Arrivée chiot première nuit : gérer la première nuit avec son chiot

Comment gérer l’arrivée d’un chiot la première nuit : doit-il dormir dans la chambre ou seul dans le salon pour ne pas prendre de mauvaises habitudes ? Que doit-on faire s’il aboie/pleure la nuit ? Se lever ? L’ignorer ?

Tant de questions que l’on se pose lorsque l’on adopte pour la première fois un chiot. Voyons donc ici comment faire pour gérer au mieux l’arrivée d’un chiot la première nuit.
 

L’arrivée d’un chiot la première nuit : le grand changement !

 
Lorsque votre chiot arrive chez vous, c’est la grande découverte : un nouvel environnement, des nouvelles interactions sociales, des nouvelles odeurs, de nouvelles marques à prendre, etc. Mais c’est surtout un changement très brutal, surtout lorsqu’arrive le moment d’aller dormir car le chiot passe d’une couche avec sa maman et sa fratrie à un panier « froid », inconnu et surtout très vide !

Il ne faudra donc jamais s’inquiéter de la « tristesse » apparente du chiot se traduisant souvent par des pleurs. C’est tout à fait normal mais vous pouvez faire en sorte que ce moment se passe le plus sereinement possible pour lui.
 

L’arrivée d’un chiot la première nuit : dodo dans la chambre ?

 
Il est évident que dès le plus jeune âge du chiot, il est important d’avoir une certaine cohérence dans votre attitude pour ne pas permettre au chiot de prendre de mauvaises habitudes… En effet, il est bien plus facile d’apprendre au chiot plutôt qu’ensuite devoir lui « désapprendre » pour lui « réapprendre » par la suite.

Toutefois, la première nuit, il est tout a fait possible, voire conseillé, de laisser dormir le chiot dans votre chambre afin qu’il ne soit pas trop inquiet et qu’il soit rassuré par votre présence. Ceci s’appelle une transition ! Cela ne veut pas dire que votre chiot devra passer toutes les prochaines nuits de sa vie dans votre chambre, ne vous inquiétez pas !
 

L’arrivée d’un chiot la première nuit : que faire s’il pleure ?

 
Comme indiqué précédemment, il est tout à fait naturel que le chiot pleure lors des premières nuits, tout simplement parce qu’il n’est absolument pas habitué à évoluer dans ce genre d’environnement, et il n’est surtout pas habitué à dormir ailleurs qu’avec sa mère et sa fratrie.

Les pleurs seront donc quasi inévitables (sauf exception bien entendu, chaque chiot pourra réagir différemment) mais vous pouvez anticiper et l’apaiser. Comme on dit : mieux vaut prévenir que guérir !
 

L’arrivée d’un chiot la première nuit : comment l’apaiser ?

 
Voici quelques conseils pour parvenir à apaiser votre chiot la première nuit :

Conseil n°1 : N’hésitez pas à installer une bouillotte dans son panier pour qu’il est une source de chaleur lui rappelant le contact avec sa mère et sa fratrie

Conseil n°2 : Vous pouvez également demander à l’élevage qu’il vous laisse un drap, un tissu sur lequel le chiot avait l’habitude de s’installer. En clair : rendez son panier familier, très confortable et agréable.

Conseil n°3 : Soyez patient ! Ne cédez pas s’il pleure car l’attention portée ne ferait que renforcer et donc valider le comportement du chiot. Prenez sur vous, les premières nuits pourront être difficiles mais intervenir ne rendrait absolument pas service à votre chiot pour son avenir.

Conseil n°4 : Pour aider votre chiot à mieux gérer la première nuit (et les autres), par prévention, vous pouvez lui mettre un collier diffuseur de phéromones apaisantes que l’on appelle Apaisine. Des études ont démontré que les chiots qui portaient ce collier étaient beaucoup plus rassurés et s’adaptaient plus rapidement au changement.

Conseil n°5 : Enfin, votre chiot PEUT dormir dans votre chambres les premières nuits. Toutefois, si vous ne souhaitez pas que cela devienne une habitude (vous en avez tout à fait le droit, chacun procède comme il l’entend avec son chien), procédez au changement de manière progressive, ne l’installez pas directement dans le salon dès le deuxième jour.

