de nouveau en étant trop actif, surveillez-le ! – See more at: http://www.assuropoil.fr/chien/sante/acupuncture-pour-chien/#sthash.vWgkdqgy.dpuf
Les problèmes de peau, comme certaines allergies, la présence de granulomes ou d’infections, répondent extrêmement bien aux traitements d’acupuncture, puisqu’une bonne circulation sanguine peut aider à la guérison, alors que la gestion de la douleur permet d’éviter des cas de grattements ou de mordillement de la part du chien.

D’autres maladies peuvent nécessiter des séances d’acupuncture, comme les nausées, les problèmes gastro-intestinaux, les diarrhées, et les problèmes respiratoires comme l’asthme et les allergies au pollen.

Acupuncture pour chien : quels bienfaits ?

Mon chien ronfle, que faire ?

 

Il n’est agréable pour personne d’entendre son partenaire ronfler, et cette règle marche également pour les chiens ! Cela peut réveiller toute la maison, y compris parfois le coupable lui-même. Si ces ronflements deviennent un vrai problème médical, au point que tout le monde dans votre logement manque de sommeil, il est conseillé de consulter l’avis d’un vétérinaire. Sachez bien que, si un ronflement peut être analysé comme mignon, il peut aussi cacher une véritable maladie. Si un tel bruit se déclare soudainement chez votre animal, il est recommandé de vérifier son état de santé avant de sauter à des conclusions hâtives.

 

Pourquoi votre chien ronfle-t-il ?

 

♦ Mon chien ronfle, et si c’était un problème naturel

Cause génétique : Certaines races de chiens sont connues pour être sujettes aux ronflements. Cela concerne avant tout les races possédant un crâne large et un museau court, comme les Pékinois, les Carlins, les Terriers de Boston, les Chow-chows, les King Charles Spaniels, les Bulldogs, les Boxers, et les Shih Tzus. Puisque leurs visages sont aplatis, les voies respiratoires le sont également, rendant les solutions immédiates quasi nulles. La plupart du temps, le chien se repositionnera de lui-même pendant son sommeil afin de retrouver plus d’oxygène. Dans certains cas graves, une opération chirurgicale est possible.

Cause Allergène : Comme les humains, les chiens peuvent être sensibles face à certaines allergies. Ils peuvent être affectés par la poussière, le pollen et la fumée. Afin d’éviter que votre animal ne subissent ces attaques, il existe des solutions efficaces. Commencez par nettoyer le lit de votre chien tous les jours, en prenant soin d’enlever la poussière et les poils. Passez régulièrement l’aspirateur sur vos tapis et rideaux. Enfin, promenez votre compagnon tôt le matin, et tard le soir, c’est à ces moments que les taux de pollen sont les plus bas, tout comme le nombre de véhicules sur les routes.

 

♦ Mon chien ronfle, et si c’était un problème extérieur

 

Une obstruction nasale : Votre chien est joueur, il va creuser dans la terre, se rouler dans l’herbe, boire de l’eau extérieure et manger à peu près n’importe quoi. Pendant ces aventures, il n’est pas rare qu’un petit quelque chose se coince dans son nez ou ses voies respiratoires en général. De plus, s’il s’enrhume, le mucus supplémentaire secrété pourrait causer un ronflement. Ce type de problème est passager, il devrait partir une fois les voies nasales dégagées. Dans certaines situation, ce sont des tumeurs ou des kystes qui peuvent obstruer ses voies respiratoires, auquel cas il faudra prévoir une opération.

Des effets secondaires médicamenteux : Certains médicament peuvent faire ronfler les chiens, notamment les sédatifs, les antidouleurs, les antihistaminiques et les relaxants musculaires. Encore une fois, ce problème est temporaire et devrait disparaître après la durée du traitement.

