L’identification des carnivores domestiques est encadrée par la loi française. Elle est le seul lien officiel entre un animal et son propriétaire. La société I-CAD gère le Fichier National d’Identification des Carnivores Domestiques.

Le rôle de la société I-CAD

La société I-CAD a pour mission principale la gestion du Fichier National d’Identification des Carnivores Domestiques qui enregistre toutes les informations relatives au statut de l’animal et les coordonnées de son propriétaire en France.

A travers cette mission, elle doit assurer la gestion et la sécurité des données, le maintien d’un système de gestion et de transmission des données fluides, gérer l’édition et la diffusion des documents administratifs, actualiser le fichier des animaux perdus et trouvés et de localiser les animaux liés à une crise sanitaire comme la rage.

C’est le seul organisme à pouvoir disposer d’informations complètes sur les animaux identifiés par puces électroniques ou par tatouages ainsi que sur les propriétaires qu’ils soient des professionnels ou des particuliers. Le Fichier National I-CAD permet aux acteurs du domaine animalier (vétérinaires, refuges, gendarmeries, animaleries…) de pouvoir se renseigner sur un animal et avoir accès aux coordonnées du propriétaire.

Une identification obligatoire des carnivores domestiques

L’identification des chiens et des chats est obligatoire pour leur cession (une vente, un don ou une adoption). L’identification est rendue obligatoire pour les chiens nés après le 6 janvier 1999 et les chats nés après le 1er janvier 2012.

L’identification est une démarche utile visant à protéger l’animal. En effet, elle est primordiale pour lui donner une identité, prouver qu’il a bien un propriétaire, le retrouver en cas de perte et lui permettre de voyager à l’étranger. Identifier un animal permet également d’être en accord avec la loi.

Les différentes techniques d’identification

L’identification est un marquage indélébile et infalsifiable qui relie un animal à son propriétaire. Il existe deux techniques d’identification : le tatouage et la puce électronique. Seul un vétérinaire peut identifier les carnivores domestiques par puce électronique.

ICAD Identification: Prix pour pucer un chat, Puce electronique chien

Le tatouage est effectué sous anesthésie générale avec un démographe électrique. Il est composé en premier du chiffre 2 suivi de 3 lettres et de 3 chiffres. Le tatouage doit être bien lisible. Celui-ci se trouve généralement à l’oreille ou sur la cuisse. Cependant, cette méthode est de moins en moins pratiquée.

La puce électronique appelée également transpondeur, est une capsule de la taille d’un grain de riz. Elle est injectée en sous-cutané dans la gouttière jugulaire gauche sans anesthésie générale. Elle est composée de 3 premiers chiffres qui représentent le code du pays (250 pour la France), les 2 suivants sont le code de l’espèce (26 pour les chiens et les chats) et enfin, 8 chiffres uniques qui correspondent au code du fabricant. Ce numéro d’identification composée de 15 chiffres ne peut être lu que par un lecteur bien spécifique. Toutes ces informations sont enregistrées dans le fichier national I-CAD.

Une étiquette avec le numéro d’identification doit être collée sur les documents de l’animal notamment sur le carnet de santé mais aussi sur le passeport européen (Celui-ci est obligatoire pour pouvoir voyager avec l’animal. Il atteste de l’identification et du vaccin contre la rage).

Le tarif pour identifier un chien ou un chat

Il est compliqué de trouver un prix fixe concernant l’identification des carnivores domestiques. Chaque cabinet ou clinique vétérinaire pratiquent différents tarifs. Cependant, on peut observer que le prix pour tatouer ou pucer un chien ou un chat se situe entre 60 euros et 80 euros.

Les documents à garder

Le propriétaire doit conserver certains documents attestant de l’identification de l’animal. Le premier document est valable un mois, il s’agit du certificat provisoire d’identification. Il est remis au détenteur de l’animal par le vétérinaire suite à la pose du tatouage ou d’une puce électronique.

Une fois que la société I-CAD a enregistré les données de l’animal et du propriétaire dans son fichier, le détenteur particulier reçoit la carte d’identification. Il est impératif de conserver les deux parties du document. Il se compose d’une carte détachable que le propriétaire doit toujours garder avec lui ainsi que d’une lettre reprenant toutes les informations importantes, notamment les codes de connexion pour accéder à l’espace détenteur.

Prise en charge des animaux identifiés par Assur O’Poil

Assur O’poil fonctionne sur le principe d’une complémentaire santé et rembourse les frais vétérinaires liés à un accident ou à une maladie. Faire assurer son animal chez Assur O’Poil offre un réel avantage. En effet, adhérer à l’assurance santé chiens et chats permet de faire des économies quand l’animal est identifié.

icad identification: puce electronique chien, prix pour pucer un chat
Mon chien mange ses crottes : Alimentation Chien

Mon chien mange ses crottes, que faire ?

Mon chien aime ses crottesLes chiens sont des petits êtres imprévisibles et des fois, il arrive même qu’ils mangent des crottes y compris les leurs. Tout propriétaire s’accorde à dire que c’est tout à fait dégoûtant. Cette mauvaise habitude est à l’origine de la mauvaise haleine du chien et favorise la contraction de certaines maladies parasitaires. Mais que faut-il faire pour que son chien change de comportement ? Avant toute chose, il est important de connaître les raisons de ces agissements. Ensuite, vous pourrez prendre des mesures pour empêcher que cela ne se reproduise.

Les causes de la coprophagie du chien

mon chien mange son caca : alimentation chienLa coprophagie est le terme utilisé dans le jargon canin pour désigner un chien qui mange les excréments. Selon les statistiques, cette attitude est surtout fréquente chez les chiots mais, peut aussi survenir à tout âge. Ainsi, au cours de ses 4 premiers mois, un chien mange naturellement ses crottes. Cependant, si cette pratique commence à être régulière, cela peut être lié à des problèmes digestifs. Dans ce cas-là, vous pouvez être sûr que le comportement de votre chien est généré par un problème médical sous-jacent. Il existe aussi d’autres raisons qui poussent votre chien à apprécier les excréments. Soit, votre compagnon à quatre pattes souffre d’une carence en vitamine ou tout simplement d’un manque sur le plan alimentaire. Soit, il est stressé et anxieux. Dans tous les cas, ces agissements méritent d’être bien suivis.

Prévenir la coprophagie du chien 

Pour éviter que votre chien n’avale toutes les crottes qu’il voit, il faut commencer par lui faire porter une muselière. Non seulement, cette technique est la plus fiable, mais elle ne comporte pas non plus de danger pour ce dernier. Pour renforcer cette action, l’environnement qui entoure l’animal, doit rester propre tous les jours. Un nettoyage quotidien est alors à prévoir pour enlever les éléments qu’il peut avaler, comme les excréments, les fleurs toxiques, mais aussi les objets tranchants. Si le problème de votre chien est lié à un manque d’attention ou à de l’anxiété, il serait bien que vous lui acheter des jouets. Promenez-le, cela lui changera les idées.