Arrivée chiot premiere nuit : Comment gérer la première avec son chiot

Comment accueillir un chiot ?

Comment accueillir un chiot ? Vous allez accueillir un chiot dans quelques mois, semaines, jours peut-être ? Tout d’abord, félicitations car un chien rend toujours la vie plus agréable. Faut-il encore mettre toutes les chances de son côté pour que la cohabitation se passe le plus sereinement et harmonieusement possible.
 

Comment accueillir un chiot  – Les questions à se poser avant d’accueillir un chiot

 
Tout d’abord, avant de penser à comment accueillir un chiot, il convient de se poser la question de la race que l’on choisira. Les abandons n’ont jamais été aussi importants ces dernières années et ce, par manque de connaissances des spécificités de chaque race.

Il sera donc important de choisir une race en accord avec votre quotidien et votre mode de vie. Il s’agira ainsi de bien penser à tous les besoins de dépenses spécifiques à chaque race mais aussi, aux caractéristiques principales de chaque race avant de prendre votre décision. Même si tous les chiens sont uniques et qu’au sein d’une même race, il y a différents caractères, il y a tout de même des « tendances » qui se détachent selon les races.

Par exemple, on évitera des chiens de « travail » (chasse, troupeau, traineau, etc.) si vous êtes absent de 8h à 20h et que les seules balades proposées seront le week-end.

Ensuite, avant même d’accueillir votre chiot, vous devez vous mettre d’accord, en famille, sur ce que vous accepterez et sur les limites que vous fixerez à votre chiot. En effet, car les mauvaises habitudes se prennent tôt et plus vous laisserez passer du temps, plus elles seront difficiles à gommer.
 

Préparer l’arrivée du chiot

 
Il conviendra de définir une place à votre chiot à travers un panier, une niche d’intérieur ou un parc. Cet endroit devra être très confortable, vous pourrez y déposer quelques jouets et quelques friandises/croquettes pour que votre chiot s’y sente bien.

Cet espace sera celui de votre chiot, ce sera son endroit refuge et il sera très important de respecter la tranquillité de votre chiot lorsqu’il sera à sa place. C’est d’ailleurs, une règle importante pour les enfants : le panier du chien c’est zone interdite !

Astuce : Placez également une bouillotte dans son panier afin que cela fasse écho à la chaleur apportée par sa mère et sa fratrie.

La première nuit, vous pourrez d’ailleurs faire dormir votre chiot dans votre chambre afin que le changement soit moins traumatisant et brutal pour lui.
 

Le matériel pour accueillir un chiot

 
Bien entendu, en plus du panier, vous aurez besoin d’une petite « valise » contenant : une laisse, un collier plat ou un harnais spécifique chiot (pas un harnais adulte petite taille, qui ne sera pas forcément adapté à la croissance de votre chiot). Bien évidemment deux gamelles, une pour les croquettes (données 2 ou 3 fois par jour pendant maximum 30 minutes à chaque fois… Surtout pas en libre service !) et une pour l’eau, à volonté.

Préparez également quelques jouets d’occupation pour votre chiot qui aura besoin de dépenser son énergie.
 

Les premiers jours

 
Il se peut que les premiers jours soient difficiles pour votre chiot car il passera d’un environnement familier, avec sa mère et sa fratrie à un environnement complètement inconnu sans repères. Donc ne vous inquiétez pas s’il y a des pleurs/malpropretés/bêtises les premiers jours : votre chiot tente de gérer ses émotions et d’appréhender ce nouvel environnement comme il peut.

Il est en général recommandé de prendre quelques jours de « vacances » pour pouvoir passer du temps avec son chiot et ainsi, ne pas le laisser seul pendant plusieurs heures dès son arrivée au sein du foyer.

Vous voilà maintenant prêt à accueillir dans de bonnes conditions votre nouveau compagnon de vie. N’oubliez pas que vous vous engagez pour un minimum de 10 années de cohabitation, posez-vous ainsi les bonnes questions et faites en sorte de prendre les bonnes directions pour que votre chiot s’intègre parfaitement à votre quotidien.

Comment accueillir un chiot ?

