Cataracte chien : Comment gérer la cataracte chez le chien

Vous suspectez des troubles oculaires chez votre animal de compagnie ? Peut-être est-il atteint de la cataracte du chien : voyons ensemble les causes, les symptômes et les traitements possibles

Cataracte chien : qu’est ce c’est la cataracte du chien ?

Pour vous expliquer la cataracte de manière simple, il faut comprendre que la lumière doit passer par la pupille de l’oeil puis à travers le cristallin pour ensuite arriver jusqu’à la rétine.

Le cristallin est à l’origine transparent et envoie les rayons lumineux à la rétine qui, elle, les reçoit et les dirige directement au cerveau.

La cataracte se traduit par l’opacification de ce cristallin, censé être transparent, et cela entraine donc une vision floue puisque la lumière n’arrive plus jusqu’à la rétine.

La cataracte du chien : les symptômes

Comme évoqué précédemment, la cataracte du chien engendre une vision floue que l’on peut observer de manière subtile en regardant l’oeil ou les yeux de son chien qui deviennent voilés/vitreux. A terme, vous observerez d’ailleurs très nettement une pupille toute blanche dans l’oeil de votre chien, ce qui correspond à un stade très avancé de l’opacification du cristallin.

La perte de vue n’est pas nécessairement brutale, elle se fait parfois de manière très progressive selon la vitesse de « vieillissement » du cristallin.

Vous pourrez alors remarquer un trouble oculaire chez votre chien s’il :

  • commence à se cogner un peu partout
  • change brutalement de comportement
  • a peur lorsque vous faites du bruit
  • commence à avoir des attitudes menaçantes (voire agressives) lorsque vous le surprenez
  • est plutôt à l’aise chez vous mais absolument « perdu » lorsqu’il sort de chez lui

 

Cataracte chien : les causes chez le chien

Il existe de nombreuses causes qui peuvent engendrer la cataracte du chien (cause traumatique, cause liée à un problème de santé ou encore liée à l’ingestion d’un produit toxique, etc.) mais les deux principales causes qui expliquent l’apparition d’une cataracte sont :

Une cause génétique/congénitale

Comme son nom l’indique, la cataracte congénitale se développe dès la naissance du chiot et cela est tout simplement dû à un mauvais développement embryonnaire.

La cataracte du chien peut également être héréditaire et toucher le chien à partir de l’âge de 2 ans mais elle sera souvent accompagnée d’autres malformations héréditaires de l’oeil.

Une cause liée au vieillissement

La cataracte du chien liée au vieillissement est très certainement la plus connue et la plus fréquente, appelée aussi « cataracte sénile ». Elle engendre alors la perte progressive de la vue du chien.

La cataracte du chien : les traitements

On ne peut pas soigner complètement une cataracte mais on peut éventuellement diminuer son évolution et/ou remplacer simplement le cristallin.

Le traitement médicamenteux est conseillé pour les chiens âgés atteints d’une cataracte pour, effectivement, ralentir sa progression.

L’opération chirurgicale, quant à elle, est déconseillée pour les chiens âgés et plutôt réservée aux jeunes chiens atteints d’une cataracte héréditaire ou congénitale. Néanmoins, cette opération est très coûteuse (jusqu’à 1500€ par oeil) et surtout très lourde en soins post-opératoires.

Cataracte chien : Comment reconnaître les signes de la cataracte chez le chien

Habiller son chien en hiver, pourquoi et pour qui ? Lorsqu’arrive l’hiver, les promenades avec son chien sont parfois plus courtes, parfois plus humides, mais surtout plus froides ! Nous, en tant que maître, on s’habille chaudement et on se prépare psychologiquement à affronter le froid, mais quand est-il de nos amis les chiens ?
 

Habiller son chien en hiver : quels types de chien ?

 
Tout d’abord, il est important de préciser que si certains chiens ont besoin d’être couverts pour sortir dans le froid, pour d’autres en revanche, cela est absolument inutile, voire complètement ridicule.

En effet, n’habillez votre chien en hiver que si celui-ci est très sensible au froid et qu’il n’a pas l’habitude de l’affronter. S’il vit dans un appartement confortable et chauffé, le choc thermique pourrait le heurter. De plus, si votre chien a le poil court ou ras, le port d’un manteau pour sortir sera nécessaire.

En revanche, si vous avez un chien que l’on appelle rustique et donc robuste, nul besoin de le couvrir. De même, on ne fera pas porter un manteau à un chien qui a déjà le poil long et dense, ni à un chien qui vit déjà dehors toute l’année.

Exemple : Il ne sera jamais choquant de voir un Caniche ou un Yorkshire porter un manteau, en revanche, habiller chaudement pour l’hiver un Berger Allemand ou un Husky, cela pourrait prêter à rire.

Toutefois, même si votre chien est de nature robuste, vous pouvez le protéger du froid et l’aider à mieux gérer cette période :

  • Bien l’essayer (notamment sous le ventre) lorsque vous revenez de balade
  • Lui sécher les coussinets avec de l’eau tiède pour ensuite y appliquer une graisse (type vaseline)
  • Ne pas le tondre ou lui faire prendre trop de bain lors de cette période

Mais de manière générale, si vous voyez votre chien grelotter lorsqu’il sort, rustique ou pas, prenez les choses en main et faites en sorte qu’il vive mieux ses balades hivernales.
 

Habiller son chien en hiver : pourquoi ?

 
Habiller son chien en hiver n’est pas seulement un effet de mode, pour certains chiens très sensibles au froid ce sera même une action de prévention pour éviter certaines maladies. Et oui, les chiens aussi peuvent attraper froid.