Un surpoids. Tout comme pour les humains, l’obésité peut induire un ronflement plus ou moins sonore. Le surplus de gras peut obstruer certaines cavités, réduire le flux d’air, et donc créer un bruit lors du sommeil. Il faudra alors faire perdre du poids à l’animal, lui faire suivre un régime adapté, et il dormira et vivra beaucoup plus tranquillement.

 

4 conseils pour réduire les ronflements du chien

 

Attention, les produits médicaux fournis pour les humains ne doivent pas être utilisés sur les chiens ! Inutile de poser un petit pansement sur le museau de votre animal, cela le dérangera plus qu’autre chose. D’une manière générale, vous ne pourrez pas, de vous-même, faire arrêter les ronflements. Il existe cependant quelques pratiques qui permettront de réduire ces derniers.

Si votre chien possède un coussin sur lequel reposer sa tête, il aura tendance à naturellement la surélever durant son sommeil. Cela permet d’ouvrir ses voies nasales et donc de réduire les bruits de ronflements.
Si le panier ou le matelas de votre animal est assez long pour qu’il s’affale de toute sa longueur, il n’hésitera pas à le faire. Au contraire, un lit rond l’incitera à accuser une position plus fœtale, ce qui permet, encore une fois, d’étendre les voies respiratoires.
Les ronflements peuvent être créés par l’air ambiant, qui serait alors trop sec et assécherait les voies respiratoires. Un humidificateur, comme son nom l’indique, augmente l’humidité de l’air, et facilite donc la respiration.
Il n’y a pas que l’humidité qui rentre en jeu, tout autre agent allergène peut également être responsable des ronflements, il peut alors être une bonne idée de changer de place à votre chien. Si vous constatez une diminution des ronflements, c’est que c’est un problème environnemental.

Mon chien ronfle, ronflement du chien

 

Température du chat : Conseils pour bien prendre la température de son chat 

 

Afin de prendre soin de son chat, nous pouvons êtres amenés à réaliser de vrais exercices de patience et de contorsionniste. Faire prendre un bain à l’animal est l’exemple parfait, mais la prise de température reste, encore aujourd’hui, une pratique qui est haute dans le classement des exercices les plus éprouvants. Il existe des techniques non-violentes, et il faut à tout prix les utiliser. Brusquer votre chat ne le rendra que plus méfiant. Voici quelques conseils pour la prise de température :

 

♦ Conseils n°1 : Pour prendre la température corporelle de votre chat : Etre PRÉPARÉ

 

Le meilleur moyen d’adopter une technique qui marche, c’est encore d’éviter de se lancer tête baissée dans l’aventure de la prise de température. Préparez le thermomètre en avance, pensez à le secouer s’il est à base de mercure, mais préférez les thermomètres digitaux ! Quel que soit votre produit, il est conseillé de le lubrifier, avec du lubrifiant à base d’eau de préférence. Un thermomètre qui glisse est beaucoup moins stressant pour un chat, et cela réduit les risques d’abrasion, de déchirure ou de perforation.

 

♦ Conseil n°2 : Savoir MANIPULER son chat

 

Tenez votre chat sous le bras comme si son torse était un ballon de foot, la queue pointée vers l’avant. Soyez sûr de faire reposer ses pieds sur une surface solide, comme un comptoir ou une table. Vous réduisez ainsi les risques de griffures. Si vous en avez l’occasion, il est recommandé d’obtenir l’aide d’un ami, certains chats auront tendance à essayer de s’échapper de votre emprise, et une autre paire de mains ne sera pas de trop. A deux, veillez à ce que le chat soit dans la meilleure position possible pour une insertion de thermomètre facile.