Broholmer : toutes les races de chien, chien races

Toutes les races de chien, chien races, origine histoire. Histoire et origines

Originaire du Danemark, cette race, déjà connue au Moyen-Age, était utilisée pour la chasse au cerf. Le Broholmer deviendra le chien de garde du château, c’est certainement la raison pour laquelle le comte de Broholm s’intéressa à lui et en fit une race pure. Cette race, presque éteinte, augmente petit à petit depuis 1975 grâce à un groupe d’amateurs.

Toutes les races de chien, chien races, caractères aptitudes. Caractère et aptitudes

Le Broholmer est apprécié pour ses qualités de chien de garde, on ne l’utilise presque plus en tant que chien de chasse. Doté un caractère équilibré, amical mais vigilant, c’est une race très fiable, qui est sûr de lui. C’est chien au tempérament calme, qui n’attaquera jamais sans raison.

Toutes les races de chien, chien races, caractéristiques physiques. Caractéristiques physiques

Espérance de vie moyenne : 12 ans.

Les mâles mesurent environ 75 cm et pèsent entre 50 et 70 kg.

Les femelles mesurent environ 70 cm et pèsent entre 40 et 60 kg.

Le Broholmer est un chien de grande taille, construit en force et à l’allure puissante. Son physique imposant reflète sa fonction principale. Son poil est court, recouvrant un sous-poil épais. La couleur de sa robe est généralement fauve avec un masque noir ; rouge doré ou noir.

Toutes les races de chien, chien races, sante soin. Santé et soin

  1. Santé et soin

Ce chien est d’un naturel résistant et n’est pas sujet à de maladies spécifiques. Sa grande taille n’est pas adaptée à une vie en appartement, il un besoin d’espace pour vivre et se dépenser.

Chien âgé : Comment prendre soin de son chien agé ?

Comment prendre soin d’un chien âgé ? Lorsque l’on adopte un chien, c’est pour la vie. De ce fait, le petit chiot adopté à 2 mois deviendra forcément un chien adulte, puis un chien âgé.

Le vieillissement du chien a, bien entendu, un impact sur son état physique mais il peut également avoir des conséquences directes sur son comportement.

Même si par définition les chiens (tout comme toutes les autres espèces vivantes) vieillissent tout au long de leur vie. On estimera l’âge où on considérera un chien comme sénior en moyenne vers 7 ans. Cela variera en fonction de la race, en fonction de la taille mais aussi en fonction du caractère de votre chien.

En effet, vous pouvez tout à fait avoir une chien de 13 ans plus en forme qu’un chien de 8 ans. Souvent, on observera d’ailleurs une plus grande robustesse chez les petits chiens qui vivront plus longtemps (sauf exception bien entendu) que les chiens de grande taille.

Nous allons voir ici comment prendre soin d’un chien âgé à travers 5 conseils :

Conseil n°1 : S’adapter à son chien âgé

Prendre soin d’un chien âgé, c’est aussi et surtout s’adapter à lui. En effet, tous les chiens ne vieilliront pas de la même manière, certains seront plus lents, moins patients, plus ronchons quand d’autres se découvriront une deuxième jeunesse.

Le plus important est donc de bien observer son chien et surtout s’adapter à son nouveau rythme de vie.

Conseil n°2 :  Changer l’alimentation de son chien âgé

Le rythme du chien étant souvent plus lent, plus « tranquille » lorsqu’il devient un chien âgé, son alimentation devra être modifiée car la prise de poids pourra être rapide si le chien garde la même alimentation que lorsqu’il était encore capable de courir pendant des heures.

Attention toutefois, il faudra procéder au changement d’alimentation de manière progressive pour éviter tout dérangement pour votre chien âgé.

Bonus : pour savoir si votre chien est dans un poids « idéal », la petite astuce est la suivante : en le caressant, vous devez sentir ses côtes mais ne pas les voir à l’oeil nue.

Si vous observer une trop grande prise de poids (ou même une trop grande perte de poids) chez votre chien âgé, n’hésitez pas à consulter votre vétérinaire pour écarter toutes maladies ayant pour symptômes principaux des variations importantes et soudaines de poids.

Conseil n°3 : Adapter les activités

Un chien qui vieillit, c’est un peu un retour en arrière à l’état de chiot : le besoin de sommeil et de récupération sera beaucoup plus important qu’à l’âge adulte.