C’est une façon pour le chien de rester en bonne santé

Même si cela dégoûte les propriétaires, il faut prendre conscience que le chien ne trouve pas ça aversif. Le chien, lui, ne se sent pas sale. Si une condition médicale sous-jacente n’est pas la cause, d’autres causes possibles pourraient être à l’origine de ce problème : l’ennui, le stress, la faim ou même une simple habitude.

Traiter la coprophagie de votre chien

Mutuelle animaux : assurance chien, assurance pour animauxSi son envie de manger des excréments persiste, la modification des repas de votre animal de compagnie peut être envisagée. En effet, une alimentation non équilibrée peut pousser le chien à se nourrir de crottes pour combler les carences. Outre cette mesure, pensez également à nourrir votre compagnon à quatre pattes à une heure fixe. Ainsi, vous limiterez les troubles digestifs.

D’autre part, pour éviter qu’il ne fasse des bêtises, votre chien a aussi besoin que son mental et son physique soient stimulés. Autrement dit, des activités diverses visant à l’occuper et à le rendre heureux. Vous devez renforcer l’éducation de votre chien, afin de lui ordonner facilement de ne pas faire les mêmes erreurs. En effet, un chien doit être sorti tous les jours, même s’il a un jardin. Il doit pouvoir rencontrer des congénères régulièrement et jouer à des jeux avec sa famille.

Évitez de laisser votre chien sans surveillance lors de la rééducation. Si vous possédez un jardin dans lequel votre chien passe du temps, ramassez ses excréments régulièrement et évitez d’enlever les déjections devant votre chien. Certains chiens sont coprophages par jeu. Il est envisageable en dernier recours de faire porter une muselière au chien lors des sorties, lorsque la rééducation est difficile. Il va de soi que le port de la muselière doit être appris de manière positive, afin de ne pas perturber le chien.

Ce qu’il ne faut pas faire

La pire chose à faire est de gronder son chien lorsqu’il mange des excréments. En effet, disputer son chien risque d’empirer la situation. Le chien se précipitera pour manger, ce qui vous dégoûte et le plus vite possible. Certains chiens en deviennent frénétiques et n’arrivent plus à renoncer à ce qu’ils mangent. Il faut alors apprendre au chien à renoncer sur demande.

L’élimination de la coprophagie du répertoire comportemental du chien est facile en théorie, mais pour de nombreux propriétaires, cela ne l’est pas en pratique. Vous devez être prêt à consacrer du temps et de l’énergie à la gestion et l’éducation de votre chien afin qu’il ait le moins d’occasion possible de pratiquer ce comportement. Il faudra rester cohérent, pour éviter que le chien se valide régulièrement dans ce comportement.

Les chiens qui mangent les excréments dégoûtent un peu leurs propriétaires. Si cette habitude détériore son hygiène bucco-dentaire, c’est aussi une porte grande ouverte pour les parasites. En effet, en mangeant une crotte contaminée, le chien est systématiquement atteint de parasites. Ainsi, quelles que soient les raisons qui poussent votre compagnon à agir de la sorte, le mieux serait lui donner un vermifuge tous les six mois. N’hésitez pas à demander conseil à votre vétérinaire si cette situation perdure.

N’oubliez pas également, de vous rendre chez votre vétérinaire régulièrement, afin qu’il puisse faire un checkup de votre chien !

Education chien : Mon chien mange ses crottes, que faire ?

Comment Savoir si mon chat à la fièvre

Comment savoir si mon chat a de la fièvre ?

La fièvre est souvent perçue comme étant une maladie en elle-même ; il suffirait alors de s’allonger quelques jours au lit pour la calmer et pour que tout rentre dans l’ordre. C’est là, un amalgame qu’il faut absolument abolir.

La fièvre n’est qu’un symptôme d’une maladie. Si elle vous permet de diagnostiquer cette dernière, ce n’est pas elle qui sera traitée. Elle pourra être apaisée et diminuée, mais cela ne règle en rien le problème sous-jacent.

Afin de pouvoir vous occuper de la santé de votre chat, vous allez devoir la détecter, et expliquer à votre vétérinaire les raisons de votre inquiétude. Il pourra alors vous proposer des solutions adaptées, en fonction du diagnostique qui sera dressé.

Déceler la fièvre chez le chat

Il n’y a malheureusement pas de solution miracle. Vous ne pouvez pas poser votre main sur son front pour évaluer la situation. Et de toute façon, est-ce qu’il n’aurait pas collé une lampe contre son visage, juste pour échapper à une journée d’école ?

Contrairement aux idées reçues, un museau sec et chaud n’est pas forcément le signe d’une fièvre chez le chat. La seule et unique solution efficace, c’est le thermomètre.

La température normale pour un chat se situe entre 38°C et 39,2°C. Au dessus de cela, on considère que l’animal est fiévreux. Bien que la fièvre est un élément naturel et aide à combattre bon nombre de maladies, lorsque la température atteint les 40°C, il est grand temps d’agir, puisque les organes internes peuvent être endommagés. Contactez votre vétérinaire au plus vite si vous observez une telle température chez votre animal.

D’autres indices pour déceler la fièvre de votre chat

Bien que cela ne soit pas aussi précis qu’un thermomètre, voici quelques astuces qui vous permettront de vous faire une idée sur la santé de votre chat. Le nez des chats est généralement frais et humide, signe que tout va bien.

En revanche, lorsqu’ils sont malades, leur nez sera plutôt sec et chaud. Ce dernier diagnostique peut également être une alerte de déshydratation. Pour le savoir, essayez de pincer doucement de la fourrure et de la peau sur le dos de votre chat. Si elles ne se remettent pas en place rapidement, votre chat est certainement plus déshydraté que fiévreux ! Dans ce cas-là, il faut l’amener en urgence chez le vétérinaire.

Lorsque votre chat va bien, placez un doigt sur la face interne de son oreille. Ce sera chaud, certes, mais lorsqu’il aura de la fièvre, cette partie sera encore plus chaude. Le procédé est exactement le même que le nôtre avec nos fronts en cas de fièvre suspectée.

Comme ses oreilles, le dos de votre chat peut également être plus chaud que d’habitude au toucher en cas de fièvre. Mais d’abord, assurez-vous qu’il n’a pas fait la sieste dans son endroit ensoleillé préféré ou devant la cheminée.

