COVID et animaux : bilan un apres la pandémie

La covid-19 est rentrée dans nos vies depuis un an… ce virus a chamboulé toutes nos habitudes et nous a forcés à vivre autrement avec nos animaux de compagnie. La rédaction fait le bilan de cette première année de pandémie !

 

Pas de transmission directe du virus par les animaux de compagnie !

 

Au tout début de l’épidémie, de fausses rumeurs ont circulé mettant en péril le sort des chiens et des chats dans les refuges animaliers. Voyant arriver de multiples abandons insensés, l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire Alimentaire Nationale (ANSES) a déclaré qu’à ce jour, les animaux de compagnie ne jouent aucun rôle épidémiologique dans le maintien et la propagation du SARS-CoV-2 en France, où la diffusion du virus est aujourd’hui le résultat d’une transmission interhumaine par voie respiratoire. Cependant, la réceptivité de certaines espèces animales au SARS-CoV-2 étant désormais établie, le risque de constitution d’un réservoir animal existe.

 

C’est pourquoi, des règles d’hygiène doivent être mises en place comme un lavage des mains avec du savon après avoir touché un animal ou après avoir nettoyé une litière. Par ailleurs, l’ANSES recommande aux personnes atteintes par la Covid-19 de respecter les gestes barrières afin de limiter les risques d’infection de l’Homme à l’animal, sans pour autant compromettre leur bien-être.

 

Apprendre à vivre avec des restrictions

 

En seulement un an, il y a eu deux confinements et un couvre-feu… et la limitation des déplacements a rapidement freiné vos envies d’évasion avec votre chien ! Alors, vous avez dû trouver des alternatives… et créer des activités ludiques dans votre logement (plateaux d’intelligence, parcours d’obstacles…) qui finalement n’ont fait que renforcer le lien indéfectible qui vous lie à votre compagnon à 4 pattes !

 

Le vétérinaire assure toujours les soins mais avec les gestes barrières !

 

Pendant les premières semaines du confinement, les propriétaires se sont inquiétés sur le fait de ne pas avoir accès librement aux différents soins médicaux pour leur animal de compagnie. Il faut savoir que les vétérinaires ont toujours assuré les soins pour les animaux ! Seules les opérations de convenance (comme la stérilisation) étaient repoussées car jugées non urgentes.

 

Heureusement, un allègement des restrictions est arrivé laissant la place à de nouvelles règles d’hygiène. Des précautions ont été prises notamment pour réguler le contact avec la clientèle :

 

  • Appel pour prendre un rendez-vous.
  • Limitation du nombre de clients et des contacts entre les personnes.
  • Port du masque obligatoire.
  • Désinfection des mains avec une solution hydro-alcoolique.

 

Et pendant le couvre-feu ?

 

Si votre animal de compagnie doit consulter en urgence un vétérinaire entre 18 h et 6 h, vous devez préalablement l’appeler pour fixer une heure de rendez-vous et n’oubliez pas de vous munir de l’attestation de déplacement dérogatoire. La case à cocher est « déplacements pour des consultations et soins ne pouvant être assurés à distance et ne pouvant être différés ou pour l’achat de produits de santé ».

Les animaleries restent des commerces essentiels

 

Les animaleries ainsi que les rayons d’animalerie des jardineries sont toujours restés ouverts. Considérées comme des commerces essentiels, les enseignes d’animalerie ont pu poursuivre leur activité pour le plus grand bonheur des chiens et des chats !

 

Coronavirus : quelles solutions pour s’occuper de votre chien ?

 

Avec ou sans symptômes, si vous êtes positif à la Covid-19, vous devez rester chez vous jusqu’au prochain test PCR négatif. En cas d’isolement, le bien-être de l’animal ne doit en aucun cas être compromis. Il est vivement conseillé de laisser une personne externe au foyer (qui n’est pas à risque) réaliser les sorties quotidiennes du chien. Vous pouvez demander à votre voisin, un membre de votre famille ou à un pet sitter.

 

Covid 19 et animaux : un an après la pandémie

 

La France interdit la vente d'animaux en animalerie

Ce début d’année 2021 est un tournant décisif pour tous les défenseurs des droits des animaux. L’Assemblée Nationale vient d’adopter, en première lecture, la proposition de loi visant à renforcer la lutte contre la maltraitance animale. Le texte aborde la condition animale sous différents aspects et notamment celle de la vente d’animaux en animalerie.

Après le Royaume-Uni l’an passé, c’est au tour de la France de proscrire ces ventes. Qu’est-ce que cela implique ? Retour sur l’actualité relatif au droit animal en France.
 