Il conviendra donc d’adapter les balades en respectant bien le rythme du chien. En effet, pour certains chiens âgés, les balades d’une heure en forêt pourraient bien vite devenir plus contraignantes qu’agréables.

De même, à la maison, les séances de jeu ne seront peut être plus si intenses et il faudra laisser au chien âgé la possibilité de se reposer.

Conseil n°4 : Accepter que son chien vieillisse

Avec l’âge, il est très fortement probable que votre chien finisse par moins voir, moins entendre, mais aussi par être tout simplement moins attentif et vigilant.

Ne vous inquiétez donc pas si vous avez de plus en plus de mal à vous faire entendre ! Ce n’est pas que votre chien a décidé de ne plus vous écouter, non, c’est soit qu’il ne vous entend plus, soit qu’il n’a plus suffisamment d’énergie pour.

Adaptez donc votre attitude, soyez peut-être moins exigeant et surtout adapter vous à votre chien âgé.

Conseil n°5 : Savoir reconnaître les signes d’alerte

Lorsque l’on a un chien âgé, il est souvent difficile de faire la part des choses entre un chien qui vieillit simplement, et un chien qui est malade.

Et pourtant c’est la base : pour prendre soin d’un chien âgé, il faut pouvoir répondre à ses éventuels besoins de soins, parfois plus exigeants que pour un chiot ou un chien adulte en pleine forme.

Des soins plus réguliers concernant le poids, les oreilles, les dents, etc. seront alors à proposer à votre chien âgé, pour son bien être bien sûr, mais aussi et surtout pour toujours avoir un œil sur l’état général de votre chien âgé.

Enfin, de manière générale, il faudra rapidement prendre rendez-vous chez votre vétérinaire si vous observez que votre chien ne souhaite plus s’alimenter ou boire, se cache constamment dans des coins, est complètement désorienté dans la maison et de manière générale dans les lieux familiers, a des difficultés pour se déplacer ou encore s’il devient soudainement malpropre.

 

Chien agé : Comment prendre soin d'un chien agé ?

Cataracte chien : Comment gérer la cataracte chez le chien

Vous suspectez des troubles oculaires chez votre animal de compagnie ? Peut-être est-il atteint de la cataracte du chien : voyons ensemble les causes, les symptômes et les traitements possibles

Cataracte chien : qu’est ce c’est la cataracte du chien ?

Pour vous expliquer la cataracte de manière simple, il faut comprendre que la lumière doit passer par la pupille de l’oeil puis à travers le cristallin pour ensuite arriver jusqu’à la rétine.

Le cristallin est à l’origine transparent et envoie les rayons lumineux à la rétine qui, elle, les reçoit et les dirige directement au cerveau.

La cataracte se traduit par l’opacification de ce cristallin, censé être transparent, et cela entraine donc une vision floue puisque la lumière n’arrive plus jusqu’à la rétine.

La cataracte du chien : les symptômes

Comme évoqué précédemment, la cataracte du chien engendre une vision floue que l’on peut observer de manière subtile en regardant l’oeil ou les yeux de son chien qui deviennent voilés/vitreux. A terme, vous observerez d’ailleurs très nettement une pupille toute blanche dans l’oeil de votre chien, ce qui correspond à un stade très avancé de l’opacification du cristallin.

La perte de vue n’est pas nécessairement brutale, elle se fait parfois de manière très progressive selon la vitesse de « vieillissement » du cristallin.

Vous pourrez alors remarquer un trouble oculaire chez votre chien s’il :

  • commence à se cogner un peu partout
  • change brutalement de comportement
  • a peur lorsque vous faites du bruit
  • commence à avoir des attitudes menaçantes (voire agressives) lorsque vous le surprenez
  • est plutôt à l’aise chez vous mais absolument « perdu » lorsqu’il sort de chez lui

 

Cataracte chien : les causes chez le chien

Il existe de nombreuses causes qui peuvent engendrer la cataracte du chien (cause traumatique, cause liée à un problème de santé ou encore liée à l’ingestion d’un produit toxique, etc.) mais les deux principales causes qui expliquent l’apparition d’une cataracte sont :

Une cause génétique/congénitale

Comme son nom l’indique, la cataracte congénitale se développe dès la naissance du chiot et cela est tout simplement dû à un mauvais développement embryonnaire.