De plus, l’hiver, notamment lorsqu’il neige : les coussinets de nos amis canidés sont soumis à rude épreuve car c’est une partie très sensible chez le chien. Par ailleurs, le sel étalé sur les routes et/ou les trottoirs en ville peut être très agressif pour les coussinets. N’oubliez donc pas de bien les sécher, les hydrater et veiller à ce qu’ils ne s’abiment pas.

Dans ces cas là, vous pouvez même faire porter des « chaussures » à votre chien, tout en l’ayant habitué, en amont, positivement à les porter bien entendu.

Puis, qu’on se le dise, le port d’un manteau ou de chaussures pour chien évite tout de même l’odeur de chien mouillé  quand on rentre de balade ou encore les pattes humides partout dans la maison, ce qui n’est pas négligeable, n’est-ce-pas ?

Mais attention tout de même, pour conclure : on ne viendra jamais « déguiser » son chien pour notre propre confort personnel, cette démarche doit être avant tout pour le confort et la sécurité du chien.

Habiller son chien ; Mettre un manteau pour chien

Dentition chien :Comment brosser les dents de son chien ?

Se brosser les dents, une activité que nous réalisons normalement plusieurs fois par jour ! Mais nos chiens ont-ils eux aussi besoin de se brosser les dents ? La dentition chien nécessite t-elle la même fréquence. Voyons-ici pourquoi et comment bien brosser les dents de son chien ?

 

Dentition chien : Faut-il brosser les dents de son chien et pourquoi ?

Et bien oui ! Brosser les dents de son chien est recommandé car cela permet de lui retirer sa plaque dentaire. Cela évite la mauvaise haleine et cela permet de prévenir le déchaussement des dents. Bien entendu, il est en parrallèle recommandé de choisir une alimentation de qualité pour votre chien afin de limiter les problèmes.

 

Quels matériels pour brosser les dents de son chien ?

Pour brosser les dents de votre chien rien de plus simple, il vous faut :

–       Une brosse à dent souple ou un embout en plastique spécifique, appelé doigtier, qui se met sur votre doigt.

–       De la pâte à dent pour chien qui aura la particularité de pouvoir être avalée. La plupart ont un goût de viande, ce qui rendra le brossage agréable et positif pour votre chien.

 

Comment bien brosser les dents de son chien ?

Pour bien brosser les dents de son chien, il faut soulever sa babine et brosser toutes les dents, en étant vigilant à ne pas oublier de brosser également les gencives de votre chien. Attention à brosser doucement ses gencives afin de ne pas lui faire mal.

De plus, sachez qu’il est fortement recommandé d’habituer votre chien très jeune à cette activité.

Pour finir, il n’est pas nécessaire de rincer ou de faire boire votre chien après le brossage. En effet, la pâte à dents pour chien peut être avalée sans risques pour votre chien.

 

A quelle fréquence dois-je laver les dents de mon chien ?

Il est recommandé de laver les dents de son chien le plus fréquemment possible. Vous pouvez donc lui laver les dents plusieurs fois par semaine sans problème.

 

A retenir :

–       Laver les dents de son chien évite le déchaussement et la mauvaise haleine

–       Utiliser une brosse à dent souple

–       Choisir une pâte à dents pour chien

–       Les pâtes à dents pour chien sont souvent au goût de viande. Cela aide à habituer votre chien à cette activité

–       Il est possible de laver les dents de son chien tous les jours

–       Penser à brosser toutes les dents, ainsi que les gencives en les brossant doucement afin de ne pas faire mal au chien

–       Plus le chien sera habitué tôt et positivement à cette activité, plus il sera facile de lui brosser les dents

Dentition chien : Comment brosser les dents de son chien ?

Huiles essentielles pour chien : soigner son animal avec les huiles essentielles chien

Les huiles essentielles pour chien

 

Les huiles essentielles sont largement utilisées en Europe, et comme souvent, lorsqu’un produit nous fait du bien, nous cherchons à savoir s’il est également adapté à nos animaux. C’est votre chance, puisque les huiles essentielles sont également utilisables avec un chien sans aucun problème. Il suffit de savoir laquelle choisir pour quel problème ou solution. Voici quelques informations sur le sujet :

 

Le cas des huiles essentielles

 

Les huiles sont un bon moyen de réaliser un traitement efficace visant à régler de nombreux problèmes chez le chien, des invasions de puces aux vertiges, en passant par l’arthrite. Attention cependant, toutes les huiles essentielles ne sont pas inoffensives pour votre animal, il faut savoir faire le tri et demander l’aide de votre vétérinaire. Le problème survient lorsque vous vous retrouvez devant une étagère d’huiles dans un magasin, il y en a plus d’un millier ! Il est d’ailleurs inutile d’en acheter une centaine, il existe plusieurs qui sont très bonnes à avoir dans tous les cas, et d’autres qui peuvent être utiles ici et là. Il faut adapter vos achats aux problèmes de votre chien.

 

Quelques conseils d’achat

 

Si l’aromathérapie n’est pas un terrain sur lequel vous êtes à l’aise, le nombre d’huiles ne sera pas votre unique problème, il faudra également savoir lesquelles sont meilleures que les autres. Des huiles pures à 100% seront beaucoup plus efficaces, mais seront aussi plus chères. Il faut avoir cette volonté d’acheter un produit cher, puisque les huiles les moins coûteuses sont souvent altérées avec d’autres produits et pourraient être dangereuses. Il faut d’ailleurs éviter les produits trouvables en supermarché.
Il faut privilégier les huiles en bouteilles en verre de couleur jaune, bleu, ou violette. Il faut également s’assurer que diverses informations sont disponibles sur cette bouteille, ou sur le site du marchand :
♦ Le nom latin de l’huile,
♦ Le nom vernaculaire de l’huile,
♦ La procédure d’extraction,
♦ Le pays d’origine,
♦ La méthode de cultivation (organique, cultivée, cueillie),
♦ Les mots « huile essentielle 100% pure ».