Une loi indispensable pour lutter contre la maltraitance animale

 
Le mardi 26 janvier 2021 a débuté l’examen du projet de loi concernant le combat contre la maltraitance animale. Mené courageusement par Laëtitia Romeiro Dias (députée LaREM, Essonne), Loïc Dombreval (député LaREM, Alpes-Maritimes) et Dimitri Houbron (Agir ensemble, Nord), l’amendement prévoyant d’interdire les ventes d’animaux en animalerie a finalement été signé, dans l’attente d’être validé par le Sénat.

C’est donc à l’horizon 2024 que la vente d’animaux en animalerie pourrait être prohibée. Malheureusement, cet amendement ne concerne aucunement les NAC (nouveaux animaux de compagnie) comme les lapins ou les hamsters, que l’on retrouve également au sein de ces boutiques spécialisées. Cependant, cela représente une petite victoire pour les associations de lutte contre la maltraitance animale.

Par ailleurs, même si la vente d’animaux en animalerie est sur le point de prendre fin, que va devenir la vente en ligne ? Et bien, celle-ci sera autorisée sous encadrement strict, et ce, en dépit du nombre important de non-professionnels mettant en ligne des annonces commerciales. Effectivement, le Ministre de l’Agriculture, M. Denormandie, juge que cela mettrait “en difficulté les éleveurs professionnels”, si la vente d’un animal sur internet avait été interdite définitivement. Ainsi, les refuges et les éleveurs, ayant une immatriculation le leur permettant, pourront proposer canidés et félidés à la vente.

Ce qui ne rassure pas Reha Hutin, Présidente de la Fondation 30 Millions d’Amis, qui exprime avoir “des réserves quant à l’efficacité des mesures prises”. Puisque, le Ministère de l’Agriculture considère “comme éleveur, toute personne vendant au moins un chien ou un chat issu d’une femelle reproductrice lui appartenant ». Des mesures sans nul doute trop légères aux yeux des associations militantes.

Malgré les dissonances, cet amendement contribue à limiter les conséquences directes de cette “marchandisation” incontrôlable. En effet, interdire la vente d’animaux en animalerie permettra notamment d’éviter ou du moins restreindre :

– l’alimentation des fermes-usines qui produisent des animaux en masse ;

– les trafics et les importations dangereuses et illégales d’animaux sur le territoire français ;

– le sevrage précoce, la sélection morphologique et le manque de contact humain pour l’animal ;

– l’achat non réfléchi voire impulsif d’un animal exposé en vitrine et vu comme

un produit de consommation.

Pour rappel, les répercussions liées au commerce d’animaux conduisent inévitablement à des problèmes de comportement chez l’animal adopté et donc à un des abandons prématurés, en hausse chaque année.
 

La France interdit la vente d’animaux en animalerie, mais pas seulement…

 

61 % des Français déclarent être favorable à l’interdiction de vente d’animaux en animalerie et 64 % souhaitent faire interdire la vente via les petites annonces. C’est ce que révèle une enquête de l’Ifop pour la Fondation 30 Millions d’Amis, concernant l’opinion des Français, au sujet des propositions de loi destinées à contribuer au bien-être animal. Mais cette enquête affirme surtout que la protection animale reste un intérêt majeur chez une grande majorité des Français.

Néanmoins, il sera rendu obligatoire d’obtenir un certificat de connaissance pour tout nouvel acquéreur d’un animal de compagnie. Des dispositions visant à sensibiliser et responsabiliser les futurs adoptants et une décision qui s’accorde avec l’opinion des citoyens.

Par ailleurs, l’Assemblée Nationale adopte les amendements concernant :

– la captivité de la faune sauvage ;

– la fin des élevages de visons en France d’ici deux ans ;

– les droits des animaux ;

– les procédures à propos de l’animal dans les fourrières ;

– l’éthique animale.

Des mesures qui s’acheminent donc vers un changement radical des conditions de détention et d’exploitations d’animaux en France.

Bien qu’il faille attendre la décision du Sénat, les organisations animales continuent le combat. En effet, des sujets clivants comme la chasse et les animaux d’élevage ont été volontairement mis de côté, mais nécessite plus que tout l’ouverture d’un débat politique.

 

Quel nom de chien choisir en 2021 ?

Le chien est considéré comme un membre de la famille à part entière. Donc, il a droit à un nom ! 2021 est l’année des « S ». De nombreux prénoms s’offrent à vous… mais il est parfois difficile de se décider une bonne fois pour toutes. Découvrez notre sélection de noms de chiens pour vous aider dans votre choix !

Quels critères à prendre en compte dans le choix d’un nom pour son chien ?