Parfois, les chats qui font de la fièvre commencent à respirer plus rapidement ou à haleter. Comme chez l’homme, les frissons peuvent également être un signe de fièvre.

Symptômes

Les causes d’une fièvre sont diverses et variées, et il serait presque s’agir de tout et n’importe quoi. Il devient alors vital d’observer les autres symptômes que le chat semble démontrer. La fièvre permet au système immunitaire de combattre la maladie, et d’autres systèmes sont naturellement mis en place afin de permettre au chat de conserver un maximum d’énergie. Cela comprend :
♦ La perte d’appétit,
La dépression,
♦ La diminution d’énergie ou d’activités,
♦ La diminution des toilettes,
♦ Des tremblements et/ou une respiration rapide.
D’autres signes, plus rares, peuvent également être signalés, comme des éternuements, des vomissements et des diarrhées.

Causes

La fièvre est donc un symptôme comme un autre, et il est du devoir du vétérinaire de trouver quelle maladie pourrait faire que votre chat en soit atteint. Il est important de prendre sa température plusieurs fois par jour, pendant plusieurs jours. Un chat peut très bien avoir une température corporelle élevée simplement parce qu’il a passé plus de temps dans un endroit chauffé, ou qu’il a fait des exercices physiques juste avant la prise de température. Si vous remarquez que la haute température est constante sur plus de 24 heures, cela pourrait bien être une fièvre.

Les causes sont multiples et comprennent :
♦ Une infection virale, bactérienne, ou fongique,
♦ Une tumeur,
♦ Un trauma, une blessure,
♦ Certains médicaments,
♦ Des maladies comme le lupus.

Traitements

En soit, vous n’avez que deux choses à faire en cas de fièvre : surveiller votre chat, et l’amener chez le vétérinaire. N’essayez en aucun cas d’auto-médicamenter votre animal, vous ne savez pas quelle maladie l’affecte, et surtout, ne lui donnez pas de médicaments prévus pour les humains ! Vous ne connaissez pas les effets secondaires qu’ils peuvent induire, ils ne sont de toute façon pas prévus pour la consommation animale.

Si le vétérinaire estime que la fièvre du chat est bénigne, il n’essayera même pas de la traiter. C’est une réaction naturelle, et il est inutile de gaver le chat de médicament si tout finira par rentrer dans l’ordre d’ici quelques jours.

Votre vétérinaire examinera les antécédents médicaux de votre chat, y compris les contacts avec des animaux malades, les allergies, les vaccinations et les maladies récentes. Le vétérinaire ordonnera probablement une prise de sang complète et un panel de biochimie, ainsi qu’une analyse d’urine. Si la cause de la maladie n’est pas claire, des analyses telles que l’échographie, l’IRM ou la tomodensitométrie peuvent être effectuées pour mieux voir ce qu’il se passe en interne. Le traitement le plus courant de la fièvre est à base d’antibiotiques. Mais, cela dépend avant tout de la cause sous-jacente à cet état.

Le suivi à long terme

Comme il est expliqué plus haut, vous n’avez pas grande responsabilité lorsqu’il s’agit de fièvres, vous pouvez cependant préparer le terrain et aider à la détection rapide du symptôme. Certaines maladies sont repérables facilement, le chat pourrait avoir un bout de peau rougi, des abcès, du sang dans ses rejets (urine, excréments, mucus, etc.), éternuer à répétition ou respirer avec difficulté. Tous ces signes sont importants, et vous ne devez pas les manquer.

Si vous remarquez des troubles alimentaires, il ne faut pas s’inquiéter. Un chat peut tout à fait rester en bonne santé tout en ne mangeant pas durant 48 heures. Il n’en est pas de même pour l’eau, cependant ! Assurez-vous que votre félin soit toujours hydraté, surtout s’il vomit ou connaît quelques diarrhées !

Comment savoir si mon chat a de la fièvre

Alimentation pour chien : 5 légumes pour chien qui sont bons pour sa santé, asperges, patates douces

Pourquoi donner des légumes à son chien ? 

Légumes pour chien ? Quoi de mieux pour varier l’alimentation du chien tout en la gardant saine !

Si les chiens aiment la viande, sachez qu’ils apprécient aussi les légumes !

Il est vrai que les idées repas peuvent rapidement devenir un casse-tête pour votre chien. Aussi, pour changer son quotidien tout en variant son alimentation, découvrez 5 légumes qui lui permettront de garder santé et forme.

Les courgettes

legumes-pour-chien-courgettes

La courgette fait partie de la famille des cucurbitacées et, est particulièrement bonne pour la santé des chiens. Non seulement, elle est faible en calories ( 2-3 calories par tranche) mais elle apporte également des nutriments vitaux tels que le potassium et la vitamine C à votre chien. Si la nourriture de votre petit compagnon manque de ces nutriments, les courgettes vont considérablement améliorer son régime. 

Les asperges

Lorsqu’elles sont coupées en morceaux de la taille d’une bouchée, les asperges constituent une option saine pour votre chien en raison de ses vitamines K, A, B1, B2, C et E, ainsi que de l’acide folique, du fer, du cuivre, des fibres, du manganèse et du potassium qui s’y trouvent. Certains chiens les apprécient même en friandises.

Les épinards

Nous comprenons certainement la valeur des épinards dans nos propres régimes, mais heureusement, ce légume à feuilles vertes peut être tout aussi puissant pour votre chien. Bien qu’il soit riche en fer (avec presque deux fois plus que la plupart des autres sources), les épinards sont une option particulièrement bonne pour votre chien car ils aident à repousser les problèmes inflammatoires et cardiovasculaires, ainsi que le cancer.

Les patates douces

legumes-chien-patates-douces

Savoureuses, les patates douces sont parfaites pour le dîner du toutou. Mais, c’est surtout une excellente source de vitamines E, A, B-6 et C mais aussi,  de calcium, fer, potassium et fer.

 

Les petits pois 

legumes-pour-chien-petits-pois

Riche en fibre et minéraux essentiels (potassium, thiamine et phosphore et vitamine E),  les petits pois regorgent de substances nutritives. Ils permettent le renouvellement des cellules saines, renforcent l’ossature et lutte contre les radicaux libres. Si le potassium est bon pour le cœur, les fibres présentent dans le petit pois permettent de garder son intestin sain.

Riche en lutéine et zéaxanthine, les petits pois sont aussi bénéfiques à la santé des yeux. Ces enzymes sont des anti-oxydants extrêmement puissants que l’on retrouve dans la structure des yeux.

Sachez que si votre chien est âgé et qu’il a un début cataracte, incorporer des petits pois dans sa nourriture ne lui fera donc pas de mal.

