Promener son chien sans laisse : Comment et pourquoi
Promener son chien sans laisse : Vous rêvez de sortir votre chien sans laisse lors de vos balades, mais vous ne savez pas comment mettre en place cet apprentissage ? Détacher son chien en promenade nécessite un véritable lâché prise. Par ailleurs, cela demande une certaine confiance vis à vis de son animal, mais aussi concernant la relation que vous étrennez avec lui. Voici donc les étapes à suivre pour promener son chien sans laisse et en toute confiance !

 

Etape 1 : Un apprentissage à débuter tôt pour promener son chien sans laisse !

 

Si vous souhaitez lâcher votre chien lors de vos balades, il est recommandé de commencer cet exercice le plus tôt possible dès ses 8 semaines. En effet, à cet âge un chiot restera forcement à proximité de son maître. En revanche, si vous débutez cet apprentissage plus tardivement, votre chien risquerait de s’éloigner davantage parce qu’il aura été frustré pendant plusieurs mois auparavant.

 

Etape 2 : Votre chien doit absolument être suffisamment dépensé

 

Un autre élément important consiste à dépenser votre chien suffisamment. Tous chiens, même ceux qui possèdent un grand jardin devraient se promener minimum 30 minutes par jour. Certaines races ont évidement besoin de plus. Dans tous les cas, si votre chien n’est pas suffisamment baladé il aura alors un trop plein d’énergie et cela aura une influence directe sur sa capacité à se concentrer et donc à vous écouter.

Etape 3 : Promener son chien en laisse en travaillant le suivi naturel

Concrètement et afin de travailler au mieux la balade sans laisse vous devez apprendre à votre chien à vous suivre sans que vous n’ayez besoin de lui parler.
Ainsi, afin de travailler cet exercice voici comment procéder :
1- Rendez-vous dans un endroit très faible en stimulations
2- Lâchez votre chien ou bien mettez lui une longe de 10 mètres, attachée au harnais
3- Dès que votre chien vous double : faites demi-tour sans lui parler
4- Si votre chien continue à avancer sans faire attention à vous, n’hésitez pas à vous cacher afin de créer un “petit stress positif” et lui permettre de comprendre que s’il ne fait attention à vous, il risque de vous perdre. Le chien étant un animal grégaire, son besoin de rester avec son groupe pour être en sécurité se manifestera alors
5- Répétez cet exercice et changez de direction à chaque fois que votre chien est trop loin de vous et surtout ne lui parlez jamais !

 

Etape 4 :  Travailler le rappel

Afin de travailler le rappel, il est nécessaire de procéder par étape. Commencez dans un environnement faible en stimulations et augmentez la difficulté en fonction de la réussite de votre chien sur cet exercice.
Pour finir, il est nécessaire de toujours être dans une posture d’invitation, c’est à dire en étant accroupi ou du moins incliné. Pensez également à avoir une voix aiguë et surtout à bien féliciter votre chien quand il est revenu, même s’il a pris son temps.
Un dernier conseil, ne rappelez pas trop souvent votre chien afin de garder sa motivation et sa vigilance intacts.

Etape 5 : Contrôler l’environnement et être vigilant aux instincts

 
Pour finir, sachez qu’il est essentiel de contrôler l’environnement lors de vos balades et ainsi anticiper votre chien si une stimulation survient. Ne le laissez pas s’éloigner à plus de 15 – 20 mètres de façon générale et surtout si votre chien a un fort instinct de chasse sachez que vous ne pourrez jamais aller contre ce comportement, vous ne pourrez alors que l’atténuer en lui proposant des activités en lien avec ses instincts.
En conclusion, afin de balader son chien sans laisse il est nécessaire de commencer cet apprentissage tôt, de procéder par étape et surtout de se rappeler que moins vous parlez à votre chien durant vos balades plus il vous écoutera et vous suivra.
Promener son chien sans laisse : Mais comment faire ?
Aboiement du chien : Comment fonctionne un collier anti-aboiement

L’ aboiement du chien peut rapidement importuner vos voisins et il peut être tentant de songer à acheter un collier anti-aboiements ! Alors cette solution est-elle la bonne ? Nous allons voir ici si opter pour un collier anti-aboiements est une bonne ou mauvaise idée !
 

L’ aboiement du chien, un comportement naturel

 
Tout d’abord, il faut comprendre que l’aboiement a été favorisé durant la domestication du chien car il était plus efficace pour prévenir d’un danger que le hurlement encore très présent chez l’ancêtre du chien, à savoir le Loup.

Il est également intéressant de savoir que certaines races de chien ont moins tendance à aboyer et à vocaliser que d’autres.

Attention donc lors du choix de la race de votre futur chien !

De plus, l’aboiement est un comportement qui s’exprime naturellement. Le chien peut ainsi aboyer pour différentes raisons et cela est un fonctionnement canin qui ne peut être pas supprimé.

Ainsi donc, il est normal que votre chien aboie. Tant que ce comportement ne devient pas excessif et qu’il vous est facile de le stopper, il n’y a pas de problème en soi.
 

L’aboiement excessif : des solutions concrètes

 
Comment fonction un collier anti-aboiementEn revanche, si l’aboiement du chien est excessive et que vous ne parvenez pas à le stopper, il existe des solutions autres que le collier anti-aboiements.

Ainsi, commencez par vous intéresser à la cause du problème : pourquoi votre chien aboie-t-il ? En répondant à cette question il vous sera alors facile de trouver les solutions. Pensez également à contacter un professionnel, sachez qu’un éducateur canin pourra vous aider dans ce travail.

Puis, si votre chien aboie excessivement voici quelques pistes pour vous aider :

  • Promenez suffisamment votre chien afin qu’il se dépense
  • Apprenez lui à se stopper en mettant en place de l’éducation
  • Modifiez l’environnement de votre chien afin de limiter le comportement d’aboyer. (Par exemple : Investir dans des brises-vue afin de limiter l’aboiement sur les personnes dans la rue.)