Le choix d’un nom pour son chien n’est pas à prendre à la légère. Il est important de ne pas se tromper parce que vous ne pourrez pas le changer. En effet, il est déconseillé de le changer parce que votre chien aura pris l’habitude de répondre à cette prononciation.

  • Le nom doit être court, pas plus de trois syllabes avec la présence d’une voyelle qui aidera à peser sur l’intonation.
  • Le nom doit correspondre à la race, au caractère et au sexe de votre chien. Un prénom qui reflète son originalité !
  • Le chien inscrit au LOF (Livre des Origines Français) doit avoir un nom qui correspond à l’alphabet annuel. Pour l’année 2021, il s’agit de la lettre « S ».

Liste de noms pour chiens pour l’année 2021

Les noms pour un mâle

Salto

Shadow

Snow

Shadow

Spike

Skye

Scott

Socrate

Scoop

Scamp

Sven

Seth

Spirit

Shabbat

Saphir

Sasha

Sherlock

Soon

Speedy

Saiko

Les noms pour une femelle

Sally

Stella

Sushi

Sunny

Scarlet

Shana

Shiva

Satine

Stacy

Sweet

Sandy

Savane

Shelby

Sisi

Siska

Suzie

Sybelle

Sydney

Symphonie

Shannon

Les noms de personnages issus de dessins animés

Simba (Le Roi Lion).

Sultan (Aladin).

Sammy (Scooby-Doo).

Stich (Leroy et Stich).

Scooby (Scooby-Doo).

Scoobidou (Scooby-Doo).

Scud (Toy Story).

Sparky (Frenkenweenie).

Sergent (Cars).

Scar (Le Roi Lion).

Sullivan (Monstres & Cie).

Stella (Pat patrouille).

Sarafina (le Roi Lion).

Sarabi (le Roi Lion).

Salem (Sabrina l’apprentie sorcière).

Shrek

Sonic

Spirou

Comment apprendre son prénom à mon chien ?

Une fois que votre chiot est baptisé, il doit apprendre à reconnaître son nom. Pendant les premiers mois de sa vie, vous devrez éviter de l’appeler avec un surnom. Pourquoi ? La raison est simple… il s’agit de son premier apprentissage ! Il est important qu’il comprenne correctement son véritable nom.

  • Appelez-le à des moments où il est totalement impliqué comme pour venir à sa gamelle,  pour aller jouer avec sa balle ou en promenade.
  • N’hésitez pas à prendre une voix aiguë (comme une personne un peu trop gaga de son animal). Les intonations aiguës donneront de la motivation à votre chiot !
  • L’apprentissage du nom peut être fractionné en plusieurs séances pendant la journée. Cependant, il ne doit pas excéder 5-10 minutes par séance.
  • Si votre chiot n’est pas pas réceptif, ne le sanctionnez pas ! Il faut beaucoup de patience, de temps et d’amour pour qu’il puisse réussir cet apprentissage.
  • Récompensez-le quand il comprend son nom avec une petite friandise.
  • Votre attitude doit toujours être positive ! D’ailleurs, pour apprendre le rappel, il est vivement conseillé de choisir un moment calme sans distraction autour de votre chien.
Quel nom de chien choisir pour 2021 ?
Noholito et Assur O'Poil : Les pères Noel des animaux

Afin de soutenir la cause animale, les associations de protection des animaux ont besoin de mains bienfaitrices pour les aider dans leurs dépenses dédiées au bien-être animal : accueillir les animaux dans les refuges, réaliser les soins quotidiens mais également lutter contre la maltraitance.

Un calendrier de l’Avent pour soutenir la cause animale

C’est l’initiative qu’a eu James, un influenceur Instagram originaire du département de la Gironde plus connu sous le nom de Noholito. Heureux propriétaire de Paméla un bouledogue français, Noholito a lancé au début du mois de décembre, un calendrier de l’Avent pour soutenir les associations animalières. Ainsi, du 1er au 23 décembre, ses abonnés ont choisi une association animalière de leur choix à qui il souhaitait donner 100 euros. Au total, c’est une cagnotte de 2500 euros qui a été versée à des associations de défense des animaux.

La veille de Noël, l’influenceur Noholito s’est déplacé dans plusieurs associations qui hébergent des animaux abandonnés pour donner la totalité de son stock d’alimentation ainsi que de la litière et des jouets ! Enfin, le jour de Noël, Noholito a apporté un don financier à une association de protection des chats et des chiens qui lui tient à cœur : Alerte SOS.

Alerte SOS, une association de protection animale sans frontières !

Certaines associations comme Alerte SOS mettent en place des actions pour sauver les animaux. Leurs missions principales sont de secourir, protéger et recueillir les chiens et les chats abandonnés ou maltraités au-delà du territoire français. Mais également de défendre le droit des animaux et de sensibiliser le public au respect de la vie animale.