Huiles essentielles de genevrier pour chien

Les meilleures huiles pour les chiens

 

♦ Ombelle de carotte sauve (Daucus carota) : anti-inflammatoire, énergisante, effets antibactériens, Bonne pour les peaux sensibles, sèches, et sujettes aux infections diverses. Peut stimuler et renouveler la régénération des tissus, utile pour la guérison des cicatrices.
♦ Genévrier de Virginie (Juniperus virginiana) : antiseptique, tonifiant, stimulant la circulation sanguine, bonne pour la peau, la dermatite, et d’autres problèmes de peaux comme l’eczéma. Repousse les puces.
♦  Camomille sauvage (Matricaria recutita) : anti-inflammatoire, non toxique, douce et facile à utiliser. Bonne pour les irritations de la peau, les réactions allergiques et les brûlures.
♦ Camomille romaine (Chamaemelum nobile) : anti-spasmodique, analgésique, calmant de nerfs, bon pour adoucir le système nerveux central. Efficace contre les crampes, les douleurs musculaires et les douleurs dentaires. Une huile indispensable !
♦  Sauge sclarée (Salvia sclarea) : calme les nerfs, doux quand utilisée en petite quantité et diluée. Calme le système nerveux central. A éviter avec les chiennes enceintes.
♦  Eucalypstus Radiata (Eucalyptus radiata) : antiviral, anti-inflammatoire, expectorant, efficace pour soulager les congestions de la poitrine. A éviter avec les petits chiens et les chiots.
♦  Géranium d’Égypte (Pelargonium x asperum) : Douce et sûre, anti-fongique. Bonne pour les irritations de la peau et les infections fongiques de l’oreille. Efficace contre les tiques.
♦ Gingembre (Zingiber officinale) : non toxique, non irritante, et sûre utilisée en petite quantité et diluée. Aide à la digestion, bon contre les vertiges, adoucit les douleurs liées à l’arthrite, la dysplasie, et les entorses.
♦ Immortelle d’Italie (Helichrysum italicum) : anti-inflammatoire, analgésique, effets régénérants, thérapeutique. Efficace contre les irritations et les problèmes de peaux, aide à la guérison des bleus et des cicatrices et combat les douleurs.
♦ Lavande vraie (Lavandula angustifolia) : Sûre et douce, anti-bactérienne, efficace contre les démangeaisons, et calme les nerfs. Bonne contre de nombreux problèmes animaliers, comme l’irritation de la peau, un indispensable.
♦ Niaouli (Melaleuca Quinquenervia) : antihistaminique, antibactérien puissant, et moins irritant que l’arbre à thé. Bon contre les irritations de la peau, et les infections causées par des allergies.
♦ Thym à linalol ( Thymus vulgaris ct. Linalool) : combat les douleurs, bon pour l’arthrite et les rhumatismes. Antibactérien, antifongique, antiviral, excellent contre les infections et autres problèmes de peau. Un indispensable.
♦ Menthe poivrée (Mentha x piperita) : antispasmodique, stimule la circulation sanguine, repousse les insectes, bon contre l’arthrite, la dysplasie et les entorses. Marche très bien couplée à du gingembre pour combattre les vertiges. A éviter pour les petits chiens et les chiennes enceintes.

Huiles essentielles pour chien : quels bienfaits sur les animaux ?

 

Fièvre chez le chien : Mon chien a de la fièvre, que faire ?

 

La fièvre est un symptôme évident de maladie, et si elle a longtemps été synonyme de grave condition, la médecine moderne sait très bien s’en occuper. On sait la déceler, on sait la réduire, et on sait la neutraliser. Tel est également le cas pour nos amis les animaux. Si la fièvre est aujourd’hui facilement traitable, il ne faut pas la négliger, et très vite la traiter, au risque de laisser la situation s’aggraver. C’est bien souvent là que le mal blesse, comment réellement savoir si votre chien a de la fièvre ? Voici quelques informations et conseils sur le sujet.

 

Déceler la fièvre chez le chien

 

Dans le meilleur des mondes, vous prenez la température de votre chien régulièrement. En vérité, nous avons tendance à nous en occuper que lorsque nous pensons que le chien est malade. En soit, ce n’est pas un mal, nous faisons pareil pour notre propre corps. Ce qui est important, en revanche, c’est d’arriver à analyser divers signes qui pourraient nécessiter la prise de température. C’est une évidence, la première étape dans la guérison de votre animal, c’est de connaître ses symptômes.

On admettra qu’une température normale pour un chien se situe entre 37,5°C et 39,2°C. Lorsque le thermomètre affiche 39,7°C, on admet que c’est un signe de fièvre. Le thermomètre est d’ailleurs votre meilleur allié dans ce combat, vous allez devoir l’utiliser à chaque suspicion de fièvre, et cela plusieurs fois sur plusieurs jours. Si votre chien affiche une température normale au petit matin, cela ne veut en aucun cas dire qu’il faille rayer la fièvre des possibilités, la médecine est une science qui demande de nombreux tests. Faites plusieurs analyses, et en cas de doute, vous pouvez toujours demander l’avis de votre vétérinaire.