 

En conclusion, le collier anti-aboiements n’est pas une bonne idée !

 
Ainsi donc, le collier anti-aboiements n’est pas une bonne idée pour plusieurs raisons :

  • 1er raison : Cet outil est douloureux est donc stressant pour votre chien
  • 2ème raison : Le collier anti-aboiements n’est absolument pas cohérent, ni juste, pour votre chien car il sanctionne tous les aboiements sans distinction
  • 3ème raison : Le collier anti-aboiements ne réglera pas le problème car il ne traitera pas la cause du problème mais simplement le symptôme.

En conclusion, si aucune autre solution n’existait que le collier anti-aboiements, il serait possible d’envisager son utilisation, mais des solutions existent et elles sont beaucoup plus adaptées et respectueuses pour votre chien. Et n’oubliez pas que très souvent permettre à son chien de se dépenser plus, l’éduquer et être cohérent avec lui restent les meilleurs moyens pour solutionner la plupart des problèmes gênants !

Aboiement du chien : Comment fonctionne un collier anti-aboiement ?

Mon chien devient aveugle, vivre avec un chien aveugle

Mon chien devient aveugle

Il n’est jamais plaisant de penser, et encore moins de constater, que son chien vieillisse. Pourtant, l’âge les affecte autant que les humains. Tous les sens faiblissent, y compris la vue, qui devient de plus en plus fragile. Si votre chien devient, ou est déjà aveugle, il existe des solutions pratiques qui lui permettront de continuer à apprécier la vie sans se cogner constamment aux meubles. De nombreux chiens peuvent devenir aveugles, et/ou sourds, avec l’âge, et c’est à nous de les réconforter. Voici quelques conseils afin de mieux gérer le nouvel handicap de votre meilleur ami.

Être aveugle n’est pas une fatalité

Il est évident que la perte d’un sens telle que la vue est un handicap important, mais il ne faut cependant pas désespérer, il est totalement possible pour un chien de vivre aveugle et heureux. N’oubliez pas qu’il possède 5 sens au total, et qu’il y a donc encore 4 autres qui sont prêts à prendre le relais. Son ouïe, son toucher, et surtout son odorat, lui permettront de combler le manque visuel qui vient le frapper. L’odorat est en quelque sort le troisième œil du chien, il lui permet de vivre confortablement et d’interagir avec le monde de manière complète. Le fait de renifler lui permet de localiser géographiquement où sont les objets et personnes qui l’entourent, tout en analysant les éléments étrangers qui apparaîtront devant lui.

Privilégier la sécurité

Si l’on a tendance à considérer les chiens comme ayant un intellect proche d’un enfant, il faut bien comprendre qu’un chien aveugle va demander autant d’attention qu’un bébé. Prenons l’exemple des escaliers. Si votre chien a normalement accès à des escaliers lorsqu’il est voyant, s’il devient aveugle, ces mêmes escaliers deviennent un réel danger. Dans ces cas-là, il est bon d’opter pour l’installation d’une barrière pour bébé. Pas très chère et facilement mobile, la barrière empêchera votre animal de dévaler les escaliers. Il en sera de même avec les piscines, qui deviendront de vrais pièges à chien aveugle. Prenez soin de cacher tous les objets coupants, et de recouvrir les coins de meubles pointus avec de la mousse, ou d’autres installations spécifiquement conçues à cet effet. Si son odorat pourra l’aider pendant ses déplacements, il peut toujours se cogner ici et là, il ne pourra pas forcément tout éviter ! Il est bon de ne pas lâcher la laisse dans un endroit qui n’est pas clôturé, et de préférence familier. Attention cependant, il ne faut pas le surprotéger. Il faut qu’il puisse courir et se dépenser physiquement.

Créer un espace privilégié

Votre chien sera sensible à chaque déplacement de meuble, pour des raisons évidentes. Il convient alors de les éviter au maximum, ou alors de créer un ou deux espaces qui resteront toujours dans la même configuration au fil des années. Afin que votre chien puisse trouver facilement ce dont il a besoin au quotidien, vous allez devoir lui créer un espace privilégié. Cela comprend surtout sa gamelle d’eau et sa nourriture. En complément, il en sera de même pour sa niche, son lit, ou un autre endroit où il se repose généralement. N’oubliez pas de laisser un ou deux jouets à sa disposition à tout moment.

Créer des repères

Rappelez-vous, le chien possède d’autres sens qui vont l’aider à se repérer dans la maison, parmi lesquels vous pouvez compter l’odorat et le toucher. Dès lors, vous pouvez l’aider dans son repérage, par exemple en posant un grand tapis dans une pièce. Le chien reconnaîtra la surface et saura dans quelle pièce il se trouve. Cela marche également avec les désodorisants d’ambiance. Il existe des produits automatiques, qui relâcheront un spray toutes les x minutes. En posant une senteur différente dans chaque pièce, vous créerez un réel chemin odorant pour votre animal.

Mettre la main à la patte

A ses débuts, il peut être intéressant d’aider le chien aveugle à se nourrir, par exemple. Vous n’avez pas à insérer la nourriture directement dans sa gueule, cela serait ridicule. Il peut cependant être intéressant de l’amener vers sa gamelle et de poser son menton contre le bord du récipient. Cela est surtout vrai à ses débuts. Au bout de quelques jours, il comprendra quelle est l’utilité d’un tel exercice et le fera de lui-même. Il se dirigera tout seul vers son bol et mangera sans aucune aide, sous la condition que vous ne bougiez pas son écuelle, évidemment. Vous pouvez réaliser ce genre d’exercice pour d’autres actes quotidiens, comme jouer avec une balle ou se préparer pour une promenade.