La cataracte du chien peut également être héréditaire et toucher le chien à partir de l’âge de 2 ans mais elle sera souvent accompagnée d’autres malformations héréditaires de l’oeil.

Une cause liée au vieillissement

La cataracte du chien liée au vieillissement est très certainement la plus connue et la plus fréquente, appelée aussi « cataracte sénile ». Elle engendre alors la perte progressive de la vue du chien.

La cataracte du chien : les traitements

On ne peut pas soigner complètement une cataracte mais on peut éventuellement diminuer son évolution et/ou remplacer simplement le cristallin.

Le traitement médicamenteux est conseillé pour les chiens âgés atteints d’une cataracte pour, effectivement, ralentir sa progression.

L’opération chirurgicale, quant à elle, est déconseillée pour les chiens âgés et plutôt réservée aux jeunes chiens atteints d’une cataracte héréditaire ou congénitale. Néanmoins, cette opération est très coûteuse (jusqu’à 1500€ par oeil) et surtout très lourde en soins post-opératoires.

Cataracte chien : Comment reconnaître les signes de la cataracte chez le chien

Promener son chien sans laisse : Comment et pourquoi
Promener son chien sans laisse : Vous rêvez de sortir votre chien sans laisse lors de vos balades, mais vous ne savez pas comment mettre en place cet apprentissage ? Détacher son chien en promenade nécessite un véritable lâché prise. Par ailleurs, cela demande une certaine confiance vis à vis de son animal, mais aussi concernant la relation que vous étrennez avec lui. Voici donc les étapes à suivre pour promener son chien sans laisse et en toute confiance !

 

Etape 1 : Un apprentissage à débuter tôt pour promener son chien sans laisse !

 

Si vous souhaitez lâcher votre chien lors de vos balades, il est recommandé de commencer cet exercice le plus tôt possible dès ses 8 semaines. En effet, à cet âge un chiot restera forcement à proximité de son maître. En revanche, si vous débutez cet apprentissage plus tardivement, votre chien risquerait de s’éloigner davantage parce qu’il aura été frustré pendant plusieurs mois auparavant.

 

Etape 2 : Votre chien doit absolument être suffisamment dépensé

 

Un autre élément important consiste à dépenser votre chien suffisamment. Tous chiens, même ceux qui possèdent un grand jardin devraient se promener minimum 30 minutes par jour. Certaines races ont évidement besoin de plus. Dans tous les cas, si votre chien n’est pas suffisamment baladé il aura alors un trop plein d’énergie et cela aura une influence directe sur sa capacité à se concentrer et donc à vous écouter.

Etape 3 : Promener son chien en laisse en travaillant le suivi naturel

Concrètement et afin de travailler au mieux la balade sans laisse vous devez apprendre à votre chien à vous suivre sans que vous n’ayez besoin de lui parler.
Ainsi, afin de travailler cet exercice voici comment procéder :
1- Rendez-vous dans un endroit très faible en stimulations
2- Lâchez votre chien ou bien mettez lui une longe de 10 mètres, attachée au harnais
3- Dès que votre chien vous double : faites demi-tour sans lui parler
4- Si votre chien continue à avancer sans faire attention à vous, n’hésitez pas à vous cacher afin de créer un “petit stress positif” et lui permettre de comprendre que s’il ne fait attention à vous, il risque de vous perdre. Le chien étant un animal grégaire, son besoin de rester avec son groupe pour être en sécurité se manifestera alors
5- Répétez cet exercice et changez de direction à chaque fois que votre chien est trop loin de vous et surtout ne lui parlez jamais !

 

Etape 4 :  Travailler le rappel

Afin de travailler le rappel, il est nécessaire de procéder par étape. Commencez dans un environnement faible en stimulations et augmentez la difficulté en fonction de la réussite de votre chien sur cet exercice.
Pour finir, il est nécessaire de toujours être dans une posture d’invitation, c’est à dire en étant accroupi ou du moins incliné. Pensez également à avoir une voix aiguë et surtout à bien féliciter votre chien quand il est revenu, même s’il a pris son temps.
Un dernier conseil, ne rappelez pas trop souvent votre chien afin de garder sa motivation et sa vigilance intacts.