 

Symptômes

 

Avant d’aller chercher un thermomètre, on a bien souvent besoin de voir des signes extérieurs de maladie. Ainsi, si votre chien affiche un ou plusieurs de ces symptômes, pensez-y :

– Sensation de chaleur corporelle accrue

– Faiblesse, perte d’énergie

– Tremblements

– Perte d’appétit

– Rythme cardiaque accéléré

– Déshydratation, diminution des besoins d’uriner

– Respiration accélérée

– État de choc…

 

Causes de la fièvre chez le chien

 

Mon chien a de la fièvre, que faire ?Les causes d’une fièvre ne sont pas toujours évidentes à déceler, c’est bien pour ça qu’il est important d’avoir l’avis d’un vétérinaire. Si vous remarquez que votre chien affiche une température élevée au moins 4 fois dans une période de 2 semaines, sans qu’une cause logique soit découverte, il faut réellement penser à consulter. Dans la majorité des cas, cependant, il s’agira d’une simple réaction normale face à une menace bactérienne ou virale.

Rappelez-vous que la fièvre est une réponse à une maladie, et non pas une maladie en elle-même. Elle peut donc être bénéfique pour l’animal, elle est sensée l’aider à combattre diverses attaques internes, et permet d’améliorer le système immunitaire du chien. C’est quand une fièvre dure trop longtemps et atteint des températures inquiétantes qu’il va falloir penser à un traitement.

 

Traitements de la fièvre du chien

 

Le vétérinaire devra établir un diagnostique compétent. Les traitements ne seront pas les mêmes si le problème provient d’une infection bactérienne, virale, parasitaire, ou autre. Vous allez devoir fournir le plus d’informations possibles. Est-ce que votre chien a été en contact avec des agents infectieux, a-t-il récemment voyagé, a-t-il ingéré des médicaments, été mordu ou piqué pour des insectes, a reçu des vaccinations, a des allergies connues, etc.

Grâce à ces informations et à un examen corporel détaillé, le vétérinaire sera en mesure de vous proposer une ou plusieurs solutions au problème, s’il en est réellement un. Des analyses de sang et d’urine pourront être réalisées si nécessaires, ainsi que diverses radiographies, afin d’écarter les risques de tumeurs, d’abcès ou d’infections.

Le premier traitement à infliger à votre chien, c’est le repos. Il devra regagner son énergie afin d’éviter l’aggravation des symptômes. Grâce aux médicaments fournis par un vétérinaire, la majorité des chiens retrouvent un état de santé normal au bout de quelques heures, ou quelques jours. Le traitement le plus commun consiste à faire ingurgiter des antibiotiques au chien, si la fièvre est un peu trop tenace.

Fièvre chez le chien : Le suivi à long terme

 

Il n’y a pas forcément de grands secrets pour éviter que votre chien ne tombe malade et attrape une fièvre. Cela a tendance à arriver, et c’est très fréquemment bénin. Il faut cependant bien vous assurer que votre animal se repose assez souvent et suit un régime adapté à son âge et à sa race. Il est normal de constater une perte d’appétit en cas de fièvre, mais il ne faut pas la négliger. Si le problème subsiste sur plusieurs jours, il faudra agir.

 Fièvre chez le chien : Mon chien a de la fièvre

Acupuncture pour chien : y a t-il que des bénéfices ?

 

L’acupuncture nous vient de la médecine chinoise traditionnelle, et est exercée depuis plusieurs millénaires. Elle est principalement utilisée dans la gestion de la douleur, il existerait certains points dans le corps humain qui seraient désensibilisés suite à cette pratique légendaire. Depuis quelques années, l’acupuncture est réalisée sur nos animaux, afin de les soulager lors d’un cancer par exemple. L’exercice est le suivant : un docteur va insérer plusieurs aiguilles sur certains points connus par la médecine chinoise, qui sont bien souvent des intersections de vaisseaux sanguins et des paquets de nerfs. Véritables centres d’énergies, ces points, stimulés par les aiguilles, permettront d’améliorer la circulation sanguine et pourront relâcher de multiples hormones. Le but final, c’est d’aider le corps à corriger ses déséquilibres.

♦ Acupuncture pour chien : Existe-t-il des effets secondaires ?

En soit, l’acupuncture ne fait pas mal, ni aux Hommes, ni aux animaux. Les chiens traités se retrouvent somnolents, relaxés, et acceptent le traitement. Il existe cependant certains cas de chatouillement désagréable ou d’engourdissement chez certains clients humains, il est alors normal de se poser la question pour nos amis les animaux. Certains chiens pourraient trahir un léger inconfort face à la situation. La médecine ne cessant  pas d’évoluer au fil des années, il est aujourd’hui possible d’opter pour l’acupuncture laser, qui devient alors totalement indolore.

Contrairement à plusieurs traitements médicamenteux, il n’existe qu’un très léger risque d’effets secondaires avec l’acupuncture, lorsqu’elle est bien faite. Soyez certain de bien choisir le vétérinaire. Ces séances ne devront être réalisées que par un vétérinaire acupuncteur certifié, de préférence ayant suivi des cours de médecine chinoise. La plupart du temps, les vétérinaires couplent les pratiques traditionnelles aux traitements plus classiques. N’hésitez pas à demander à votre vétérinaire !

 

Est-ce que ça marche  ?

Malheureusement, il n’existe pas, à ce jour, suffisamment d’études indépendantes pour certifier qu’un tel traitement est à 100 % efficace. La pratique n’est donc pas recommandée, mais elle n’est pas non plus rejetée. Le status quo est maintenu. La plupart des preuves trouvées faisant l’apologie de l’acupuncture sont considérées comme n’étant que des anecdotes par le milieu scientifique. La meilleure publicité pour la pratique reste encore les maîtres d’animaux assurant que les séances soulagent leurs compagnons. Il est alors admis que l’acupuncture peut, de façon sûre, réduire les problèmes physiques et psychologiques liés au cancer et à son traitement.