Les haricots verts

legumes-pour-chien-haricots

Les haricots verts sont non seulement bons pour les humains mais aussi pour les chiens. Ils sont riches en fer et les protègent des problèmes cardiovasculaires et du cancer.

 

Les carottes

legumes-pour-chien-carottes

Riche en vitamine A, C, D, E, K, B1 et B6, la carotte n’est pas seulement bonne pour la vision oculaire mais favorise aussi le bien-être général de votre animal ainsi que son système immunitaire.

La carotte renforce les dents et les rend saine. Crues, les carottes sont faibles en calorie et idéales pour le goûter.

Mais attention, trop de carottes, tue la carotte ! En grande quantité, sa consommation peut-être néfaste. En effet, elle contient un fort taux carbohydrate. Aussi, si votre chien est diabétique, n’hésitez pas à demander conseil à votre vétérinaire. Les carottes sont aussi bénéfiques pour la peau, le pelage et leur donne une meilleure vivacité.

Les chiens aiment particulièrement le goût de la carotte crue et prennent plaisir à les croquer. Toutefois, comme les être humains si certains tolèrent bien la carotte, d’autres la digèrent mal. Aussi, quand votre chien a la diarrhée, troubles gastriques sachez que la carotte est très efficace.

Autres légumes

Il existe d’autres légumes bons pour la santé de votre chien comme le concombre qui est incroyablement faible en calories, hydratant et rafraîchissant. Ils sont chargés d’électrolytes, de vitamines K, C et B1, ainsi que de potassium, de cuivre, de magnésium et de biotine. Pelez la peau du concombre avant de le donner à votre chien. Vous pouvez également faire goûter les choux de Bruxelles à votre chien ainsi que du chou frisé, mais en petite quantité.

Pourquoi donner des légumes à son chien ?

Les légumes à feuilles vertes foncées contiennent des minéraux importants comme le calcium, le potassium et le magnésium, ainsi que des antioxydants et des vitamines. Ils possèdent également des propriétés de nettoyage et d’équilibrage du pH, et ils sont une excellente source de fibres.

De plus, si votre chien est en surpoids, il faut éviter les graisses, les féculents et les sucres. On pense souvent à baisser la ration de croquettes, mais beaucoup de chiens auront alors encore faim, une fois la gamelle vide. Donner une alternative à votre chien, lui permettra de satisfaire son appétit, tout en évitant le surpoids.

Sachez que vous pouvez également donner des fruits à un chien. Vous pouvez donc lui donner de la banane, des fraises, du melon, des myrtilles ou même de la pomme en enlevant les pépins. Toutefois cela demande plus de maîtrise dans l’alimentation du chien pour ne pas déséquilibrer sa ration et donc son corps.

Une question sur l’alimentation du chien ? Consultez votre vétérinaire ! La consultation peut être prise en charge avec une assurance chien. Renseignez-vous dès à présent pour connaitre le tarif des formules d’assurance santé animaux.

Alimentation pour chien : 5 légumes à donner à son chien, asperges, patates douces

La fièvre est un symptôme évident de maladie, et si elle a longtemps été synonyme de grave condition, la médecine moderne sait très bien s’en occuper. On sait la déceler, on sait la réduire, et on sait la neutraliser. Tel est également le cas pour nos amis les animaux. Si la fièvre est aujourd’hui facilement traitable, il ne faut pas la négliger, et très vite la traiter, au risque de laisser la situation s’aggraver. C’est bien souvent là que le bât blesse, comment réellement savoir si votre chien a de la fièvre ? Voici quelques informations et conseils sur le sujet.

Qu’est-ce que la fièvre ?

La fièvre, connue sous le nom de pyrexie par les vétérinaires, est définie comme une température corporelle supérieure à la normale. Donc une température corporelle élevée chez votre chien.

Nous avons établi que la température
corporelle d’un chien en bonne santé se situe entre 37,5°C et 39,2°C.

Comment déceler la fièvre chez le chien ?

Dans le meilleur des mondes, vous prenez la température de votre chien régulièrement. En vérité, nous avons tendance à nous en occuper que lorsque nous pensons que le chien est malade. En soit, ce n’est pas un mal, nous faisons pareil pour notre propre corps. Ce qui est important, en revanche, c’est d’arriver à analyser divers signes qui pourraient nécessiter la prise de température. C’est une évidence, la première étape dans la guérison de votre animal, c’est de connaître ses symptômes.

On admettra qu’une température normale pour un chien se situe entre 37,5°C et 39,2°C. Lorsque le thermomètre affiche 39,7°C, on admet que c’est un signe de fièvre. Le thermomètre est d’ailleurs votre meilleur allié dans ce combat, vous allez devoir l’utiliser à chaque suspicion de fièvre, et cela plusieurs fois sur plusieurs jours. Si votre chien affiche une température normale au petit matin, cela ne veut en aucun cas dire qu’il faille rayer la fièvre des possibilités, la médecine est une science qui demande de nombreux tests. Faites plusieurs analyses, et en cas de doute, vous pouvez toujours demander l’avis de votre vétérinaire.

Comment savoir si un chien a de le fièvre sans thermomètre ?

Bien que ce ne soit pas la meilleure option, il est possible de savoir si un chien a de la fièvre au toucher. Mais, attention cela peut vous conduire à un faux diagnostique ! Cette méthode est recommandée en cas d’urgence (c’est-à-dire sans thermomètre) ou par un vétérinaire expérimenté. Vous pouvez utiliser la liste de contrôle pratique ci-dessous :

  • Truffe : si elle est sèche avec écoulement nasal
  • Arrière de leurs oreilles très chaud au toucher
  • Aine / aisselles – recherchez les ganglions lymphatiques enflés
  • Pattes très chaudes au toucher, parfois chaudes et humides
  • Gencives – gonflées et rouges (c’est-à-dire non roses)

L’état des oreilles, du nez et des aisselles de votre chien n’est parfois pas en corrélation avec sa santé et son bien-être. Ce n’est pas toujours aussi simple. En cas de doute, consultez toujours un professionnel. De plus, votre chien peut avoir un de ses symptômes sans pour autant avoir de la fièvre. Pensez qu’un chien qui est resté à se prélasser au soleil, aura forcément les oreilles chaudes ou la truffe moins humide !