Un don de 2500 euros de la part d’Assur O’Poil !

Le calendrier de l’Avent de Noholito n’a pas laissé indifférent l’assurance santé animale Assur O’Poil. En effet, ils partagent les mêmes valeurs concernant le soutien de la cause animale. C’est pourquoi, Assur O’Poil a eu le plaisir de faire un don de 2500 euros à l’association Alerte SOS !

Ce don conséquent va considérablement les aider dans leur combat pour la protection animale et leur permettre de prendre en charge certains animaux abandonnés (sorties de fourrières, nourriture des chiens et des chats et les frais vétérinaires).

 

Propriétaires et animaux : Quelles bonnes résolutions pour la nouvelle année ?

L’année 2021 approche à grands pas et avec elle, sa liste de bonnes résolutions ! C’est la tradition de faire le point sur l’année qui s’est écoulée… et de prendre de nouvelles décisions dès les premiers jours du mois de janvier. Vous êtes à court d’idées ? Découvrez nos conseils pour bien démarrer l’année 2021 avec votre animal de compagnie !

5 bonnes résolutions des animaux pour 2021

Quelles bonnes résolutions pour l'année 2021 ?

Résolution N°1 : ne plus ignorer son maître quand il vous appelle…

Il fait preuve d’une ignorance totale à votre égard… peut-être n’a-t-il pas été initié au rappel ? Ou est-ce qu’il ne comprend pas encore bien son nom ? Au cours de sa vie, un animal doit acquérir de nombreux apprentissages en coopération avec son maître ! D’ailleurs, il n’est jamais trop tard pour enseigner des exercices d’éducation à votre chat ou à votre chien. Un animal correctement éduqué ne peut que s’épanouir dans son environnement !

Résolution n°2 : ne plus faire ses griffes sur le papier peint ou sur le canapé…

Les griffades sont un comportement naturel chez le chat. D’ailleurs, il utilise ses griffes pour marquer son territoire mais également pour faire sa gymnastique quotidienne et se déstresser. Mais c’est tellement tentant pour un chat de faire ses griffes à la verticale ! Là aussi, c’est au maître de proposer des solutions à son animal de compagnie : installer des griffoirs cartons et/ou sisal à des endroits stratégiques comme à côté de la zone de sieste ainsi qu’à côté de sa maison de toilette. Si vous les avez mis dans des emplacements cachés… vous ne pouvez vous en prendre qu’à vous même ! L’emplacement des griffoirs ne doit pas être une partie de cache-cache pour votre chat… il doit pouvoir les identifier immédiatement afin de les utiliser correctement.

Résolution n°3 : ne plus réclamer à manger à n’importe quelle heure de la journée…

Ce n’est pas bien de faire une tête de malheureux et de pousser des miaulements toute la journée pour avoir quelques friandises voire même de la nourriture présente sur la table… certes vous êtes adorables et vous savez parfaitement nous attendrir ! Mais il est temps de dire non (seulement de temps en temps parce que les propriétaires d’animaux craquent très rapidement) aux autres petites collations en dehors de la gamelle.

Résolution n°4 : ne plus creuser de trous dans le jardin…

Il s’agit d’un comportement naturel chez le chien qui lui sert principalement à cacher ses jouets et sa nourriture des autres congénères. Mais il est fort probable que votre chien s’ennuie dans son jardin… alors proposez-lui des jouets d’occupation ou un os ! Ces activités éviteront de vous retrouver avec un véritable champ de mines en guise de jardin.

Résolution n°5 : ne plus uriner en dehors de la litière…

Le marquage urinaire n’est pas fait sans raison par le chat. Votre chat vous dit simplement que sa litière est sale… donc il va faire ses besoins dans un endroit plus propre. Il peut également marquer son territoire par de petits jets d’urine. Il convient alors de faire stériliser votre chat. Mais il est important de savoir que ce comportement peut révéler une maladie sous-jacente (cystite, insuffisance rénale…). Si le problème persiste, il est conseillé de prendre un rendez-vous chez votre vétérinaire afin de réaliser des examens complémentaires.

5 bonnes résolutions des propriétaires pour 2021

Résolution n°1 : pratiquer une activité sportive avec mon chien…

Il est important que votre chien se dépense physiquement et mentalement par le biais d’une activité sportive. Elle permet de lutter contre l’obésité et de créer une belle complicité avec votre chien. Voici quelques activités canines : le canicross, l’agility, le treibball, le doga…

Résolution n°2 : proposer une alimentation plus saine à mon animal…

Une bonne alimentation est le secret d’une excellente santé ! Votre animal est considéré comme obèse s’il dépasse de 20% son poids de forme. Il est fort probable que son alimentation ne soit pas équilibrée… alors il est vivement conseillé de passer à la bi-nutrition. C’est-à-dire, de lui proposer des croquettes et de la pâtée de bonne qualité.