Il n’existe donc pas encore de réponse définitive, mais le nombre de vétérinaires et de maîtres qui incluent l’acupuncture dans leur quotidien ne cesse de grandir. Depuis 2012, ce sont des centaines de nouveaux clients qui demandent que de telles pratiques soient exercées sur leurs animaux. De manière générale, l’acupuncture devient de plus en plus acceptée par la médecine classique. Elle est souvent utilisée comme complément à un traitement initié en amont, afin de réduire la douleur que peuvent entraîner à la fois les maladies, et les traitements. Attention, il est évident que l’acupuncture ne va pas guérir tous les symptômes, mais elle peut très bien marcher lorsqu’elle est prescrite et réalisée par un professionnel.

 

Quels sont les bénéfices ?

Soyez certain de toujours suivre le traitement de près avec un vétérinaire compétent, afin de savoir si la pratique est réellement utile pour votre chien. Si tout se passe bien, les bénéfices comprennent :

La gestion de la douleur est une des raisons principales pour lesquelles il est bon d’opter pour l’acupuncture. Elle est souvent couplée à un traitement médicamenteux plus classique. Lorsque votre chien doit être soumis à des produits puissants, lors d’une chimiothérapie par exemple, il peut ressentir un inconfort physique, pouvant être relaxé par l’acupuncture, et lui permet alors de combattre la maladie de manière plus zen.
Les troubles musculo-squelettiques, tels que l’arthrite, les dysplasies et d’autres blessures nerveuses, répondent plutôt positivement à l’acupuncture. Elle est alors utilisée lors de la rééducation après une blessure importante. S’occuper d’un chien qui récupère d’un accident est important, et en étant soulagé de ses douleurs, le chien pourrait se blesser de nouveau en étant trop actif, surveillez-le ! – See more at: https://www.assuropoil.fr/chien/sante/acupuncture-pour-chien/#sthash.vWgkdqgy.dpuf
Les problèmes de peau, comme certaines allergies, la présence de granulomes ou d’infections, répondent extrêmement bien aux traitements d’acupuncture, puisqu’une bonne circulation sanguine peut aider à la guérison, alors que la gestion de la douleur permet d’éviter des cas de grattements ou de mordillement de la part du chien.

D’autres maladies peuvent nécessiter des séances d’acupuncture, comme les nausées, les problèmes gastro-intestinaux, les diarrhées, et les problèmes respiratoires comme l’asthme et les allergies au pollen.

Acupuncture pour chien : quels bienfaits ?

Mon chien ronfle, que faire ?

 

Il n’est agréable pour personne d’entendre son partenaire ronfler, et cette règle marche également pour les chiens ! Cela peut réveiller toute la maison, y compris parfois le coupable lui-même. Si ces ronflements deviennent un vrai problème médical, au point que tout le monde dans votre logement manque de sommeil, il est conseillé de consulter l’avis d’un vétérinaire. Sachez bien que, si un ronflement peut être analysé comme mignon, il peut aussi cacher une véritable maladie. Si un tel bruit se déclare soudainement chez votre animal, il est recommandé de vérifier son état de santé avant de sauter à des conclusions hâtives.

 

Pourquoi votre chien ronfle-t-il ?

 

♦ Mon chien ronfle, et si c’était un problème naturel

Cause génétique : Certaines races de chiens sont connues pour être sujettes aux ronflements. Cela concerne avant tout les races possédant un crâne large et un museau court, comme les Pékinois, les Carlins, les Terriers de Boston, les Chow-chows, les King Charles Spaniels, les Bulldogs, les Boxers, et les Shih Tzus. Puisque leurs visages sont aplatis, les voies respiratoires le sont également, rendant les solutions immédiates quasi nulles. La plupart du temps, le chien se repositionnera de lui-même pendant son sommeil afin de retrouver plus d’oxygène. Dans certains cas graves, une opération chirurgicale est possible.

Cause Allergène : Comme les humains, les chiens peuvent être sensibles face à certaines allergies. Ils peuvent être affectés par la poussière, le pollen et la fumée. Afin d’éviter que votre animal ne subissent ces attaques, il existe des solutions efficaces. Commencez par nettoyer le lit de votre chien tous les jours, en prenant soin d’enlever la poussière et les poils. Passez régulièrement l’aspirateur sur vos tapis et rideaux. Enfin, promenez votre compagnon tôt le matin, et tard le soir, c’est à ces moments que les taux de pollen sont les plus bas, tout comme le nombre de véhicules sur les routes.

 

♦ Mon chien ronfle, et si c’était un problème extérieur

 

Une obstruction nasale : Votre chien est joueur, il va creuser dans la terre, se rouler dans l’herbe, boire de l’eau extérieure et manger à peu près n’importe quoi. Pendant ces aventures, il n’est pas rare qu’un petit quelque chose se coince dans son nez ou ses voies respiratoires en général. De plus, s’il s’enrhume, le mucus supplémentaire secrété pourrait causer un ronflement. Ce type de problème est passager, il devrait partir une fois les voies nasales dégagées. Dans certaines situation, ce sont des tumeurs ou des kystes qui peuvent obstruer ses voies respiratoires, auquel cas il faudra prévoir une opération.

Des effets secondaires médicamenteux : Certains médicament peuvent faire ronfler les chiens, notamment les sédatifs, les antidouleurs, les antihistaminiques et les relaxants musculaires. Encore une fois, ce problème est temporaire et devrait disparaître après la durée du traitement.