Etape 5 : Contrôler l’environnement et être vigilant aux instincts

 
Pour finir, sachez qu’il est essentiel de contrôler l’environnement lors de vos balades et ainsi anticiper votre chien si une stimulation survient. Ne le laissez pas s’éloigner à plus de 15 – 20 mètres de façon générale et surtout si votre chien a un fort instinct de chasse sachez que vous ne pourrez jamais aller contre ce comportement, vous ne pourrez alors que l’atténuer en lui proposant des activités en lien avec ses instincts.
En conclusion, afin de balader son chien sans laisse il est nécessaire de commencer cet apprentissage tôt, de procéder par étape et surtout de se rappeler que moins vous parlez à votre chien durant vos balades plus il vous écoutera et vous suivra.
Promener son chien sans laisse : Mais comment faire ?
Ou faire dormir son chien, dans sa niche, dehors, sur un coussin

Où faire dormir son chien : dans un panier, à l’intérieur ou dans une niche à l’extérieur ? Le plus important étant que l’endroit où vous faites dormir votre chien vous convienne, mais surtout convienne au principal locataire : votre chien.

Le repos est un besoin primaire pour le chien (comme tous les êtres vivants, d’ailleurs) et notamment pour les chiots qui ont davantage besoin de récupérer. En effet, recharger les batteries est vital et permet une meilleure concentration, un meilleur équilibre et de fait, une meilleure santé : le choix de l’endroit où faire dormir son chien sera donc essentiel pour le bien être de votre toutou.

 

Ou faire dormir son chien : à l’intérieur ou dans le jardin ?

 
A l’intérieur ou à l’extérieur : cela dépendra de la robustesse de votre chien, des conditions climatiques de la région dans laquelle vous habitez mais aussi de l’environnement proposé à votre chien (jardin clôturé, possibilité de s’abriter pendant les intempéries, etc.).

Ainsi, si vous habitez dans un pays nordique, que votre terrain n’est pas clôturé et qu’aucun abri n’est à disposition pour votre chien : alors invitez-le plutôt au chaud, c’est préférable.

Blague à part, si vous laissez votre chien dormir dehors, veillez à ce qu’il ne soit pas trop sensible au froid. Par exemple : évitez de faire dormir un Yorkshire dehors… En effet, vous devez prendre en compte l’âge de votre chien, sa race, son état de santé et surtout sa tolérance aux basses températures.

Puis, si vous faites dormir votre chien à l’intérieur, veillez à ce qu’il respecte bien sa place (que ce soit un panier, un tapis ou une caisse) et qu’il ne s’approprie donc pas tous les fauteuils/canapés du salon. De plus, il faudra apprendre à votre chien à gérer la solitude à la maison pour éviter qu’il ne vienne gratter à la porte de votre chambre à 3h du matin.
 

Ou faire dormir son chien : l’emplacement

 
L’emplacement du panier est important ! Que ce soit un panier classique ou une cage, peu importe : la place de votre chien doit être située dans un coin de votre pièce à vivre (la pièce où vous êtes le plus souvent), au sol (pas de place en hauteur) et de préférence pas devant une porte, un couloir ou la descente de l’escalier.

De plus, l’endroit où vous faites dormir votre chien doit être une zone de tranquillité pour lui, on évitera donc les lieux de passages qui dérangeront à coup sûr votre chien dans son sommeil.

Enfin, si vous faites dormir votre chien dehors, sa niche doit être confortable et surtout isolée pour qu’il s’y sente bien. De plus, proposez toujours à votre chien une niche légèrement surélevée (pour moins d’humidité), la plus couverte possible et/ou un accès à un hangar ou un garage s’il fait vraiment trop froid.

Ou faire dormir son chien : à l'interieur, à l’extérieur

Combien de fois sortir son chien en hiver

Combien de fois sortir son chien en hiver pour être sûr de tout de même le dépenser ? Car il fait froid, il pleut, les températures sont parfois négatives et vraiment vous n’avez pas envie de sortir de chez vous pour aller promener votre chien.

Sortir son chien pour répondre à ses besoins

Sachez qu’un chien a besoin de se dépenser, que ce soit physiquement, mentalement, socialement ou de manière olfactive, tous les jours, et ce, à n’importe quelle saison de l’année.
Le chien n’en a que faire de savoir s’il fait 5°C ou 20°C, le plus important pour lui c’est de sortir de chez lui avec vous, régulièrement.