Mon chien devient aveugle

Chien sourd : Comment dresser un chien sourd

 

Éduquer son chien : Comment dresser un chien sourd ? 

 

Il peut parfois arriver qu’on adopte un chiot qu’on pense fonctionnel à 100 %, pour ensuite se rendre compte quelques semaines plus tard qu’il aurait un léger problème auditif. Dès lors, comment réussir à éduquer un chien, quand la majorité des exercices de dressage demandent à ce que l’on utilise des repères vocaux comme « assis » et « couché » ? Depuis quelques années, l’éducation des chiens sourds est largement recherchée, et des méthodes simples et efficaces voient le jour régulièrement. Les opportunités pour l’adoption d’un chien sourd sont de plus en plus grandes, et il n’y a pas de raison de renvoyer ces animaux en refuge.

La surdité chez le chien

 

Comme pour les humains, certains bébés chiens sont tout simplement nés sourds, c’est ce qui est appelé la surdité congénitale. Pour les autres chiens, la surdité peut provenir de plusieurs sources, ou causes, telles qu’une infection chronique de l’oreille ou des blessures liées à des médicaments toxiques ou à un âge avancé.
Il existe une petite centaine de races de chiens qui seraient plus enclines à la surdité congénitale que d’autres. Les Dalmatiens, par exemple, ont un degré de risque très important, avec 30 % des chiots qui naissent sourds d’une ou deux oreilles. D’autres races concernées par cette maladie sont : le Setter Anglais, le Bouvier Australien, le Chien Léopard Catahoula, le Lévrier Whippet, et le Parson Russell Terrier.
Les scientifiques ne savent pas encore exactement pourquoi ces chiens sont susceptibles de naître sourds, mais il semble évident que la surdité touche avant tout les chiens avec une tête blanche, ou majoritairement blanche. Selon une étude américaine, « Le manque de pigment sur la tête fait que les cellules pigmentées situées dans l’oreille ont du mal à se développer, ou pourraient même être inexistantes. Le manque de cellule pigmentée cause la mort de cellules nerveuses, indispensables dans le bon développement de l’ouïe. » Bizarrement, des chiens blancs comme le Spitz et le Samoyède ne connaissent pas ces problèmes de surdité. Le mystère n’est donc pas entièrement résolu.

Comment savoir si le chien est sourd ?

 

Si vous pensez que votre chien est sourd, il suffit d’effectuer un simple test. Attendez que votre chien soit endormi ou ne vous regarde pas et produisez un son fort derrière lui. Il faut être certain que l’animal ne puisse ni voir votre mouvement, ni ressentir aucune vibration (ce qui exclut le tapement de pied au sol). Essayez ensuite différents types de sons. Utilisez un sifflet, tapez dans vos mains fortement, et frappez sur une batterie. Ces sons sont assez différents pour comprendre les niveaux d’ouïe complexes, et permettra de vérifier si votre chien est sourd, complètement, ou partiellement.
Si vous remarquez que votre chien commence subitement à vous ignorer ou ne vient plus en courant lorsque vous versez ses croquettes dans son bol, il serait intéressant de réaliser ce test, juste pour être sûr que ce n’est pas son ouïe qui est endommagée. Si votre chien ne réagit pas à ces sons et que vous souhaitez réaliser un test plus abouti, pensez à appeler votre vétérinaire, qui pourra proposer différents examens.

Entraîner un chien sourd

 

S’il y a encore quelques années, le dressage d’un chien sourd paraissait impossible, énormément de cynophiles se sont penchés sur la question, et l’éducation d’un tel animal est maintenant aussi simple qu’un autre. La différence principale, c’est qu’il faut laisser de côté les stimulations auditives, pour des raisons évidentes. A la place, comme pour les humains, vous allez utiliser des signes de mains. Vous allez associer chaque action demandée à un signe de main bien clair et distinct. Peu importe quel signe vous allez utiliser, sous peu que vous soyez constant et utilisez toujours le même signe pour la même action.

Il existe un mythe selon lequel, le manque d’ouïe rend un chien plus agressif. En réalité, n’importe quel chien, s’il est stimulé de la mauvaise façon, va vous mordre. C’est le réveil qui peut être le plus difficile pour un chien sourd, il est donc important de réaliser des exercices avec lui dès le plus jeune âge. Réveillez votre chien avec une friandise dans la main, plusieurs fois pendant ses premiers mois, et il associera bientôt ce réveil avec quelque chose de positif. Si vous ne souhaitez pas surprendre votre chien, vous pouvez le réveiller en tapant votre pied au sol ou en donnant un coup sur le lit sur lequel il dort, les vibration le réveilleront doucement. A part cela, il n’y a absolument rien à faire pour adapter votre logement à votre chien.

Chien sourd : Comment éduquer un chien sourd ?

 

Eduquer son chien : 3 ordres simples à apprendre à un chien

 Comment bien eduquer son chien ? 

 

Lorsque vous entamez l’éducation de votre animal, il est important de bien comprendre qu’il va réagir comme un enfant. Si vous essayez de lui apprendre une trentaine d’exercices à la fois, il sera totalement perdu et ne saura plus quoi faire. Il faut alors bien choisir ce que vous voulez lui apprendre et commencer son dressage, un ordre à la fois. Il faut profiter de ces sessions de dressage pour créer un véritable lien avec votre compagnon. Bien qu’il soit important d’être strict, n’hésitez pas à faire plaisir à votre chien durant le procédé. Voici 3 ordres qui sont vitaux dans l’éducation d’un chien, tout en étant simples à les lui faire apprendre.