Un surpoids. Tout comme pour les humains, l’obésité peut induire un ronflement plus ou moins sonore. Le surplus de gras peut obstruer certaines cavités, réduire le flux d’air, et donc créer un bruit lors du sommeil. Il faudra alors faire perdre du poids à l’animal, lui faire suivre un régime adapté, et il dormira et vivra beaucoup plus tranquillement.

 

4 conseils pour réduire les ronflements du chien

 

Attention, les produits médicaux fournis pour les humains ne doivent pas être utilisés sur les chiens ! Inutile de poser un petit pansement sur le museau de votre animal, cela le dérangera plus qu’autre chose. D’une manière générale, vous ne pourrez pas, de vous-même, faire arrêter les ronflements. Il existe cependant quelques pratiques qui permettront de réduire ces derniers.

Si votre chien possède un coussin sur lequel reposer sa tête, il aura tendance à naturellement la surélever durant son sommeil. Cela permet d’ouvrir ses voies nasales et donc de réduire les bruits de ronflements.
Si le panier ou le matelas de votre animal est assez long pour qu’il s’affale de toute sa longueur, il n’hésitera pas à le faire. Au contraire, un lit rond l’incitera à accuser une position plus fœtale, ce qui permet, encore une fois, d’étendre les voies respiratoires.
Les ronflements peuvent être créés par l’air ambiant, qui serait alors trop sec et assécherait les voies respiratoires. Un humidificateur, comme son nom l’indique, augmente l’humidité de l’air, et facilite donc la respiration.
Il n’y a pas que l’humidité qui rentre en jeu, tout autre agent allergène peut également être responsable des ronflements, il peut alors être une bonne idée de changer de place à votre chien. Si vous constatez une diminution des ronflements, c’est que c’est un problème environnemental.

Mon chien ronfle, ronflement du chien

 

Température du chat : Conseils pour bien prendre la température de son chat 

 

Afin de prendre soin de son chat, nous pouvons êtres amenés à réaliser de vrais exercices de patience et de contorsionniste. Faire prendre un bain à l’animal est l’exemple parfait, mais la prise de température reste, encore aujourd’hui, une pratique qui est haute dans le classement des exercices les plus éprouvants. Il existe des techniques non-violentes, et il faut à tout prix les utiliser. Brusquer votre chat ne le rendra que plus méfiant. Voici quelques conseils pour la prise de température :

 

♦ Conseils n°1 : Pour prendre la température corporelle de votre chat : Etre PRÉPARÉ

 

Le meilleur moyen d’adopter une technique qui marche, c’est encore d’éviter de se lancer tête baissée dans l’aventure de la prise de température. Préparez le thermomètre en avance, pensez à le secouer s’il est à base de mercure, mais préférez les thermomètres digitaux ! Quel que soit votre produit, il est conseillé de le lubrifier, avec du lubrifiant à base d’eau de préférence. Un thermomètre qui glisse est beaucoup moins stressant pour un chat, et cela réduit les risques d’abrasion, de déchirure ou de perforation.

 

♦ Conseil n°2 : Savoir MANIPULER son chat

 

Tenez votre chat sous le bras comme si son torse était un ballon de foot, la queue pointée vers l’avant. Soyez sûr de faire reposer ses pieds sur une surface solide, comme un comptoir ou une table. Vous réduisez ainsi les risques de griffures. Si vous en avez l’occasion, il est recommandé d’obtenir l’aide d’un ami, certains chats auront tendance à essayer de s’échapper de votre emprise, et une autre paire de mains ne sera pas de trop. A deux, veillez à ce que le chat soit dans la meilleure position possible pour une insertion de thermomètre facile.

Si l’un de vous peut attraper la peau qui se trouve sur la nuque de votre chat, c’est un plus. Cet endroit est connu pour relaxer le chat, à la limite de la paralysie (c’est là que la mère mord le chaton pour le transporter). Vous pourrez alors insérer le thermomètre dans le rectum du félin, en veillant à ce qu’il soit bien droit, à 90°, et qu’il ne s’enfonce pas plus de 2,50 centimètres. Évitez de faire bouger l’objet ou de le faire rentrer à un angle différent, cela pourrait causer un inconfort, voire même une douleur. Tenez le thermomètre pendant environ 2 minutes, et s’il est digital, il devrait sonner et afficher la température de votre chat. Il est important de bien tenir votre animal durant cette étape, il pourrait essayer de bouger, de griffer, ou de mordre. Faites de votre mieux afin qu’il reste immobile, cela permettra à la fois de ne pas vous faire attaquer, mais également de ne pas faire mal à votre chat.

 

♦ Temperature du chat : A quel moment les résultats deviennent inquiétants ?

 

Il ne reste plus qu’à lire le résultat. Une température d’environ 38,55°C est idéale pour un chat, mais elle peut monter jusqu’à 39,17°C sans que cela soit inquiétant. Si 39°C n’est pas en soit un signe de mauvaise santé chez un chat, il faut savoir qu’arrivé à 40°C il va falloir consulter l’avis d’un vétérinaire. De même, si sa température baisse jusqu’à 37,22°C. Cependant, si la température de votre chat dépasse les 39,40°C et qu’il agit étrangement, il vaudrait mieux consulter votre vétérinaire, il vaut mieux prévenir que guérir. Dans la majorité des cas, les chats arrivent à surmonter leurs fièvres tous seuls, mais il est toujours bon de faire vérifier la santé de son animal par un professionnel. Si votre chat est malade durant plusieurs jours ou si vous suspectez qu’il puisse être victime d’une maladie chronique, il est réellement important que vous consultiez l’avis d’un vétérinaire.