Sortir son chien : Comment bien le dépenser ?

 

Sortir son chien en hiver : Pourquoi il nous faut pas changer la cadenceSortir son chien pour le dépenser physiquement

C’est la base, un chien a besoin de courir pour évacuer son éventuel trop plein d’énergie mais surtout pour garder et maintenir une forme musculaire.

Sortir son chien pour le dépenser mentalement

Les chiens ont besoin de stimulations intellectuelles, notamment les chiens de travail. Ils aiment et veulent apprendre pour se sentir bien. Pour se faire, en balade, proposez à votre chien des séances de jeux éducatifs et ludiques.

Sortir son chien pour le dépenser socialement

Le chien est un animal social, il a besoin de rencontrer ses congénères le plus souvent possible pour maintenir et parfois développer ses codes canins. Les rencontres doivent être contrôlées (bien choisir les chiens en question), positives et surtout régulières.

Sortir son chien pour le dépenser de manière olfactive

Puis, la plus importante des dépenses reste la dépense olfactive car le sens premier du chien est l’odorat, il faut donc le stimuler au quotidien. Les balades quotidiennes, en dehors du jardin, permettront alors au chien de sentir tous les messages laissés par ses copains.

Dépenser son chien à la maison

Néanmoins, il est possible que l’hiver, les balades soient plus courtes, moins régulières, souvent par manque de motivation ou de courage (et nous ne blâmons personne). Il existe donc des activités à faire à la maison pour tout de même dépenser son chien.

  • Jeu de pistage pour le dépenser de manière olfactive : cachez des friandises un peu partout et invitez votre chien à les chercher
  • Apprentissage de tours pour le dépenser mentalement : munissez-vous de friandises et apprenez de nouvelles indications à votre chien
  • Jouets d’intelligence pour le dépenser mentalement : il existe plein de jeux d’intelligence, pour toutes les bourses, sur internet. Néanmoins, vous pouvez également les fabriquer vous même si vous êtes un peu bricoleur

Combien de fois sortir son chien en hiver ?

Pour conclure, la réponse est donc : tous les jours, comme à toutes les saisons si vous respectez bien les besoins de votre toutou. Toutefois, si les balades sont moins riches et plus courtes, remédiez à cela en proposant de bonnes dépenses à votre chien à la maison.

Combien de fois sortir son chien en hiver ?

Habiller son chien en hiver, pourquoi et pour qui ? Lorsqu’arrive l’hiver, les promenades avec son chien sont parfois plus courtes, parfois plus humides, mais surtout plus froides ! Nous, en tant que maître, on s’habille chaudement et on se prépare psychologiquement à affronter le froid, mais quand est-il de nos amis les chiens ?
 

Habiller son chien en hiver : quels types de chien ?

 
Tout d’abord, il est important de préciser que si certains chiens ont besoin d’être couverts pour sortir dans le froid, pour d’autres en revanche, cela est absolument inutile, voire complètement ridicule.

En effet, n’habillez votre chien en hiver que si celui-ci est très sensible au froid et qu’il n’a pas l’habitude de l’affronter. S’il vit dans un appartement confortable et chauffé, le choc thermique pourrait le heurter. De plus, si votre chien a le poil court ou ras, le port d’un manteau pour sortir sera nécessaire.

En revanche, si vous avez un chien que l’on appelle rustique et donc robuste, nul besoin de le couvrir. De même, on ne fera pas porter un manteau à un chien qui a déjà le poil long et dense, ni à un chien qui vit déjà dehors toute l’année.

Exemple : Il ne sera jamais choquant de voir un Caniche ou un Yorkshire porter un manteau, en revanche, habiller chaudement pour l’hiver un Berger Allemand ou un Husky, cela pourrait prêter à rire.

Toutefois, même si votre chien est de nature robuste, vous pouvez le protéger du froid et l’aider à mieux gérer cette période :

  • Bien l’essayer (notamment sous le ventre) lorsque vous revenez de balade
  • Lui sécher les coussinets avec de l’eau tiède pour ensuite y appliquer une graisse (type vaseline)
  • Ne pas le tondre ou lui faire prendre trop de bain lors de cette période

Mais de manière générale, si vous voyez votre chien grelotter lorsqu’il sort, rustique ou pas, prenez les choses en main et faites en sorte qu’il vive mieux ses balades hivernales.
 