 

♦ Apprendre à son chien son nom

 

Un prénom, c’est avant tout un moyen de faire comprendre à l’autre qu’on désire son attention, puisque la nôtre est tournée vers lui. Avec un chien, comme avec un enfant, il va falloir lui faire comprendre que les sons qui sortent de votre bouche doivent l’interpeller. Le premier problème qui se pose, c’est l’attention de l’animal. Pour qu’il puisse reconnaître son nom, faut-il encore qu’il prête attention à ce que vous dites. Commencez donc par des sons plus simples, comme un petit sifflement, ou un bruit de bouche, ou encore un petit mot comme « hey ». S’il réagit à ce son et vient vers vous, vous pouvez le récompenser avec une friandise, il comprendra alors que c’est son attention vers vous qui est positive. C’est la première étape, très simple, mais maintenant vous devez le faire réagir à l’énonciation de son prénom.

 

Vous répéterez alors le même exercice, cette fois-ci en ajoutant à votre son, son prénom. Par exemple un sifflement, suivi directement de son nom, afin qu’il ait le son en tête. Si vous le voyez regarder ailleurs, dites simplement son prénom, et s’il réagit, récompensez-le une nouvelle fois. Au bout de quelque temps, la simple énonciation de son nom le fera réagir, puisque le son est associé à une friandise. Plus le temps passera, plus vous voudrez réaliser cet exercice de façon aléatoire. S’il est attiré par un jouet, appelez-le, et s’il vient vers vous, récompensez-le. La clef de cet exercice, c’est la répétition.

 

♦ Apprendre à son chien comment s’asseoir

 

Comment bien eduquer son chien, dressage chien, apprendre à son chienC’est un geste relativement instinctif chez le chien, mais vous pouvez totalement lui faire comprendre quand vous voulez qu’il le fasse. La friandise sera, encore une fois, votre meilleure alliée. Elle vous servira d’attraction, afin que le chien prête attention à vous, une fois qu’il est fixé sur l’objet, faites-le monter un petit peu, vers son nez. Cela forcera le chien à s’asseoir afin d’avoir sa gueule fixée sur sa nourriture. Cela peut prendre un moment, ne soyez pas découragé, ne forcez pas le chien de manière trop poussive, et lorsqu’il finit par s’asseoir, dites-lui « assis ! » et relâchez la fameuse friandise. L’effet est encore très simple : une association entre le son et la récompense. Afin d’inscrire cet exercice dans son quotidien, répétez-le très souvent, jusqu’à qu’un automatisme se créé. Vous allez ensuite pouvoir dire « assis ! » et lorsqu’il s’assoit, offrez-lui la friandise. N’hésitez pas à utiliser le premier exercice dans celui-ci. « <Prénom>, assis ! », si vous captez son attention avec son nom et réussissez à le faire s’asseoir avec l’ordre, vous avez gagné !

 

♦ Comment bien eduquer son chien – Le faire s’allonger

 

Vous allez lui faire répéter l’ordre précédent, et le faire s’asseoir. Cette fois-ci, gardez la friandise près de sa gueule, puis faites-la descendre tout doucement vers le sol. S’il avance sa patte, récompensez-le, c’est un premier pas vers la position allongée ! Petit à petit, attendez qu’il se baisse davantage, et s’il s’allonge, dites « oui ! », ou l’ordre souhaité, et récompensez-le. C’est l’exercice le plus compliqué des 3, cela peut prendre plusieurs jours selon le chien, mais la plupart d’entre eux peuvent l’apprendre en moins d’une après-midi. Il faudra vous montrer patient, et bien exercer les deux autres ordres auparavant.

Chaque nouvel exercice réussi est un pas vers le suivant, mais il ne faut pas pousser l’animal dans ses limites. Prenez bien le temps de lui apprendre un ordre par un ordre, et même si cela doit prendre une semaine entière pour juste ces 3 exercices, ainsi soit-il. Vous demandez à votre chien d’être patient lorsque vous exercez avec lui, alors montrez-lui le bon exemple et soyez persévérant de votre côté également. Une fois que l’ordre est assimilé, vous allez pouvoir le répéter, et au bout de quelque temps, vous n’aurez même plus besoin de faire balancer une friandise au bout de son museau.

Comment bien eduquer son chien, dressage chien

Mon chien tire en laisse que faire

 

Mon chien tire en laisse, que faire ?

 

On a tous en tête cette image de dame âgée qui se fait davantage promener par son caniche, qu’elle n’est réellement en train, elle, de promener son petit chien. Si, souvent, cela est vu avec humour, et que l’on considère bien vite que c’est normal pour tel ou tel chien, il y a réellement un problème comportemental sous-jacent. Il est tout à fait possible de promener n’importe quel chien sans se faire traîner, sans se retrouver enroulé à un arbre ou ligoté avec le gentil chien du voisin qui voulait juste venir renifler son ami. Est-ce possible de marcher avec son chien sans revenir épuisé ?

 

Laisse chien, comment faire pour que mon chien ne tire plus en laissePourquoi dresser son chien à la promenade ?

 

La promenade devrait toujours être un moment privilégié entre son maître et son chien, et comme pour toute activité un peu sportive, il va falloir dresser son animal. Avoir un talent avec la promenade à la laisse est vital pour quelqu’un qui a adopté un chien, et ce n’est pas uniquement pour dévoiler ses talents aux voisins. Si votre chien marche tranquillement avec une laisse, cela veut dire qu’il prête attention, avant tout, à vous. Vous pourrez alors mieux le diriger et le guider vers la route que vous aurez choisie.
A chaque fois que le chien tire sur sa laisse, il existe le risque de lâcher prise, et votre animal se retrouve alors en grand danger. Il suffit qu’il continue de courir droit devant lui pour rencontrer une voiture. Vous aussi, vous pouvez finir le visage face au trottoir. Si vous lui apprenez à bien se tenir en laisse, vous pourrez l’amener partout, et sur de plus longues distances, puisque l’expérience sera plus agréable pour les deux partis.
Gardez en tête qu’être tenu par un simple bout de corde reste étrange pour le chien, et le fait d’investir dans une vraie laisse à tendance à minimiser les risques d’étirement. Vous avez plus de prise et pourrez plus facilement combattre le petit monstre à l’autre bout.