Résolution n°3 : prendre soin de mon animal de compagnie…

Il est important de suivre un calendrier de soins vétérinaires. Votre animal doit être vermifugé plusieurs fois par an et il doit prendre un antiparasitaire tous les mois. Pensez également à brosser votre animal pendant les périodes de mue (printemps et automne) et à prendre soin de son hygiène buccale avec un brossage des dents. L’idéal est de faire un petit check-up santé dans l’année chez le vétérinaire pour vérifier si tout va bien !

Résolution n°4 : utiliser l’éducation positive pour ses apprentissages…

Le dressage n’est pas une chose facile… et le fait de gronder son animal quand il fait une bêtise ne sert strictement à rien ! L’éducation positive est la seule solution pour réussir les apprentissages de votre animal. Vous pouvez récompenser ses bons comportements par des friandises, des caresses ou le féliciter oralement.

Résolution n° 5 : consacrer plus de temps pour jouer et le câliner…

Pour favoriser une meilleure complicité avec votre animal de compagnie, il vous suffit de prendre un peu plus de temps pour lui. La vie est bien trop courte… alors profitez de lui au maximum ! Avec des séances de jeux et de câlins…une belle thérapie qui fonctionne à 100% !

Propriétaires et animaux : quelles bonnes résolutions pour l'année 2021 ?

En raison du contexte sanitaire actuel, le traditionnel « Noël des animaux » est annulé dans toute la France. Malheureusement, de nombreux animaux présents dans les refuges sont toujours en attente d’une famille pour la vie… mais savez-vous qu’il est toujours possible d’adopter un animal en refuge malgré la Covid ? En ce début de période hivernale, les temps sont rudes pour les associations de protection animale… et le manque de places devient très préoccupant. Mais comment les aider ? On vous dit tout !


Les refuges animaliers au bord du gouffre !

Des milliers d’animaux de compagnie sont abandonnés tous les ans. Ainsi de nombreux chats, chiens et nouveaux animaux de compagnie (lapins, hamsters…) se retrouvent en refuge. Ils attendent tout simplement une âme bienveillante qui voudrait bien leur offrir une nouvelle vie.

L’arrivée de la Covid n’a pas arrangé les choses… et les nouvelles mesures de confinement n’ont fait que creuser certaines inégalités. Les refuges sont littéralement menacés de saturation ! Pas assez de dons financiers et de dons matériels pour faire vivre tous les animaux dans de bonnes conditions.

C’est pour cette raison que les associations de protection des animaux ont besoin de vous pour soutenir la cause animale ! Sachez que pendant la période de Noël, il est tout à fait possible de rendre visite aux refuges.

Comment adopter un animal malgré la Covid ?

Le gouvernement a accordé une tolérance pour éviter que les refuges soient surchargés et qu’ils ne puissent plus accueillir tous les animaux en fourrière. Cependant, des règles strictes sont à respecter pour pouvoir adopter un animal de compagnie.

  • Vous devez avoir choisi préalablement votre animal sur le site Internet du refuge.
  • Le refuge vous donnera un rendez-vous accompagné d’une attestation dématérialisée comportant l’horaire du rendez-vous afin que vous puissiez circuler en toute légalité.
  • Vous devrez vous déplacer seul et être muni de l’attestation de déplacement dérogatoire (sans oublier l’attestation du refuge). Il faudra cocher la case « consultations et soins ne pouvant être assurés à distance ».

L’influenceur Noholit_o soutient la cause animale !

Malgré la pandémie de nombreux influenceurs n’hesitent pas à soutenir la cause animale. C’est le cas du célèbre influenceur Noholit_O qui rassemble un million d’abonnés sur Instagram mais aussi sur Youtube ! Il a décidé de se servir de cette notoriété pour soutenir la cause animale. En effet, il a organisé du 1er au 25 décembre 2020, un calendrier de l’Avent sur son compte Instagram.

C’est une cagnotte de 2500 euros qui sera reversée à des associations de défense des animaux. Ce don sera réparti sur 25 jours. Ainsi, les abonnés de Noholit_o pourront attribués chaque jour 100 euros à une association de leur choix. Un important don matériel sera également donné à plusieurs associations hébergeant des animaux abandonnés.

Tous les Français sont à nouveau confinés pendant une période minimum de quatre semaines. Nous avons donc repris notre routine de confinement mise en place au printemps dernier. Cependant, celui-ci est beaucoup plus souple et de nombreuses activités sont maintenues. Mais est-ce que ces mesures concernent mon animal de compagnie ? On vous dit tout !