Symptômes

Avant d’aller chercher un thermomètre, on a bien souvent besoin de voir des signes extérieurs de maladie. Ainsi, si votre chien affiche un ou plusieurs de ces symptômes, pensez-y :

– Sensation de chaleur corporelle accrue

– Faiblesse, perte d’énergie

– Tremblements

– Perte d’appétit

– Rythme cardiaque accéléré

– Déshydratation, diminution des besoins d’uriner

– Respiration accélérée

– État de choc…

Causes de la fièvre chez le chien

Mon chien a de la fièvre, que faire ?Les causes d’une fièvre ne sont pas toujours évidentes à déceler, c’est bien pour ça qu’il est important d’avoir l’avis d’un vétérinaire. Si vous remarquez que votre chien affiche une température élevée au moins 4 fois dans une période de 2 semaines, sans qu’une cause logique soit découverte, il faut réellement penser à consulter. Dans la majorité des cas, cependant, il s’agira d’une simple réaction normale face à une menace bactérienne ou virale.

Rappelez-vous que la fièvre est une réponse à une maladie, et non pas une maladie en elle-même. Elle peut donc être bénéfique pour l’animal, elle est sensée l’aider à combattre diverses attaques internes, et permet d’améliorer le système immunitaire du chien. C’est quand une fièvre dure trop longtemps et atteint des températures inquiétantes qu’il va falloir penser à un traitement.

Enfin, votre chien a peut-être un coup de chaleur. D’où cette impression d’être dans un état fiévreux. Cela est dangereux pour sa santé. Dans de nombreux cas c’est même mortel. Cet état n’est pas un état fiévreux.

Traitements de la fièvre du chien

Le vétérinaire devra établir un diagnostique compétent. Les traitements ne seront pas les mêmes si le problème provient d’une infection bactérienne, virale, parasitaire, ou autre. Vous allez devoir fournir le plus d’informations possibles. Est-ce que votre chien a été en contact avec des agents infectieux, a-t-il récemment voyagé, a-t-il ingéré des médicaments, été mordu ou piqué par des insectes, a reçu des vaccinations, a des allergies connues, etc.

Grâce à ces informations et à un examen corporel détaillé, le vétérinaire sera en mesure de vous proposer une ou plusieurs solutions au problème, s’il en est réellement un. Des analyses de sang et d’urine pourront être réalisées si nécessaires, ainsi que diverses radiographies, afin d’écarter les risques de tumeurs, d’abcès ou d’infections.

Le premier traitement à infliger à votre chien, c’est le repos. Il devra regagner son énergie afin d’éviter l’aggravation des symptômes. Grâce aux médicaments fournis par un vétérinaire, la majorité des chiens retrouvent un état de santé normal au bout de quelques heures, ou quelques jours. Le traitement le plus commun consiste à faire ingurgiter des antibiotiques au chien, si la fièvre est un peu trop tenace.

Comment aider son chien en cas de fièvre ?

Une fièvre est le moyen pour l’organisme de lutter contre l’inflammation ou l’infection. Il ne faut donc pas essayer de faire baisser la fièvre de son chien sauf avis contraire du vétérinaire.

Vous pouvez toutefois :

  • Utiliser une serviette de bain et l’humidifier pour que le chien s’installe dessus.
  • Ou installer un tapis rafraichissant.
  • Apporter de l’eau tempérée et la laisser à volonté.
  • S’assurer que le chien a accès à l’ombre et aux parties les plus fraîches de la maison.
  • Laisser votre chien tranquille le temps d’aller voir le vétérinaire. En effet, cela peut stresser le chien et le faire se sentir encore plus mal.

 

Le suivi à long terme

Il n’y a pas forcément de grands secrets pour éviter que votre chien ne tombe malade et attrape une fièvre. Cela a tendance à arriver, et c’est très fréquemment bénin. Il faut cependant bien vous assurer que votre animal se repose assez souvent et suit un régime adapté à son âge et à sa race. Il est normal de constater une perte d’appétit en cas de fièvre, mais il ne faut pas la négliger. Si le problème subsiste sur plusieurs jours, il faudra agir.

 Fièvre chez le chien : Mon chien a de la fièvre

Alimentation chien : Votre chien peut-il manger de l'oeuf si oui comment

L’oeuf cru est-il bon pour le chien?

Aliment riche et complet pour l’homme, l’oeuf a des apports et des effets différents chez le chien. Cet aliment comporte même certains composants nocifs pour ce dernier. Pour que vous puissiez prendre la bonne décision concernant le régime à donner à votre animal de compagnie, découvrez d’abord les bienfaits de l’œuf chez le chien. Prenez également conscience des dangers qu’il peut représenter et étudiez toutes vos alternatives pour faire profiter des bienfaits de cet aliment à votre petit protégé.

Quels peuvent être les bénéfices de consommer des œufs chez le chien ?

Les œufs crus donneront à votre chien des
nutriments essentiels tout en faisant briller son pelage et ses yeux ! Certains
vétérinaires l’encouragent tandis que d’autres mettent en garde contre le fait de donner de l’œuf au chien. Le débat sur les aliments crus fait donc rage. Les propriétaires de chien se demandent si leur animal peut attraper des salmonelles ou des E. coli.

L’essentiel est que les œufs sont une bonne source de nourriture pour les chiens. Ils sont une source complète d’acides aminés et contiennent de la vitamine A, de la riboflavine, de la vitamine B12, du fer, du sélénium et des acides gras. La coquille contient du calcium et est bonne pour leurs dents et leur digestion.

Les chiens modernes sont des descendants de loups gris et les loups mangent crus. Le système digestif de votre chien est donc entièrement équipé pour digérer les aliments crus.

L’œuf et sa controverse

Certains experts mettent en garde contre les œufs crus pour deux raisons : à cause de la possibilité de salmonelles ou d’E. Coli et à cause de l’avidine, un inhibiteur de la biotine. La vérité est que les chiens attrapent rarement des salmonelles ou des E. coli.

Même si votre chien a mangé un œuf infecté, le risque de contracter E. coli ou salmonelle est rare. Les chiens ont un tube digestif très court combiné à un estomac très acide. Cela signifie que leur court tube digestif ne laisse pas le temps aux bactéries de s’accumuler – contrairement aux humains.

De plus, l’estomac acide est assez fort pour tuer toutes les bactéries et pour briser les os bruts entiers. C’est pourquoi, les chiens peuvent manger des animaux sauvages et les digérer sans problème.

Ils disent également que le blanc de l’œuf cru est à proscrire du régime alimentaire du chien. En effet, il s’agit d’un élément riche en avidité qui s’attaque à la biotine, un élément essentiel à la constitution et à l’entretien des poils et de la peau des chiens. En bref, vous risquez d’augmenter d’après eux, les chances pour votre chien d’avoir des lésions cutanées graves, une
chute importante des poils et des troubles neuro-musculaires.

Quels types d’œufs puis-je donner à mon chien ?

Il vaut mieux acheter des œufs locaux. Si vous pouvez acheter des œufs directement auprès d’un agriculteur biologique, faites-le ! Ils sont plus nutritifs que les œufs produits commercialement.