 

Mon chien tire en laisse – Comment améliorer la situation ?

Comme il en a été question plus haut, peu importe la race ou la taille de votre chien, vous pourrez le tenir en laisse en suivant les 3 conseils suivants :

 

♦ Ajuster votre attitude

 

Il faut avant tout vous demander quelle attitude vous voulez que votre chien adopte. Au lieu de lui dire d’arrêter de tirer sur la laisse, apprenez-lui à marcher à vos côtés, doucement, il n’aura plus de raison de tirer sur sa laisse. Comme pour la majorité des exercices canins, la clef, c’est les récompenses. Une des façons les plus simples de lui apprendre à rester à vos côtés, c’est de le récompenser lorsqu’il prête attention à vous, plus qu’à son environnement. Dès qu’il est près de vous, donnez-lui une friandise. Le chien aura alors tendance à rester près de vous instinctivement, puisqu’il attendra une récompense plaisante en retour. Il passera moins de temps à tirer et plus à vous suivre. Commencez par lui offrir des friandises de haute volée, puis diminuez les récompenses jusqu’à ce que cela devienne naturel. Il ne faut pas avoir la main légère, tant que les friandises sont de bonne qualité.

 

♦ Jouer à « suis-moi »

Chien qui tire sa laisse, que faire, éducation chien

Mettez votre chien en laisse, puis faites quelques pas en arrière. Le mouvement arrière est perçu comme une invitation par le chien, et il aura donc tendance à se retourner et à vous suivre. Lorsqu’il le fait, stimulez-le de façon sonore, avec un « oui ! », par exemple, et lorsqu’il est assez près, donnez-lui une récompense, comme une friandise. Ce genre d’exercice aidera votre chien à se focaliser sur vous lorsqu’il a une laisse au cou. Une fois que le mouvement arrière est assimilé, commencez à vous déplacer de tous les côtés, et recommencez jusqu’à ce qu’il vous suive partout.

 

♦ Envisager l’aide d’un professionnel

 

Si votre chien tire sur la laisse depuis plusieurs mois, il pourrait être très difficile pour vous de le dresser correctement. Il pourrait alors être nécessaire d’investir dans une laisse spéciale, similaire à un harnais frontal. Vous aurez alors plus de prise lors des promenades, et cela sera beaucoup moins stressant pour le chien, qui pourrait s’étrangler avec une laisse basique. Et si vous êtes vraiment perdu, demandez l’aide d’un dresseur professionnel, qui pourra vous aider en un rien de temps. N’oubliez pas que l’apprentissage est un exercice de tous les jours, et la marche avec une laisse est un talent qui va prendre du temps et de la pratique de la part du chien, mais également de votre part.

Mon chien tira en laisse, education chien

Mon chien aboie que faire, aboiement de chien quelles solutions ; Education chien

 

Aboiement de chien : Que faire si mon chien aboie ?

 

L’aboiement est un mode de communication normal pour un chien, mais il peut vite devenir envahissant, et trahir un problème éducationnel ou comportemental. Comme pour la plupart des techniques des dressages, les exercices visant à faire cesser les aboiements de votre chien ne marcheront pas du jour au lendemain. Il va falloir habituer votre animal à considérer ses cris comme des nuisances, et lui faire comprendre qu’il peut se faire entendre dans le calme. Plus les crises de votre chien remontent à longtemps, plus il sera difficile de lui faire changer ses habitudes. Il peut aboyer pour bien des raisons, et si vous avez la moindre idée du pourquoi, vous arriverez à assouvir vos ambitions beaucoup plus rapidement.

 

1. Comprendre les aboiements

 

Pourquoi votre chien aboie-t-il ? Est-ce une demande d’attention, une marque de frustration ou d’ennui, une réaction peureuse, un comportement territorial, une marque d’excitation, ou même un problème de santé ? Il peut être difficile de bien comprendre les raisons qui poussent votre chien à aboyer, et l’aide d’un vétérinaire ou d’un dresseur peut se révéler indispensable. Il existe certains cas qui seront clairs comme de l’eau de roche. Vous remarquez que votre chien aboie lorsqu’il voit un autre animal, vous remarquez qu’il crie lorsque vous le laissez seul, etc. Ces situations sont claires, et il ne vous restera plus qu’à trouver la bonne solution.

 

Aboiement de chien, comment empecher son chien d'aboyer, mon chien aboie que faire 2. Supprimer le stimuli-visuel

 

Admettons par exemple que votre chien aboie afin de protéger son territoire, ou exprimer sa peur. S’il voit un passant ou un autre animal par la fenêtre, il se mettra alors à aboyer jusqu’à ce que le stimuli visuel s’en aille. Il obtient satisfaction lorsqu’il aboie, sinon il ne le ferait pas. Empêchez-le d’attendre ce stade en fermant les rideaux, dans le cas présent. Ou déplacez-le dans une autre pièce. S’il aboie dehors, faites-le rentrer.

 

3. Ignorer le bruit

 

Si votre chien aboie afin d’obtenir votre attention, la solution est simple : ignorez-le. Ignorez votre chien jusqu’à ce qu’il arrête d’aboyer. Si vous allez le voir, vous lui délivrez satisfaction, et il recommencera. Ne lui parlez pas, ne le touchez pas, ne le regardez pas. Il se calmera, et lorsqu’il sera silencieux, récompensez-le avec une friandise. Sa satisfaction sera liée au silence. C’est un exercice difficile à réaliser, autant pour vous que pour vos voisins. Si vous optez pour cette option, il ne va pas falloir craquer. Si vous attendez une heure et allez le voir, il sera satisfait, et ça ne le dérangera pas d’aboyer pendant deux heures la prochaine fois.