Si l’un de vous peut attraper la peau qui se trouve sur la nuque de votre chat, c’est un plus. Cet endroit est connu pour relaxer le chat, à la limite de la paralysie (c’est là que la mère mord le chaton pour le transporter). Vous pourrez alors insérer le thermomètre dans le rectum du félin, en veillant à ce qu’il soit bien droit, à 90°, et qu’il ne s’enfonce pas plus de 2,50 centimètres. Évitez de faire bouger l’objet ou de le faire rentrer à un angle différent, cela pourrait causer un inconfort, voire même une douleur. Tenez le thermomètre pendant environ 2 minutes, et s’il est digital, il devrait sonner et afficher la température de votre chat. Il est important de bien tenir votre animal durant cette étape, il pourrait essayer de bouger, de griffer, ou de mordre. Faites de votre mieux afin qu’il reste immobile, cela permettra à la fois de ne pas vous faire attaquer, mais également de ne pas faire mal à votre chat.

 

♦ Temperature du chat : A quel moment les résultats deviennent inquiétants ?

 

Il ne reste plus qu’à lire le résultat. Une température d’environ 38,55°C est idéale pour un chat, mais elle peut monter jusqu’à 39,17°C sans que cela soit inquiétant. Si 39°C n’est pas en soit un signe de mauvaise santé chez un chat, il faut savoir qu’arrivé à 40°C il va falloir consulter l’avis d’un vétérinaire. De même, si sa température baisse jusqu’à 37,22°C. Cependant, si la température de votre chat dépasse les 39,40°C et qu’il agit étrangement, il vaudrait mieux consulter votre vétérinaire, il vaut mieux prévenir que guérir. Dans la majorité des cas, les chats arrivent à surmonter leurs fièvres tous seuls, mais il est toujours bon de faire vérifier la santé de son animal par un professionnel. Si votre chat est malade durant plusieurs jours ou si vous suspectez qu’il puisse être victime d’une maladie chronique, il est réellement important que vous consultiez l’avis d’un vétérinaire.

 

Conseils supplémentaires

 

Δ Si vous souhaitez utiliser un thermomètre qui s’insère par l’oreille, il faut bien veiller à prendre un produit spécifiquement créé pour le chat. Ils ont un bras plus long, ce qui permet d’atteindre plus facilement le canal auditif de l’animal. Vous pourrez en trouver en pharmacie animale ou chez votre vétérinaire. De manière générale, ces thermomètres sont moins efficaces que les produits anaux. Pour les chats les plus remuants, il peut cependant être une bonne idée d’investir dans un tel thermomètre.

Δ Il faut penser à laver votre thermomètre après chaque utilisation. Utilisez de l’eau chaude savonneuse, ou frottez l’appareil avec un peu d’alcool. Il faut qu’il soit bien stérilisé avant de le remettre dans son étui. Afin d’être le plus hygiénique possible, il est recommandé de porter des gants et de ne pas laisser le chat jouer avec le thermomètre. Enfin, si l’exercice ne vous plaît pas, votre vétérinaire pourra le faire pour vous.

Temperature du chat : Comment prendre la temperature de son chat ?

 

Eduquer son chien : 3 ordres simples à apprendre à un chien

 Comment bien eduquer son chien ? 

 

Lorsque vous entamez l’éducation de votre animal, il est important de bien comprendre qu’il va réagir comme un enfant. Si vous essayez de lui apprendre une trentaine d’exercices à la fois, il sera totalement perdu et ne saura plus quoi faire. Il faut alors bien choisir ce que vous voulez lui apprendre et commencer son dressage, un ordre à la fois. Il faut profiter de ces sessions de dressage pour créer un véritable lien avec votre compagnon. Bien qu’il soit important d’être strict, n’hésitez pas à faire plaisir à votre chien durant le procédé. Voici 3 ordres qui sont vitaux dans l’éducation d’un chien, tout en étant simples à les lui faire apprendre.