Est-ce que je peux sortir mon chien pendant le reconfinement ? 

C’est la première question que tous les propriétaires de chien se sont posés. Et la réponse est oui ! Vous avez le droit de promener votre chien dans un périmètre d’un kilomètre autour de chez vous. Cependant, vous devez être seul et avoir une pièce d’identité ainsi qu’une attestation de déplacement dérogatoire (il faut cocher la case « déplacements brefs, dans la limite d’une heure quotidienne et dans un rayon maximal d’un kilomètre autour du domicile… liés aux besoins des animaux de compagnie ») pour être en règle avec la législation.

Est-ce que les établissements vétérinaires sont ouverts pendant le reconfinement ?

Reconfinement avec son chat

C’est une bonne nouvelle ! Les établissements de soins vétérinaires restent ouverts. Des dispositions spécifiques ont été mises en place dans le respect des gestes barrières (port du masque obligatoire, distanciation et désinfection des mains avec du gel hydroalcoolique). Cependant, il faut appeler le vétérinaire en amont pour avoir un rendez-vous. En effet, les accès sont régulés afin de limiter le nombre de personnes présentes au sein du cabinet ou de la clinique vétérinaire.

Puis-je acheter de la nourriture dans une animalerie ?

Les produits destinés aux animaux de compagnie rentrent dans le cadre des achats de première nécessité. Du coup, les animaleries sont ouvertes, de même que les jardineries et magasins de bricolage. Cependant, seuls les rayons chat, chien, aquariophilie et NAC sont ouverts au public.

Qu’en est-il du service de toilettage ?

Malheureusement, le relooking de votre chien devra attendre… le toilettage ne fait pas partie des commerces essentiels.

Est-ce que je peux me déplacer en France avec mon animal ?

La réponse est ferme. Non. Le déplacement d’une région à une autre est totalement interdit sans une raison valable comme un déménagement. Des preuves à l’appui vous seront demandées en cas de contrôle (acte de vente ou nouveau bail ainsi qu’une attestation de déplacement dérogatoire). Vous devrez cocher la case « pour motif familial impérieux ».

Est-il possible d’amener son chien au travail ?

Ce n’est pas un mythe… les entreprises pet-friendly existent réellement ! Pour vous rendre au travail avec votre animal de compagnie, vous devrez obligatoirement circuler avec une attestation délivrée par votre employeur où ce motif sera bien stipulé.

Est-il autorisé d’adopter un animal en refuge ?

Une tolérance a été accordée par le gouvernement concernant les déplacements pour pouvoir adopter un animal de compagnie. L’animal doit être choisi préalablement sur le site Internet du refuge et un rendez-vous sera fixé pour valider l’adoption. Celui-ci vous transmettra une attestation dématérialisée comportant l’horaire du rendez-vous. Vous devrez également avoir avec vous, une attestation de déplacement dérogatoire pour « consultations et soins ne pouvant être assurés à distance ».

Et si l’adoption passe par un éleveur ?

Dans le cas d’une réservation d’un chiot ou d’un chaton chez un éleveur, la livraison est la solution à privilégier. Cependant, vous pouvez tout de même vous déplacer pour récupérer votre nouveau compagnon à 4 pattes. Pour être en règle avec la loi, vous devez pouvoir justifier cette réservation et notamment le rendez-vous avec l’éleveur… sans oublier l’attestation de déplacement dérogatoire.

Reconfinement et animal de compagnie : Quelles mesures respecter ?

Le droit des animaux : ou en est leur statut juridique

Un grand cap juridique pour les animaux de compagnie a été franchi en 2015. Le Code civil de 1804 où l’animal était considéré comme un bien meuble a été modifié. Désormais, les animaux sont reconnus comme des êtres vivants doués de sensibilité. Depuis ce jour historique, les Français se préoccupent davantage du bien-être de l’animal en société.

Les statuts juridiques qui encadrent la protection animale

Plusieurs textes de lois accordent une place différente à l’animal. Certains articles visent particulièrement à protéger les animaux domestiques, les animaux sauvages apprivoisés ou tenus en captivité.

Le Code rural prévoit des sanctions en cas de manque de soins (article L214-1). En effet, tout animal étant un être sensible doit être placé par son propriétaire dans des conditions compatibles avec les impératifs biologiques de son espèce.

Le Code pénal prévoit une condamnation (article 521-1) pour les atteintes à la vie d’un animal, les actes de cruauté et de maltraitance, l’abandon ainsi que les sévices graves. Les peines vont jusqu’à deux ans d’emprisonnement et 30 000 euros d’amende.