 

4. Lui apprendre un ordre

 

C’est probablement l’un des exercices les plus difficiles à apprendre à votre chien, mais c’est également celui qui sera le plus efficace sur le long terme. Efficace si vous êtes présent lors des aboiements, inutile si vos voisins se plaignent durant vos absences. La première étape consiste à faire aboyer votre chien lorsque VOUS le souhaitez. Inventez un ordre, comme « demande », qui est souvent utilisé, et lorsque votre chien aboie 2 ou 3 fois, montrez-lui une friandise. Lorsqu’il s’arrête pour la renifler, parlez-lui et offrez-lui la friandise. Recommencez sur plusieurs jours jusqu’à ce qu’il aboie suite à votre ordre uniquement. Passez ensuite à l’ordre « silence », qui devra être précédé de l’ordre « demande ». Lorsqu’il aboie sur votre ordre, dites-lui « silence » et réitérez l’exercice avec la friandise.

 

5. L’occuperMon chien aboie, comment empecher son chien d'aboyer

 

Si c’est l’ennui ou l’anxiété qui préoccupent votre chien, vous allez devoir lui faire faire du sport, et pas seulement physique. L’exercice physique et mental est vital pour un chien, et un animal fatigué est un animal sage. Si vous allez courir avec votre chien, il y a peu de chance qu’il passe l’heure suivante à aboyer. Attention cependant, accordez les sessions de sport avec son âge, sa race, et sa santé. Il n’est pas question d’épuiser votre chien, mais de le faire se dépenser. Optez pour des promenades, des jeux impliquant du sprint, et de l’interactivité.

 

Quelques conseils supplémentaires

 

Il est complètement inutile de crier sur votre chien. Comprenez bien que si vous faites autant de bruit que lui, il pourrait prendre cela comme un jeu, ou comme un accompagnement sonore satisfaisant. Quel que soit l’exercice que vous réalisez, restez positif et optimiste, les changements prendront du temps avant d’opérer. C’est bien pour cela qu’il faut rester consistant dans vos efforts. Si vous changez vos méthodes, vous allez rendre votre chien confus. Si vous vivez en famille, tout le monde devra réaliser les mêmes exercices, vous ne pouvez pas laisser une seule seconde de répit à votre animal.

 

Mon chien aboie que faire, aboiement de chien

Chien timide, mon chien est timide comment le rendre plus confiant

Mon chien est timide voire craintif !

3 conseils pour le rendre plus confiant  

 

Certains chiens peuvent connaître des épisodes de timidité, que cela soit le cas depuis toujours, ou depuis un événement qui les a marqués. Votre animal court se cacher sous le lit à chaque fois qu’un ami rentre chez vous ? Votre chien aboie et se cache derrière vous si un enfant entre dans la pièce ? Vous retrouvez une flaque d’urine à chaque fois que vous invitez quelqu’un à la maison ? Toutes ces réactions sont synonymes de timidité, et de peur. Dès que vous voyez votre chien partir à un endroit qu’il considère sûr, vous devez analyser son environnement et comprendre pourquoi il ne se sentait pas à l’aise là où il était. Vous pouvez améliorer la situation.

 

Un cas de timidité

Chien craintif, chien timide, comment rendre confiant mon chienLa timidité peut toucher n’importe quel chien, peu importent sa taille, sa race, ou son âge. La plupart des maîtres pensent que si un chien est timide, c’est qu’il a subit des violences physiques ou morales, et que quelque chose d’affreux lui est arrivé. Bien que, malheureusement, cela soit vrai pour un certain nombre d’animaux, il existe un facteur beaucoup plus commun. Il se peut que votre animal combine une prédisposition génétique et un manque d’expériences socialisantes. Quoi qu’il en soit, il est tout à fait possible que vous ne trouviez jamais la raison de cette timidité, et ce n’est pas d’une si grande importance. Vous n’avez pas besoin de savoir « pourquoi », pour réussir à aider votre animal. Il va cependant bien falloir examiner les réactions de votre chien. Est-il timide, nerveux, prudent, apeuré ou craintif ? Il existe 4 réactions communes qui expliciteront les sentiments négatifs de votre chien : l’immobilité, l’agressivité, la fuite, et l’agitation. Votre chien peut sauter partout, chercher votre attention, baver, perdre ses poils, refuser de vous regarder dans les yeux, grogner, etc.

Entraîner son chien à être confiant

 

L’apprentissage d’un chien peut vraiment être amusant, et cela va lui permettre de construire sa confiance en vous, et en l’être humain en général. Lui apprendre certains ordres simples comme assis, couché et viens est une bonne fondation pour les prochains exercices. Lorsque votre chien sera perdu, il sera alors enclin à se tourner vers vous en quête d’instructions. Sa timidité sera remplacée par une confiance en vous. D’autres apprentissages comme l’agility peuvent construire un chien confiant et fier. Voici quelques exemples :

Faites asseoir votre chien à chaque fois que vous le caressez, lui donnez des friandises, le nourrissez, jouez à la balle avec lui, ou ouvrez une porte. Si cela peut paraître extrême, ces exercices vont l’aider à se construire un cadre comportemental. Ce cadre lui permettra de déstresser, puisque c’est une situation qu’il aura l’habitude d’aborder. Cet exercice poussera également votre chien à se tourner vers vous en cas de doute.

Le meilleur moyen de l’aider à contrôler sa peur, c’est encore de l’y soumettre. En aucun cas il est question de le fourrer dans les bras d’un inconnu du premier coup, attention ! Mais si votre chien a peur d’un enfant, commencez par lui montrer un enfant de loin, de plusieurs mètres. Petit à petit, approchez-vous, et au bout de quelques semaines, il pourra accepter de se faire toucher par l’enfant ! Arrêtez l’exercice dès que vous remarquez que votre chien stresse.