Habiller son chien en hiver : pourquoi ?

 
Habiller son chien en hiver n’est pas seulement un effet de mode, pour certains chiens très sensibles au froid ce sera même une action de prévention pour éviter certaines maladies. Et oui, les chiens aussi peuvent attraper froid.

De plus, l’hiver, notamment lorsqu’il neige : les coussinets de nos amis canidés sont soumis à rude épreuve car c’est une partie très sensible chez le chien. Par ailleurs, le sel étalé sur les routes et/ou les trottoirs en ville peut être très agressif pour les coussinets. N’oubliez donc pas de bien les sécher, les hydrater et veiller à ce qu’ils ne s’abiment pas.

Dans ces cas là, vous pouvez même faire porter des « chaussures » à votre chien, tout en l’ayant habitué, en amont, positivement à les porter bien entendu.

Puis, qu’on se le dise, le port d’un manteau ou de chaussures pour chien évite tout de même l’odeur de chien mouillé  quand on rentre de balade ou encore les pattes humides partout dans la maison, ce qui n’est pas négligeable, n’est-ce-pas ?

Mais attention tout de même, pour conclure : on ne viendra jamais « déguiser » son chien pour notre propre confort personnel, cette démarche doit être avant tout pour le confort et la sécurité du chien.

Habiller son chien ; Mettre un manteau pour chien

Dentition chien :Comment brosser les dents de son chien ?

Se brosser les dents, une activité que nous réalisons normalement plusieurs fois par jour ! Mais nos chiens ont-ils eux aussi besoin de se brosser les dents ? La dentition chien nécessite t-elle la même fréquence. Voyons-ici pourquoi et comment bien brosser les dents de son chien ?

 

Dentition chien : Faut-il brosser les dents de son chien et pourquoi ?

Et bien oui ! Brosser les dents de son chien est recommandé car cela permet de lui retirer sa plaque dentaire. Cela évite la mauvaise haleine et cela permet de prévenir le déchaussement des dents. Bien entendu, il est en parrallèle recommandé de choisir une alimentation de qualité pour votre chien afin de limiter les problèmes.

 

Quels matériels pour brosser les dents de son chien ?

Pour brosser les dents de votre chien rien de plus simple, il vous faut :

–       Une brosse à dent souple ou un embout en plastique spécifique, appelé doigtier, qui se met sur votre doigt.

–       De la pâte à dent pour chien qui aura la particularité de pouvoir être avalée. La plupart ont un goût de viande, ce qui rendra le brossage agréable et positif pour votre chien.

 

Comment bien brosser les dents de son chien ?

Pour bien brosser les dents de son chien, il faut soulever sa babine et brosser toutes les dents, en étant vigilant à ne pas oublier de brosser également les gencives de votre chien. Attention à brosser doucement ses gencives afin de ne pas lui faire mal.

De plus, sachez qu’il est fortement recommandé d’habituer votre chien très jeune à cette activité.

Pour finir, il n’est pas nécessaire de rincer ou de faire boire votre chien après le brossage. En effet, la pâte à dents pour chien peut être avalée sans risques pour votre chien.

 

A quelle fréquence dois-je laver les dents de mon chien ?

Il est recommandé de laver les dents de son chien le plus fréquemment possible. Vous pouvez donc lui laver les dents plusieurs fois par semaine sans problème.

 

A retenir :

–       Laver les dents de son chien évite le déchaussement et la mauvaise haleine

–       Utiliser une brosse à dent souple

–       Choisir une pâte à dents pour chien

–       Les pâtes à dents pour chien sont souvent au goût de viande. Cela aide à habituer votre chien à cette activité

–       Il est possible de laver les dents de son chien tous les jours

–       Penser à brosser toutes les dents, ainsi que les gencives en les brossant doucement afin de ne pas faire mal au chien

–       Plus le chien sera habitué tôt et positivement à cette activité, plus il sera facile de lui brosser les dents

Dentition chien : Comment brosser les dents de son chien ?

1 2 3 23

Rechercher

+