Pour être en adéquation avec les différents codes juridiques, le Code civil a été modifié très récemment. En effet, celui-ci définit à présent l’animal comme un être vivant doué de sensibilité.

La souffrance animale n’est plus un sujet tabou !

De nos jours, les Français sont beaucoup plus sensibles à la cause animale et soutiennent les combats des associations de la protection des animaux :

  • Relais de vidéos sur les réseaux sociaux pour dénoncer les maltraitances.
  • Signatures de pétitions (droit animalier, maltraitance, expérimentation animale, corrida, fourrure…).
  • Prise de position sur les différentes campagnes de sensibilisation (le 27 juin 2020 pour la journée mondiale contre l’abandon des animaux de compagnie pour dire stop à l’abandon).
  • Signalements de mauvais traitements des animaux chez les particuliers.

Un référendum pour les animaux

Une initiative populaire se mobilise pour obtenir un referendum pour les animaux. Le projet est porté par des associations, de nombreuses célébrités et parlementaires sensibles à la cause animale. Six mesures sont présentées pour favoriser le bien-être animal :

  • L’interdiction de l’élevage en cage, de l’élevage à fourrure et de l’élevage intensif.
  • Abolition de la chasse à courre et traditionnelle.
  • L’interdiction des spectacles d’animaux sauvages.
  • L’interdiction de l’expérimentation animale.

La proposition de loi ne pourra se faire que si elle est soutenue dans un premier temps, par au moins 185 parlementaires et dans un second temps, par 4,7 millions de Français inscrits sur les listes électorales par le biais de signatures. Dans la lutte contre la souffrance animale, le chemin sera très certainement long. Cependant, le combat en faveur de la cause animale est en réel progrès et fait désormais partie du débat public.

statut juridique des animaux : le droit des animaux en France

L’identification des carnivores domestiques est encadrée par la loi française. Elle est le seul lien officiel entre un animal et son propriétaire. La société I-CAD gère le Fichier National d’Identification des Carnivores Domestiques.

Le rôle de la société I-CAD

La société I-CAD a pour mission principale la gestion du Fichier National d’Identification des Carnivores Domestiques qui enregistre toutes les informations relatives au statut de l’animal et les coordonnées de son propriétaire en France.

A travers cette mission, elle doit assurer la gestion et la sécurité des données, le maintien d’un système de gestion et de transmission des données fluides, gérer l’édition et la diffusion des documents administratifs, actualiser le fichier des animaux perdus et trouvés et de localiser les animaux liés à une crise sanitaire comme la rage.

C’est le seul organisme à pouvoir disposer d’informations complètes sur les animaux identifiés par puces électroniques ou par tatouages ainsi que sur les propriétaires qu’ils soient des professionnels ou des particuliers. Le Fichier National I-CAD permet aux acteurs du domaine animalier (vétérinaires, refuges, gendarmeries, animaleries…) de pouvoir se renseigner sur un animal et avoir accès aux coordonnées du propriétaire.

Une identification obligatoire des carnivores domestiques

L’identification des chiens et des chats est obligatoire pour leur cession (une vente, un don ou une adoption). L’identification est rendue obligatoire pour les chiens nés après le 6 janvier 1999 et les chats nés après le 1er janvier 2012.

L’identification est une démarche utile visant à protéger l’animal. En effet, elle est primordiale pour lui donner une identité, prouver qu’il a bien un propriétaire, le retrouver en cas de perte et lui permettre de voyager à l’étranger. Identifier un animal permet également d’être en accord avec la loi.

Les différentes techniques d’identification

L’identification est un marquage indélébile et infalsifiable qui relie un animal à son propriétaire. Il existe deux techniques d’identification : le tatouage et la puce électronique. Seul un vétérinaire peut identifier les carnivores domestiques par puce électronique.

ICAD Identification: Prix pour pucer un chat, Puce electronique chien

Le tatouage est effectué sous anesthésie générale avec un démographe électrique. Il est composé en premier du chiffre 2 suivi de 3 lettres et de 3 chiffres. Le tatouage doit être bien lisible. Celui-ci se trouve généralement à l’oreille ou sur la cuisse. Cependant, cette méthode est de moins en moins pratiquée.

La puce électronique appelée également transpondeur, est une capsule de la taille d’un grain de riz. Elle est injectée en sous-cutané dans la gouttière jugulaire gauche sans anesthésie générale. Elle est composée de 3 premiers chiffres qui représentent le code du pays (250 pour la France), les 2 suivants sont le code de l’espèce (26 pour les chiens et les chats) et enfin, 8 chiffres uniques qui correspondent au code du fabricant. Ce numéro d’identification composée de 15 chiffres ne peut être lu que par un lecteur bien spécifique. Toutes ces informations sont enregistrées dans le fichier national I-CAD.