Sinon, prenez des œufs où les poules sont élevées 100% en liberté (c’est-à-dire qu’elles peuvent aller et venir quand bon leur semble) et nourries avec une alimentation 100% bio.

Quelques astuces pratiques pour associer l’œuf au régime alimentaire de votre chien

Sachez avant tout que l’œuf cuit ne représente aucune menace pour l’animal. Une fois qu’il est bien cuit, il peut même remplacer de temps à autre la viande et le poisson. Par contre, donner du jaune cru uniquement n’est pas un problème. D’ailleurs, c’est le seul élément que le chien tolère parfaitement cru et c’est excellent pour son pelage. Il apporte des acides aminés soufrés idéaux pour avoir des poils doux et soyeux. De préférence, évitez de donner la coquille avec, car elle peut lui être indigeste. Pour la recette, vous pouvez le mélanger directement à sa nourriture.

Une alimentation variée est fortement recommandée pour la santé de votre animal de compagnie. Cependant, plusieurs critères sont à tenir en compte et il vous faut prendre beaucoup de précautions dans le choix des ingrédients à utiliser dans la préparation de la nourriture maison que vous lui donnez. C’est aussi et surtout valable quand vous décidez d’ajouter l’œuf cru à son régime. Toutefois, rappelez-vous que le nombre d’œufs à donner au chiot n’est pas équivalent à celui du chien adulte. Il est donc nécessaire de demander à un spécialiste pour éviter de se tromper.

Oeuf chien : Puis-je donner un oeuf à mon chien ?

Quels sont les vertus des huiles essentielles pour le chat ?

Les huiles essentielles sont un sujet sensible dans le monde animal. Pour les gros chiens, par exemple, elles ne représentent pas vraiment un problème et peuvent être utilisées de manière régulière. Pour les plus petits animaux, les choses se compliquent et il faudra les utiliser avec parcimonie. Les chats font partie de ces animaux, évitez donc de jeter n’importe quelle huile sur sa peau, vous risqueriez bien de le blesser plus qu’autre chose. Voici quelques conseils qui vous seront utiles pendant vos courses et vos moments privilégiés avec votre félin.

Qu’est-ce su’une huile essentielle ?

Les huiles essentielles sont des constituants organiques volatils des plantes qui contribuent au parfum et au goût. Ils sont extraits des plantes par distillation ou pression à froid. Les huiles essentielles sont utilisées de diverses façons : comme insecticides, en aromathérapie, produits de soins personnels (Ex. Antibactériens), arômes, remèdes à base de plantes et pot-pourri liquide.

Les huiles essentielles toxiques

Il est important de commencer par lister les huiles qui sont à absolument éviter. La seule odeur d’une huile peut blesser votre animal. Les chats ont des sens beaucoup plus développés que les nôtres, leurs nez sont donc plus sensibles et plus facilement agressés par des senteurs puissantes. Un produit qui peut sentir bon pour vous peut être une véritable torture pour votre chat. Si vous finissez par utiliser des produits senteurs, il est vital de garder un endroit qui n’est pas affecté par eux, comme cela votre chat peut s’y réfugier lorsqu’il est submergé par les odeurs. Voici les huiles à proscrire lorsque vous avez un chat :
– Cannelle
– Clou de girofle
– Thym
– Origan
– Pin
– Cajeput
– Citron
– Orange
– Lime
– Pamplemousse
– Sarriette
– Bergamote
– Mandarine
– Néroli
– Mandarine
– Cyprès
– Sapin
– Genévrier
– Bouleau
– TeaTree
– Épicéa
– Amande
– Boldo
– Ail
– Menthe poivrée
– Camphre
– Calamus
– Moutarde
– Raifort
– Cassia
– Chenopodium
– Tansy
– Sassafras

Les bonnes huiles essentielles

Lorsque vous faites vos courses, évitez au maximum les huiles synthétiques, très proches des parfums. Il faut au maximum vous orienter vers les huiles à 100% pures, la qualité sera bien plus haute, et les risques de blesser votre animal seront réduits au maximum. Une vraie huile essentielle est extraite de plantes vivantes et entretien une vraie relation avec la Nature, les autres sont plus du côté chimique et dilué. Vous pourrez vous-même les diluer plus tard, sans que la qualité n’en soit altérée. Les huiles moins agressives sont appelées « hydrosols », et peuvent être utilisées en combinaison. Voici quelques huiles indispensables pour votre chat :

La lavande (Lavandula spp.), la rose de Damas (Rosa damascena), le pélargonium à forte odeur (Pelargonium graveolens) et le Bigaradier (Citrus aurantium) sont très bons pour calmer les nerfs de l’animal.

Le souci officinal (Calendula officinalis) est exceptionnel pour le confort de votre chat.

Le pois de senteur (Lathyrus odoratus) et l’achillée mille-feuille (Achillea millefolium) sont bons pour dynamiser votre félin.

Le jasmin à grandes fleurs (Jasminum grandiflorum) aide à combattre la dépression.

Comment les utiliser ?

Les chats peuvent bénéficier des bienfaits des huiles essentielles, il ne faut cependant pas les appliquer directement sur la peau de votre félin, cela risquerait de le rendre malade et de le troubler pendant de longs jours. C’est donc pour quoi il est bon d’opter pour les « hydrosols ».

Ce sont des préparations sans alcool, qui se présentes sous forme liquide. En soit, ce sont des huiles essentielles diluées de manière à garder leurs valeurs thérapeutiques. Ce sont des produits sûrs qui peuvent être appliqués autour de l’environnement du chat, mais toujours pas sur sa peau ou sa fourrure directement !

Gardez également une pièce sans odeur afin qu’il puisse s’y réfugier. Vous pouvez même trouver dans certains magasins spécialisés ces hydrosols déjà préparés tout spécialement pour les chats. Il faut évidemment garder toutes vos huiles et vos hydrosols hors de la portée de votre animal, et empêchez-les d’en boire, d’en lécher ou d’en rajouter dans sa nourriture.

Pourquoi cette sensibilité aux huiles ?

On pourrait penser que les huiles sont toxiques et inutilisables. Seulement, elles peuvent être utiles lors de blessures ou de maladies. Le chat est cependant un animal plus petit et plus sensible que certains mammifères. Il leur manque l’enzyme glucuronyl transferase dans leur organisme. Ils ne peuvent alors pas éliminer les phénols et autres toxines naturelles contenues dans certaines plantes, qui sont inoffensives pour d’autres mammifères.

Un humain éliminera ces toxines à travers son urine, par exemple. Le chat ne le pourra même pas. C’est pourquoi il faut être très prudent avec les huiles, si le chat est touché par quelques gouttes, il pourrait tomber très malade. Les hydrosols sont pour le moment la seule solution sûre, en attendant que des études scientifiques plus poussées soient réalisées. Plus la concentration de l’huile essentielle est élevée (soit 100%), plus le risque pour le chat est grand.