Cela peut être un bon complément à l’exercice précédent. Dès que votre chien fait un effort social, récompensez-le. S’il s’asseoit près d’étrangers, félicitez-le avec un mot ou un son (un clicker ou un simple « oui ») puis délivrez-lui une friandise. Faites-le dès qu’il approche quelqu’un dont il avait peur avant, et cela l’incitera à recommencer. Le conditionnement est le meilleur moyen pour lui de ne plus être apeuré.

Un problème social

La grande majorité du temps, la peur de l’animal se déclenche lorsqu’il aperçoit un étranger, ou un certain type de personne. La première étape de votre intervention devra déterminer de qui votre chien a peur. Vous vous dites peut-être parfois que votre chien est apeuré pour aucune raison, mais il va vraiment falloir réfléchir et analyser son environnement. Commencez à faire une liste de choses ou de personnes qui ont pu apeurer votre chien ou le rendre timide. La liste risque d’être différente pour chaque chien, et ce n’est pas un problème. Certains animaux auront peur des étrangers, d’autres d’enfants d’un certain âge, d’autres d’hommes d’une certaine taille, etc. Une fois le coupable trouvé, vous pourrez commencer les exercices.

 

Chien craintif, chien timide, 5 astuces pour le rendre plus confiant

Education chien : Mon chien pleure tout le temps, que faire ?

Mon chien pleure tout le temps

Comment lui apprendre à un chien à ne pas pleurer ?

 

Mon chien pleure souvent voir tout le temps. Il est vrai que le chien peut effectuer différentes « vocalisations » durant la journée, et la nuit. Cela comprend les aboiements, les pleurs, les plaintes, et d’autres bruits que vous pouvez trouver étranges. Bien souvent, le chien ne peut pas les contrôler, et elles peuvent être une extériorisation de douleur, d’une ouïe déclinante, ou même d’un syndrome du dysfonctionnement cognitif (SDA).

 

Trouver la source des pleurs

 

Diagnostiquer une maladie

La première étape, c’est bien évidemment diagnostiquer la provenance des pleurs. S’il s’agit d’un problème médical, vous n’aurez rien à faire, et il faudra consulter l’avis d’un vétérinaire. Votre chien ne pleure pas forcément parce qu’il a mal, il peut être triste, avoir faim, ou veut juste attirer votre attention, comme un bébé le ferait.

Le syndrome du dysfonctionnement cognitif se traduit souvent par des réveils en pleine nuit, pendant lesquels le chien émettra divers sons. Il est surtout présent chez les chiens de service qui exercent diverses activités physiques durant la journée.

 

Connaître son chien

 

Les pleurs, tout comme les aboiements, peuvent être liés à un problème de comportement. Certaines races sont connues pour être sujettes à de telles vocalisations. De nombreuses races de terriers, comme le yorkshire, le cairn, le fox, et l’australien, peuvent pleurer pour aucune raison particulière. Cela concerne également les chihuahuas, les pékinois et les caniches. Il s’agit alors là d’une caractéristique génétique, et le travail sera d’autant plus ardu.

 

Quelques causes de pleurs

 

Si les pleurs n’ont pas pour origine une maladie ou une douleur, ils peuvent être liés à une anxiété ou à un conflit. Il faut bien faire la différence entre les pleurs compulsifs, et les pleurs liés à l’environnement. Si votre chien se retrouve seul dans une pièce, il pourrait pleurer, car il se sent seul et qu’il est loin de sa famille et de son groupe social. C’est alors une vocalisation de détresse. De l’autre côté du spectre, il y a les pleurs « alarmes ». Quelque chose a stimulé votre chien, un son, un passant, quelque chose qu’il ne connaît pas. Il peut alors se mettre à pleurer, de peur, ou aboyer, afin de protéger son territoire. Enfin, votre chien peut pleurer pour essayer d’attirer votre attention.  Il sait que vous irez le voir et le consoler.

 

Trouver des solutions

 

Education chien : Mon chien aboie tout le tempsLe cas de la maladie

C’est évidemment le premier facteur que vous devrez essayer de rayer de la liste. Si vous remarquez que votre chien vocalise beaucoup plus que d’habitude, vous devriez prendre un rendez-vous chez  le vétérinaire avant toute chose. Des examens complets seront réalisés afin de vérifier si votre animal n’a pas un problème au niveau sanguin, urinaire ou même osseux ou musculeux. Peut-être qu’un accident a eu lieu sans que vous en soyez témoin, ou qu’une suite de problèmes médicaux dormants ont fini par créer des douleurs chez votre chien. Il est crucial de considérer la cause médicale avant d’avancer quelque argument comportemental qu’il soit.

Les pleurs chez le chiot

 

Les pleurs sont assez courants chez le chiot, c’est le meilleur moyen pour lui d’avoir votre attention. C’est également inné chez l’humain : il répond fortement aux pleurs, notamment de son propre bébé. Il est donc normal que le chiot apprenne très vite que ses pleurs vont vous ramener vers lui. Typiquement, vous êtes tenté d’aller le caresser, le conforter, et essayer de le calmer.

Un chiot va pleurer les premières semaines, car il sera séparé de sa famille et de son habitat. Ses pleurs sont synonymes d’une nouvelle vie. Beaucoup de maîtres vont alors prendre le chiot dans les bras et essayer de le faire dormir, notamment dans leur propre lit, car la compassion et l’empathie sont deux forces difficiles à combattre. C’est là votre première erreur : ces pleurs lui ont prouvé qu’il pouvait avoir ce qu’il voulait. Il cherche une réponse et ne pleure plus pour rien.

 

Quelques exercices

 

Le premier exercice à tenter est certainement le plus difficile : ne répondez pas à ses pleurs. Si vous créez un lien entre ses vocalisations et votre tendresse, il n’aura aucune raison de s’arrêter. Attention, encore une fois, c’est en supposant que vous ayez écarté chaque cause médicale ! Si le chien pleure au réveil, attendez qu’il arrête de pleurer, et ensuite allez le voir. Il ne pourra plus créer de lien entre les deux actions.