Une étiquette avec le numéro d’identification doit être collée sur les documents de l’animal notamment sur le carnet de santé mais aussi sur le passeport européen (Celui-ci est obligatoire pour pouvoir voyager avec l’animal. Il atteste de l’identification et du vaccin contre la rage).

Le tarif pour identifier un chien ou un chat

Il est compliqué de trouver un prix fixe concernant l’identification des carnivores domestiques. Chaque cabinet ou clinique vétérinaire pratiquent différents tarifs. Cependant, on peut observer que le prix pour tatouer ou pucer un chien ou un chat se situe entre 60 euros et 80 euros.

Les documents à garder

Le propriétaire doit conserver certains documents attestant de l’identification de l’animal. Le premier document est valable un mois, il s’agit du certificat provisoire d’identification. Il est remis au détenteur de l’animal par le vétérinaire suite à la pose du tatouage ou d’une puce électronique.

Une fois que la société I-CAD a enregistré les données de l’animal et du propriétaire dans son fichier, le détenteur particulier reçoit la carte d’identification. Il est impératif de conserver les deux parties du document. Il se compose d’une carte détachable que le propriétaire doit toujours garder avec lui ainsi que d’une lettre reprenant toutes les informations importantes, notamment les codes de connexion pour accéder à l’espace détenteur.

Prise en charge des animaux identifiés par Assur O’Poil

Assur O’poil fonctionne sur le principe d’une complémentaire santé et rembourse les frais vétérinaires liés à un accident ou à une maladie. Faire assurer son animal chez Assur O’Poil offre un réel avantage. En effet, adhérer à l’assurance santé chiens et chats permet de faire des économies quand l’animal est identifié.

icad identification: puce electronique chien, prix pour pucer un chat
Confinement et adoption : adopter un animal pendant le confinement

Se déplacer pour adopter un animal de compagnie : une démarche autorisée depuis le 16 avril 2020

Depuis le début du confinement, la Société de Protection des Animaux (la SPA), a fait part de son inquiétude en signalant une saturation d’animaux recueillis dans les refuges.

En effet, depuis plusieurs semaines, il n’était plus possible de se déplacer pour adopter un animal de compagnie.

Face à cette situation déplorable et pour éviter une euthanasie massive des animaux en fourrière, la SPA ainsi que plusieurs associations de la protection animale ont adressé une lettre au président de la République, au ministre de l’Intérieur et au ministre de l’Agriculture. Celle-ci était accompagnée de signatures de célébrités sensibles à la cause animale.

Ce cri du cœur a été entendu par le Gouvernement et une tolérance a été accordée concernant les déplacements pour l’adoption des animaux. Ce dispositif entre en vigueur à partir du 16 avril 2020 !

Les règles pour adopter un animal de compagnie

Pour adopter un animal se trouvant dans un refuge, il faudra cependant respecter des règles strictes pour bénéficier de la dérogation.

L’animal devra être choisi préalablement sur le site Internet de la SPA ou d’un refuge indépendant. Vous pourrez alors échanger par téléphone avec un agent animalier qui s’assurera de votre bonne volonté à adopter et si l’animal convient à votre mode de vie. Il vous mentionnera également les justificatifs à fournir ainsi que le montant de participation à l’adoption qui varie selon l’animal.

Ensuite, un rendez-vous précis sera fixé et le refuge émettra une attestation dématérialisée avec l’horaire du rendez-vous. Le propriétaire du futur animal devra venir seul et être muni de l’attestation du refuge animalier ainsi que de l’attestation de déplacement dérogatoire pour motif familial impérieux.

L’adoption, une démarche responsable

Il est important de rappeler que l’adoption est une décision importante et un acte dûment réfléchi. L’adoption ne doit pas être prise sur un coup de tête ! Un animal est un être vivant doué de sensibilité et apporte de grandes responsabilités. Il faut savoir que ce compagnon à quatre pattes vous accompagnera pendant une partie de votre vie.

Faire le mauvais choix aura des répercussions sévères sur l’animal, alors, ne vous précipitez pas ! Choisissez un animal en fonction de votre style de vie, votre tempérament, votre rythme de vie et surtout votre emploi du temps. Tous les animaux des refuges attendent une famille pour la vie. Pour cet animal, vous deviendrez tout pour lui. Il est nécessaire de prendre cette démarche au sérieux et d’opter pour une adoption responsable pour le bien-être de l’animal.

COVID 19 : adopter un animal de compagnie pendant le confinement
1 2 3 5

Rechercher

+