 

♦ Apprendre à son chien son nom

 

Un prénom, c’est avant tout un moyen de faire comprendre à l’autre qu’on désire son attention, puisque la nôtre est tournée vers lui. Avec un chien, comme avec un enfant, il va falloir lui faire comprendre que les sons qui sortent de votre bouche doivent l’interpeller. Le premier problème qui se pose, c’est l’attention de l’animal. Pour qu’il puisse reconnaître son nom, faut-il encore qu’il prête attention à ce que vous dites. Commencez donc par des sons plus simples, comme un petit sifflement, ou un bruit de bouche, ou encore un petit mot comme « hey ». S’il réagit à ce son et vient vers vous, vous pouvez le récompenser avec une friandise, il comprendra alors que c’est son attention vers vous qui est positive. C’est la première étape, très simple, mais maintenant vous devez le faire réagir à l’énonciation de son prénom.

 

Vous répéterez alors le même exercice, cette fois-ci en ajoutant à votre son, son prénom. Par exemple un sifflement, suivi directement de son nom, afin qu’il ait le son en tête. Si vous le voyez regarder ailleurs, dites simplement son prénom, et s’il réagit, récompensez-le une nouvelle fois. Au bout de quelque temps, la simple énonciation de son nom le fera réagir, puisque le son est associé à une friandise. Plus le temps passera, plus vous voudrez réaliser cet exercice de façon aléatoire. S’il est attiré par un jouet, appelez-le, et s’il vient vers vous, récompensez-le. La clef de cet exercice, c’est la répétition.

 

♦ Apprendre à son chien comment s’asseoir

 

Comment bien eduquer son chien, dressage chien, apprendre à son chienC’est un geste relativement instinctif chez le chien, mais vous pouvez totalement lui faire comprendre quand vous voulez qu’il le fasse. La friandise sera, encore une fois, votre meilleure alliée. Elle vous servira d’attraction, afin que le chien prête attention à vous, une fois qu’il est fixé sur l’objet, faites-le monter un petit peu, vers son nez. Cela forcera le chien à s’asseoir afin d’avoir sa gueule fixée sur sa nourriture. Cela peut prendre un moment, ne soyez pas découragé, ne forcez pas le chien de manière trop poussive, et lorsqu’il finit par s’asseoir, dites-lui « assis ! » et relâchez la fameuse friandise. L’effet est encore très simple : une association entre le son et la récompense. Afin d’inscrire cet exercice dans son quotidien, répétez-le très souvent, jusqu’à qu’un automatisme se créé. Vous allez ensuite pouvoir dire « assis ! » et lorsqu’il s’assoit, offrez-lui la friandise. N’hésitez pas à utiliser le premier exercice dans celui-ci. « <Prénom>, assis ! », si vous captez son attention avec son nom et réussissez à le faire s’asseoir avec l’ordre, vous avez gagné !

 

♦ Comment bien eduquer son chien – Le faire s’allonger

 

Vous allez lui faire répéter l’ordre précédent, et le faire s’asseoir. Cette fois-ci, gardez la friandise près de sa gueule, puis faites-la descendre tout doucement vers le sol. S’il avance sa patte, récompensez-le, c’est un premier pas vers la position allongée ! Petit à petit, attendez qu’il se baisse davantage, et s’il s’allonge, dites « oui ! », ou l’ordre souhaité, et récompensez-le. C’est l’exercice le plus compliqué des 3, cela peut prendre plusieurs jours selon le chien, mais la plupart d’entre eux peuvent l’apprendre en moins d’une après-midi. Il faudra vous montrer patient, et bien exercer les deux autres ordres auparavant.

Chaque nouvel exercice réussi est un pas vers le suivant, mais il ne faut pas pousser l’animal dans ses limites. Prenez bien le temps de lui apprendre un ordre par un ordre, et même si cela doit prendre une semaine entière pour juste ces 3 exercices, ainsi soit-il. Vous demandez à votre chien d’être patient lorsque vous exercez avec lui, alors montrez-lui le bon exemple et soyez persévérant de votre côté également. Une fois que l’ordre est assimilé, vous allez pouvoir le répéter, et au bout de quelque temps, vous n’aurez même plus besoin de faire balancer une friandise au bout de son museau.

Comment bien eduquer son chien, dressage chien

1 2 3 22

Rechercher

+