Les symptômes qui se développent dépendent du type d’huile impliquée dans l’exposition et peuvent inclure la bave, les vomissements, les tremblements, l’ataxie (tremblement), la détresse respiratoire, la fréquence cardiaque basse, la température corporelle basse et l’insuffisance hépatique. Cela peut donc devenir un vrai danger pour le chat
touché. C’est une urgence vétérinaire qui peut dégénérer !

Aromathérapie

Si vous avez un doute sur l’utilisation des huiles essentielles sur votre chat ou d’autres de vos animaux, le mieux est d’aller voir un naturopathe spécialisé dans l’aromathérapie. Cette personne sera la mieux placée pour aider votre chat et le soigner.

Mise en garde tout de même, si la naturopathie a été officiellement admise en France, elle reste classée dans la pseudo-science. Donc, choisissez bien votre professionnel en aromathérapie, afin de ne pas tomber sur un charlatan.

Tout comme l’huile et l’eau, les huiles essentielles et les chats ne se mélangent vraiment pas. Les propriétaires doivent être prudents en utilisant des huiles essentielles et des diffuseurs dans leur maison, afin de protéger leur chat d’un risque toxique. Plus important encore, les huiles essentielles concentrées ne doivent jamais être appliquées directement aux chats, sauf avis contraire d’un spécialiste.

Dangers et vertus des huiles essentielles pour le chat

Confinement et adoption : adopter un animal pendant le confinement

Se déplacer pour adopter un animal de compagnie : une démarche autorisée depuis le 16 avril 2020

Depuis le début du confinement, la Société de Protection des Animaux (la SPA), a fait part de son inquiétude en signalant une saturation d’animaux recueillis dans les refuges.

En effet, depuis plusieurs semaines, il n’était plus possible de se déplacer pour adopter un animal de compagnie.

Face à cette situation déplorable et pour éviter une euthanasie massive des animaux en fourrière, la SPA ainsi que plusieurs associations de la protection animale ont adressé une lettre au président de la République, au ministre de l’Intérieur et au ministre de l’Agriculture. Celle-ci était accompagnée de signatures de célébrités sensibles à la cause animale.

Ce cri du cœur a été entendu par le Gouvernement et une tolérance a été accordée concernant les déplacements pour l’adoption des animaux. Ce dispositif entre en vigueur à partir du 16 avril 2020 !

Les règles pour adopter un animal de compagnie

Pour adopter un animal se trouvant dans un refuge, il faudra cependant respecter des règles strictes pour bénéficier de la dérogation.

L’animal devra être choisi préalablement sur le site Internet de la SPA ou d’un refuge indépendant. Vous pourrez alors échanger par téléphone avec un agent animalier qui s’assurera de votre bonne volonté à adopter et si l’animal convient à votre mode de vie. Il vous mentionnera également les justificatifs à fournir ainsi que le montant de participation à l’adoption qui varie selon l’animal.

Ensuite, un rendez-vous précis sera fixé et le refuge émettra une attestation dématérialisée avec l’horaire du rendez-vous. Le propriétaire du futur animal devra venir seul et être muni de l’attestation du refuge animalier ainsi que de l’attestation de déplacement dérogatoire pour motif familial impérieux.

L’adoption, une démarche responsable

Il est important de rappeler que l’adoption est une décision importante et un acte dûment réfléchi. L’adoption ne doit pas être prise sur un coup de tête ! Un animal est un être vivant doué de sensibilité et apporte de grandes responsabilités. Il faut savoir que ce compagnon à quatre pattes vous accompagnera pendant une partie de votre vie.

Faire le mauvais choix aura des répercussions sévères sur l’animal, alors, ne vous précipitez pas ! Choisissez un animal en fonction de votre style de vie, votre tempérament, votre rythme de vie et surtout votre emploi du temps. Tous les animaux des refuges attendent une famille pour la vie. Pour cet animal, vous deviendrez tout pour lui. Il est nécessaire de prendre cette démarche au sérieux et d’opter pour une adoption responsable pour le bien-être de l’animal.

COVID 19 : adopter un animal de compagnie pendant le confinement
Confinement avec son chien : quelles précautions prendre

Alors que la pandémie de coronavirus continue de se développer, Assur O’Poil continue de s’engager en priorité sur la santé et la sécurité des animaux de compagnie et de leurs propriétaires. C’est pourquoi nous suivons de près les développements liés au COVID-19.

Mon animal de compagnie peut-il contracter le coronavirus ?

Selon le centre Mondial de la santé, la maladie se transmet aux humains par contact de personne à personne. En France, aucun animal de compagnie n’est tombé malade ou n’a propagé le coronavirus. De même, l’Organisation mondiale de la santé a déclaré qu’il n’y avait aucune preuve que des chiens ou des chats soient tombés malades avec ce virus particulier.

Malgré tout, alors que cette crise sanitaire continue, il est du devoir de tous de prévenir les risques de transmissions de la maladie. 

Lavez-vous les mains

Bien qu’il n’y ait aucune preuve actuelle suggérant que le coronavirus puisse être transmis à des chiens de compagnie, c’est toujours une bonne idée de suivre les pratiques d’hygiène de base autour des animaux. Cela comprend le lavage minutieux des mains tout au long de la journée et avant et après un contact direct avec vos chiens, leur nourriture ou leurs accessoires (collier, laisse, harnais, gamelle d’eau et de nourriture).

Laver régulièrement ses mains avec de l’eau et du savon est la première barrière face à cette bactérie. Un simple savon fera l’affaire, donc pas d’inquiétude si vous ne possédez pas de gel hydro-alcoolique. 

Restez chez vous

La phrase clé du moment “Restez chez vous” prend tout son sens, puisqu’en sortant en extérieur vous multipliez les chances de contracter le virus. Mais, il faut pourtant assurer la sortie de Médor, surtout pour ceux qui ne possèdent pas de jardin. 

En revanche, pas besoin de faire des grandes balades. On vous le déconseille fortement pour plusieurs raisons. La première est que pour suivre la loi, il ne faut pas s’éloigner à plus d’un kilomètre de son domicile. La seconde est que vous prenez des risques à l’heure où beaucoup de personnes décèdent de cette maladie.

Il est donc préférable, qu’une fois que votre chien a fait ces besoins, de rentrer chez vous. C’est peut-être frustrant pour vous deux, mais cela reste le plus prudent. Evitez également les rencontres humaines, mais aussi canine ! Si les chiens ne peuvent être atteint, ils peuvent toutefois se transmettre des gouttelettes contaminées par le covid-19 provenant de leur humain respectif. Qui à leur tour ont une malchance infime de se contaminer en touchant les gouttelettes sur le pelage ou les accessoires (collier, harnais, laisse) de leur chien.