 

Conseils supplémentaires

 

Δ Si vous souhaitez utiliser un thermomètre qui s’insère par l’oreille, il faut bien veiller à prendre un produit spécifiquement créé pour le chat. Ils ont un bras plus long, ce qui permet d’atteindre plus facilement le canal auditif de l’animal. Vous pourrez en trouver en pharmacie animale ou chez votre vétérinaire. De manière générale, ces thermomètres sont moins efficaces que les produits anaux. Pour les chats les plus remuants, il peut cependant être une bonne idée d’investir dans un tel thermomètre.

Δ Il faut penser à laver votre thermomètre après chaque utilisation. Utilisez de l’eau chaude savonneuse, ou frottez l’appareil avec un peu d’alcool. Il faut qu’il soit bien stérilisé avant de le remettre dans son étui. Afin d’être le plus hygiénique possible, il est recommandé de porter des gants et de ne pas laisser le chat jouer avec le thermomètre. Enfin, si l’exercice ne vous plaît pas, votre vétérinaire pourra le faire pour vous.

Temperature du chat : Comment prendre la temperature de son chat ?

 

Temperature du chien : Les étapes à suivre pour bien lui prendre la température

Le chien est un animal empathique, il voudra toujours vous regarder dans les yeux lorsqu’il est près de vous, il veut établir un lien émotionnel. Certains chiens souhaiteront vous voir afin de vérifier que vous n’êtes pas un danger imminent pour eux. Quel que soit le cas de votre compagnon, le bain et la prise de température sont deux exercices qui peuvent se révéler délicats. Comme pour tous les animaux, il existe des exercices plus simples que d’autres, et des techniques plus appropriées pour tel ou tel spécimen.

Prendre la temperature du chien : Comment préparer l’opération ?

 

Lorsque vous constatez que votre chien est malade, il est intéressant de prendre sa température, puisqu’en cas de chiffre trop élevé, il ne va pas falloir prendre rendez-vous chez le vétérinaire le lendemain, mais l’amener d’urgence en examen. Il existe quelques exercices superficiels pour déterminer si votre chien a de la fièvre en touchant sa truffe ou ses oreilles, mais ce n’est aucunement assez précis. Vous aurez besoin de sa température interne, et le meilleur moyen, c’est le thermomètre anal.

Préférez un thermomètre digital, acheté dans un magasin pour animaux ou chez votre vétérinaire. Profitez-en pour vous procurer un peu de lubrifiant, de préférence à base d’eau. Si vous avez la mémoire courte, préparez un papier et un crayon également. Enfin, si vous avez peur de vous faire mordre, vous pouvez investir dans une muselière. Même les chiens les plus gentils peuvent mordre s’ils se sentent menacés ou anxieux.

Enfin, choisissez l’endroit le plus approprié, une petite pièce comme une salle de bain serait l’idéal. Votre chien ne pourra pas s’enfuir, et vous aurez accès à un meuble proche sur lequel vous pourrez placer l’animal. Il sera à bonne hauteur pour l’insertion, et pour vous éviter un lumbago.

 

Ne pas traumatiser l’animal

 

Avant de commencer l’exercice de prise de température, vous allez devoir vous donner des limites. Si votre chien vous montre des signes d’inconfort, de panique, de tentative d’agression, ne continuez pas à le maintenir, arrêtez de prendre sa température. Cela sera bénéfique pour tout être impliqué dans l’opération. Dans le pire des cas, demandez à votre vétérinaire d’exécuter cet exercice !

Prendre la temperature du chien par le biais d’un thermomètre rectal

 

Ce n’est pas difficile de réaliser un examen rectal, mais cela reste un exercice beaucoup plus facile lorsqu’il est réalisé par deux personnes. Si vous avez un ami que votre chien connaît et aime, faites-lui maintenir le chien dans une position immobile. Si vous ne pouvez obtenir une telle aide, faites s’allonger votre chien sur le côté et tenez-le du mieux que vous pouvez, tout en lui parlant calmement afin de le relaxer.

Après avoir sorti le thermomètre de son étui et l’avoir bien lubrifié, soulevez sa queue et poussez doucement l’appareil en le faisant délicatement tourner. Soyez certain de bien voir l’anus, qui est directement sous la queue et est circulaire. Les chiennes possèdent une vulve un peu plus bas, entre les jambes, et ressemble davantage à un trait. N’y mettez jamais le thermomètre, soyez prudent ! Insérez l’objet d’environ 2,5cm, voire jusqu’à 7,5cm pour les gros chiens. Tenez-le pendant environ 2 minutes. S’il est digital, il devrait de toute façon biper. Lorsque vous retirez le thermomètre, nettoyez-le avec de l’alcool ou de l’eau chaude savonneuse et lisez la température. Entre 37,7°C et 38,8°C, la température est normale.

 

Prendre la température du chien par le biais d’un thermomètre auriculaire

 

Avec un bon produit bien utilisé, la prise de température par l’oreille reste fiable et est moins perturbante pour le chien. Il analyse les vagues de chaleurs infrarouges qui sont émises par l’oreille du chien, ce qui peut rester moins précis qu’un thermomètre anal. Le produit est également plus cher, et perd en crédibilité si vous vous en servez de façon abstraite. Soyez sûr de bien placer l’appareil profondément et à l’horizontal à travers le canal auditif. C’est pour cela qu’il est bien important de se le fournir chez un vétérinaire ou dans un magasin spécialisé. N’utilisez pas de thermomètre créé pour les humains ! Il sera bien trop petit et ne délivrera aucune information viable. Il faudra cependant les utiliser que dans le cas où le chien sera extrêmement réticent au thermomètre rectal.