S’il vous réveille la nuit, essayez de le promener juste avant son coucher, afin qu’il se soit dépensé assez pour avoir besoin d’une bonne sieste. Veillez également à ce que la pièce où il dort soit totalement dans le noir. Un rayon de soleil pourrait bien réveiller votre ami à quatre pattes.

Enfin, si les pleurs durent depuis bien trop longtemps, n’hésitez pas à aller voir un éducateur canin, qui pourra effectuer lui-même des exercices de modification de comportement.

Education chien : Mon chien pleure tout le temps, apprendre à un chien à ne pas pleurer

Education chien : 5 bons réflexes à adopter pour punir son chien, punir un chien, punition chien

 

Punir son chien : Les bons réflexes pour le punir efficacement 

 

Punir son chien ! On aurait tous aimer pouvoir compter sur son chien, et se contenter de l’éduquer à coups de friandises et de câlins, mais ce serait se voiler la face. Un chien est instinctif, et certains comportements qui pourraient sembler normaux pour lui pourraient être inadmissibles pour vous. Dès lors, il est important de lui faire comprendre ses erreurs. Contrairement à un chat, un chien comprend votre punition. Attention cependant, il est important de le préciser immédiatement : les coups physiques et l’intimidation vocale ne seront jamais de bons moyens ! Votre chien ne comprend pas vos mots, il comprend votre intention. Ne traumatisez pas votre animal.

 

Comprendre votre chien

Avant toute chose, essayez de comprendre les actions de votre chien. Pourquoi a t-il fait quelque chose de mal ? Recherche t-il votre attention, qu’elle soit bonne ou mauvaise ? Est- ce qu’il ne faisait que jouer ? Si vous arrivez à comprendre pourquoi votre chien a fait ce qu’il a fait, vous pourrez le punir en conséquence. Votre punition a un unique but : lui faire changer de comportement. Peut-être que son comportement est lié à un problème d’alimentation, ou à un manque d’exercice.

 

Quand punir son chien ?

C’est une question très importante, et que vous devrez garder en tête constamment. Votre chien est en train de déchirer votre coussin, vous le prenez sur le fait, et vous le grondez. Il va très vite faire le lien entre les deux actions. Prenez le même scénario, sauf que cette fois-ci, vous découvrez le méfait quelques minutes plus tard. Vous le grondez. Il est fort possible que le chien fasse le lien entre le coussin et votre réaction. Mais c’est dans le cas où il ressentirait de la honte et saurait qu’il a fait quelque chose de mal. Vous prenez un risque. Si vous le grondez et qu’il ne comprend pas pourquoi, il sera juste mécontent de votre réaction. Grondez donc votre chien lorsque vous le surprenez sur le fait, sa compréhension en sera renforcée.

 

Quelques exemples

L’action par l’inaction

Si vous constatez que votre chien agit mal afin d’avoir votre attention, le meilleur moyen de le punir sera de ne pas lui en donner. Si vous êtes constamment sur le dos de votre chien lorsqu’il fait une bêtise, vous pourriez l’inciter à en faire. Vous lui donnez de l’attention lorsqu’il détruit  vos coussins, pourquoi arrêterait-il ? Vous allez lui faire des câlins dès qu’il se met à aboyer ou à pleurer ? Pourquoi arrêterait-il ? Afin de briser ces cercles vicieux, ne lui donnez pas d’attention pendant ses bêtises.

Cela est facile à dire mais doit-on alors le laisser manger les coussins ? Non, vous allez devoir attirer son attention, sans lui en donner. Faites un gros bruit dans la cuisine par exemple. Laissez tomber quelque chose. Le bruit va le faire réagir, et il va arrêter ce qu’il était en train de faire.

 

Créer un environnement favorable pour punir son chien

Vous laissez traîner vos chaussettes partout et votre chien trouve un malin plaisir à les mâchouiller ? Vilain chien ! Ou vilain maître ? Le meilleur moyen d’éviter que votre chien ne fasse de bêtises, c’est de ne pas lui en donner l’opportunité. Donnez-lui des jouets et écartez toute tentation de son museau. Si vous le voyez jouer avec un objet qu’il ne devrait pas toucher, arrachez-lui des pattes et cachez-le. Il finira par perdre son intérêt et ira jouer ailleurs. Encore une fois : ne frappez pas votre chien ! Il vaut mieux lancer un « non ! » ferme qui se fera comprendre immédiatement. Vous risquez d’entacher votre relation, et si vous devez répéter les coups, c’est bien qu’ils ne  fonctionnent pas !

 

Récompenser votre chien…

… en temps et en heure ! Si vous entraînez votre chien à lier ses actions à une friandises, il apprendra vite quelles actions sont bénéfiques. Il s’assoit lorsque vous dites « assis ! », donnez-lui une friandise. C’est une technique connue, qu’il faut utiliser tout le temps. Il saura alors qu’une bonne action lui reviendra sous forme alimentaire. Dès lors que vous lui direz « non ! » et ne lui donnez pas de friandise, il comprendra qu’il a fait une erreur et essayera de faire quelque chose pour se racheter, et surtout avoir une friandise. Vous devez créer une relation de confiance.

La punition sera donc principalement verbale. Sans en abuser et essayer d’intimider votre chien, un simple « non ! » ferme lui fera comprendre ses erreurs. Si vous finissez par créer un environnement sain, vous n’aurez même plus à le punir. Dans le plus grave des cas, vous pourrez toujours le mettre au coin et ne plus le regarder. Le fait que vous ne lui prêtez aucune attention sera un vrai calvaire !

Education chien : 5 bons réflexes à adopter pour punir son chien, punir un chien

1 2 3

Rechercher

+