Comment laver son chien ?

En complément, si vous voulez laver votre chien en entier ou ses pattes après la promenade, il est indispensable de rappeler que seuls les produits adaptés aux animaux sont acceptables.

En effet, les vétérinaires sont confrontés à un pic de consultations pour chiens car leurs coussinets seraient brûlés, car les propriétaires ont eu la mauvaise idée de les désinfecter avec des détergents complètement inadaptés, comme de la javel (interdite même si diluée). C’est dangereux pour le chien. Dans la même optique ne surtout pas laver son chien avec du gel hydro-alcoolique.

Si vous souhaitez laver votre chien de manière succincte ou entier, vous devez vous procurer des produits adaptés aux chiens de compagnie. Il existe aussi des sprays lavant sans rinçage. Vous pouvez également laver votre chien avec des lingettes nettoyantes pour chien ou encore utiliser simplement du savon de Marseille et de l’eau. C’est le seul et unique moyen de faire un nettoyage efficace pour vous deux tout en préservant la santé de votre animal.

De plus, rappelez-vous que laver son chien tous les jours abîme son poil et détériore sa peau, même avec des produits spécifiques. Cela prive le chien de son sébum qui le protège naturellement des agressions extérieures. Pour une hygiène normale (sans soins particulier de la peau), les vétérinaires recommandent de laisser quatre à six semaines entre deux nettoyages pour un chien. Il est préférable de demander un avis à un vétérinaire dermatologue si votre chien a des problèmes de peau ou de pertes de poils, car les conseils pourraient être différents.  

Apprenez surtout à faire attention aux lieux de sorties de votre chien et à ne pas laisser les autres personnes ou chiens s’approcher du vôtre en cette période critique. C’est le meilleur moyen de se protéger de ce virus.

Confinement avec son chien : Quelles précautions prendre
Confinement avec son chat : les précautions à prendre

La communauté vétérinaire est elle aussi confrontée à la nouvelle pandémie de coronavirus et la plupart de leurs connaissances pourraient être un soulagement pour les propriétaires d’animaux.

Le COVID-19, une maladie respiratoire qui peut être mortelle pour l’humain. Mais les chiens et les chats domestiques eux-mêmes ne peuvent pas être contaminés ou porteurs. Alors quelle précaution doit-on prendre avec son chat pendant le confinement ?

Mon chat peut-il être contaminé ?

L’Organisation mondiale de la santé rapporte actuellement qu’il n’y a aucune preuve que des animaux de compagnie / animaux de compagnie tels que des chiens ou des chats peuvent être infectés par le nouveau coronavirus. 

On ne pense donc pas que les animaux propagent la maladie. Nous savons que le coronavirus actuel peut se transmettre d’humain à humain via notamment des gouttelettes de transpiration qui seraient éjectées en toussant ou en transpirant. Le risque est très minime, mais il se peut qu’une personne atteinte du coronavirus, puisse laisser tomber ses gouttelettes sur le chat en le caressant par exemple. Si ce chat est en contact avec d’autres humains, ils pourront à leur tour être en contact avec ses gouttelettes, et ainsi se faire infecter. 

Mais, c’est un risque très minime car la plupart des chats ne se laissent pas toucher par des inconnus en extérieur. Ce qui signifie que le chat serait plutôt en contact avec les autres membres de la famille, qui eux seront plus facilement infectés en partageant les mêmes pièces de la maison.

Toutefois, si vous êtes malade du COVID-19, il est alors préférable qu’un membre de la famille en bonne santé prenne soin de votre chat ou, si ce n’est pas possible, la personne infectée doit porter un masque et se laver soigneusement les mains avant et après avoir touchée son chat..

Se laver les mains et laisser le chat à la maison

La façon la plus facile et la plus simple pour vous d’éviter une contamination via la fourrure de votre chat est de ne plus le laisser sortir tant que la quarantaine sera de mise. La formule “Restez chez vous” est aussi valable pour votre chat.

Il vous faut alors vous préparer pour que votre chat se sente le mieux possible pendant ce confinement. Vous devrez l’occuper et vous assurer que sa litière est entièrement propre. Cela permettra également de vous investir d’une autre manière dans votre duo maître-chat.

Il y a des tonnes de façons de s’occuper de son chat et de lui apporter des stimulations physiques comme mentale pendant cette crise sanitaire. Le principal est que tout le monde soit en sécurité. Pensez à garder les mesures d’hygiènes qui conviennent et d’assurer vos gestes barrière comme vous laver les mains, même avec votre chat. Vous limitez ainsi tous les risques.

Comment laver son chat ?

Vous pouvez bien évidemment gérer l’environnement de votre chat. Mais, s’il continue de sortir et que vous souhaitez le laver, il y a des précautions à prendre pour ne pas faire de mal à votre félin.

Bien que vous ne mettriez probablement pas les mots «chat» et «bain» ensemble dans la même phrase (à moins qu’il n’inclue également le mot «jamais!»), c’est parfois une nécessité pour le bien de tous.

Les chats se sentiront généralement plus exposés et inquiets dans une grande baignoire. Une solution simple consiste à utiliser un évier, ce qui rendra votre chat plus en sécurité et sera plus facile à manipuler que dans une baignoire. 

N’utilisez pas de shampooing humain sur votre chat, car il pourrait abîmer sa peau et la dessécher. Dans la même optique, ne surtout pas utiliser de javel, de détergent ou bien de gel hydro-alcoolique. Cela pourrait conduire à la mort de l’animal ou bien à des brûlures de la peau très sévères.

Utilisez des shampoings pour chat, des sprays lavant sans rinçage ou bien encore du savon de Marseille et de l’eau. C’est le meilleur moyen de laver votre chat en entier ou juste ses pattes. Sachez que vous ne pouvez pas laver votre chat tous les jours, cela endommage toute son épiderme et le rend plus fragile aux agressions extérieures.

Enfin, si votre chat n’apprécie pas le bain, ne le traumatisez pas. Vous pouvez l’y habituer de manière positive et progressive. Dans tous les cas, ne le fâchez pas s’il ne se laisse pas faire. C’est à vous de lui prouver qu’il peut avoir confiance en vous pendant ce moment. Si vous l’y forcez ou que vous le malmenez verbalement et/ou physiquement, cela risque de le traumatiser et d’altérer la confiance qui vous unie.

Confinement avec son chat: quelles précautions prendre
1 2 3 58

Rechercher

+