 

Quand consulter un vétérinaire

Si la température de votre chien chute en dessous des 37,2°C ou monte jusqu’à 39,4°C, vous devriez consulter l’avis d’un vétérinaire. Si votre animal a de la fièvre, cela pourrait être un signe évident d’infection ou d’autre maladie quelconque. Au contraire, une température basse indique un état de choc ou une autre maladie sérieuse. Quelle que soit votre situation, il vaut mieux prévenir que guérir !

Temperature du chien : Comment prendre la temperature du chien ?

Medicament chien : 4 astuces pour donner un médicament à son chien

 

On a beau soigner son chien du mieux possible, il arrivera un jour où quelques pilules seront indispensables à son bien-être. Très peu d’animaux vont ingurgiter le médicament sans rechigner voire même ignorer votre demande. La solution de simplicité, c’est de la cacher dans la gamelle de l’animal et de faire comme si de rien n’était. Certains chiens vont cependant prendre le temps de renifler leur nourriture et rejeter l’offre s’ils y délogent la pilule. Il va alors falloir planifier une stratégie de choc. Voici quelques solutions qui pourraient vous aider.

 

Bien choisir la nourriture

Si votre chien refuse de manger la pilule qui se trouve dans sa nourriture, c’est qu’il arrive à la voir, ou même à la sentir. Il faut alors changer votre ruse et opter pour des friandises dégageant une forte odeur, tout en étant irrésistibles. Si votre chien adore le fromage à la crème, ce n’est pas la bonne solution, par exemple. Son odeur et son goût ne vont aucunement camoufler le médicament. Préférez le beurre, qui est riche, et glissera sans problème dans l’œsophage de votre animal. Le fromage classique et le pâté en général sont de bons atouts, et dès que vous apercevez un filet de bave au coin du menton de votre chien, c’est que vous avez tiré le billet gagnant. Si vous ne souhaitez pas que votre chien consomme du fromage (notamment à cause de problèmes intestinaux), il est tout à fait possible d’opter pour du beurre de cacahuète, du yaourt, ou même un petit morceau de viande.
Créez une boulette juste assez épaisse pour complètement cacher la pilule, tout en restant relativement petite, ainsi votre chien aura tendance à l’avaler plus qu’à la mâcher. Dans le pire des cas, il existe des produits spécifiquement conçus pour cet exercice, mais ils sont relativement chers.

 

Medicament pour chien : Comment donner un medicament chien à son animal♦ Donner un medicament pour chien et si le jeu était une solution ?

Le meilleur moyen de faire coopérer un chien, c’est encore de faire passer l’exercice pour un jeu. Créez une petite dizaine de boulettes identiques, encore une fois à base de nourriture odorante, goûteuse, et souple. Jetez-les en l’air et laissez votre chien les attraper, une par une, et les avaler. La troisième boulette contenait le médicament ! Quel heureux hasard.
Afin d’entraîner votre chien et l’habituer à cet exercice, vous pouvez tout à fait vous y adonner même lorsqu’il n’y a pas de pilule à faire avaler. Une routine s’installera, et votre chien ne remettra jamais en question ce qui est contenu dans vos boulettes. Le but final, pour les chiens capricieux avec les pilules, c’est de les forcer à avaler les friandises sans se poser de question (d’où l’intérêt de les faire réellement petites !). Si votre chien connaît quelques difficultés à coordonner ses yeux et sa bouche, vous pouvez faire rouler les boulettes sur le sol. Si votre chien voit un mouvement au sol, il sera enclin à les chasser et à les avaler.

 

♦ Les médicaments savoureux

La grande majorité des médicaments basiques ont aujourd’hui une saveur particulière, qui pourrait même être acceptée comme une friandise par l’animal. Les comprimés de Rimadyl, contre les inflammations et douleurs, les comprimés de Deramaxx, contre l’arthrite, les produits anti-puces, et les comprimés de Reconcile, contre l’anxiété et les problèmes de comportement, sont acceptés par les chiens, et facilement avalés.

 

 

Se relaxer pour un donner un médicament chien

Votre chien est intelligent, et il saura décrypter votre langage corporel sans problème. Si vous vous crispez à l’idée de faire avaler une pilule à votre chien, il va le sentir. Restez relaxé, ne faites pas de mouvements brusques, respirez calmement, et n’hésitez pas à parler à votre chien avec une voix douce et avenante. Il sera tout à fait inutile d’essayer de courir après votre compagnon, à essayer de le coincer dans un coin ou à lui sauter dessus et l’immobiliser. Vous allez tout de suite tendre la situation. Approchez-le par le côté, c’est le meilleur moyen de ne pas l’affoler. Si vous possédez un petit chien, il peut être intéressant de le déposer sur une surface sur-élevée où vous aurez de bons appuis.

 

Récompenser le chien

Afin de créer une réaction positive chez le chien, si vous lui faites passer la pilule directement, il ne faut pas hésiter à le récompenser avec une friandise spécifique. Si l’expérience n’a pas été plaisante pour l’animal, il faut lui faire comprendre que vous êtes reconnaissant qu’il ait coopéré, et qu’il y aura toujours une bonne chose à la fin de vos exercices. Vous pouvez lui délivrer une friandise, jouer avec lui, ou le promener directement après la prise de médicament, tous ces moyens sont bons pour faire de la situation quelque chose de pas si horrible. La pilule sera synonyme de conséquence positive.

Medicament chien : Donner un medicament à son chien

1 2 3

Rechercher

+