Mon chat perd ses dents

Un chat qui perd ses dents, est-ce grave ? C’est ce que nous allons voir ensemble à travers cet article.

Le chat possède, à l’âge adulte, 30 dents, qui poussent entre les deux et quatre semaines du chaton en commençant par 26 dents de lait qui finiront par tomber pour laisser place aux dents définitives entre les 3 et 7 mois du chat. Les dents du chat nous permettent donc de déterminer son âge.

Cependant, il peut arriver que votre chat perde ses dents, et nous allons voir dans quelles situations cela est possible.
 

La perte naturelle des dents de lait

 
Un chaton perdra naturellement ses dents de lait pour faire place à sa dentition définitive. Il n’est donc pas impossible que vous retrouviez des dents de votre chat si ce dernier est en plein développement.

On remarquera la perte des dents de lait à partir du troisième mois de vie du chat. D’où l’importance de connaître l’âge de votre chat pour ne pas vous inquiétez lorsque vous retrouver ses dents.
 

Constater la perte des dents de son chat est très rare

 

En effet, tout comme pour les chiens, les chats qui perdent leurs dents ont tendance à les avaler et en général, nous ne nous en rendons absolument pas compte.

 

Comment savoir si son chat perd ses dents de lait ?

 
Plusieurs signes peuvent toutefois vous « alerter » car votre chat pourrait rencontrer des difficultés à s’alimenter.

De plus, il est possible que votre chat se frotte les dents avec ses pattes, soit parce que ça le gêne (une dent pas encore tombée par exemple), soit parce qu’il est un peu douloureux (mais rassurez-vous, rien de grave).

Enfin, il est possible que vous aperceviez quelques traces de sang suite à la perde des dents de votre chat ou suite à la repousse d’une dent définitive (canine, prémolaire, molaire ou incisive). Encore une fois, nul besoin de s’inquiéter, c’est tout à fait normal.
 

Que faire quand un vieux chat perd ses dents

 
C’est un peu le cycle de la vie, on nait sans dents, on obtient une dentition définitive puis on finit par perdre ses dents. Pour les chats c’est le même cycle.

Il ne faut donc pas s’alarmer, c’est tout à fait normal. La seule chose à surveiller c’est que le chat puisse toujours se nourrir sans trop de difficultés.

N’hésitez pas à lui proposer des pâtés ou encore de l’eau tiède dans ses croquettes pour que la mastication soit plus aisée. Votre vétérinaire pourra également vous conseiller une alimentation adaptée.

Un chat en pleine forme qui perd ses dents

Enfin, si l’on met de côté les pertes de dents « naturelles », que votre chat est ni jeune, ni vieux mais qu’il commence à perdre ses dents : cela n’est pas inquiétant mais vous devez toutefois consulter votre vétérinaire pour écarter toutes éventuelles maladies ayant pour premier symptôme la perte des dents.

Mon chat perd ses dents, est-ce grave ?

Diarrhée chez le chat : symptômes, traitement

Diarrhée chez le chat : comment faire ? Votre chat a la diarrhée et vous ne savez pas comment réagir face à ce problème. Voici donc, pour vous aider, les conseils à mettre en place dans ce type de situation.
 

Diarrhée chez le chat : Mon chat a la diarrhée, comment l’aider ?

 

Tout d’abord, si votre chat a la diarrhée, il est fortement recommandé de lui retirer sa gamelle de croquettes. En effet, il est préconisé dans ce type de situation de faire jeuner l’animal durant 24 heures.

Attention : Il est absolument obligatoire de laisser de l’eau à disposition en permanence. La diarrhée peut facilement et très rapidement déshydrater votre chat et cela peut être très dangereux pour lui, c’est pourquoi l’eau devra être mise à disposition et à volonté.

Après 24h de jeûne, si votre chat ne présente plus de symptôme de diarrhée, vous pourrez alors réintroduire la nourriture petit à petit, tout en surveillant votre chat durant quelques jours.

Astuce : Si votre chat n’est pas un grand buveur et que vous craignez qu’il ne se déshydrate, il est recommandé d’investir dans une fontaine à eau pour chat. L’eau des fontaines est plus oxygénée que l’eau dans une simple gamelle et donc de meilleure qualité. Cela incitera donc votre chat à boire davantage.

 

Mon chat a la diarrhée, quand contacter le vétérinaire ?

 

Il est toujours inquiétant de savoir son animal malade. Ainsi donc pour savoir quand contacter le vétérinaire en cas de diarrhée voici quelques conseils :

Tout d’abord, si au delà des 24h de jeûne votre chat présente toujours des symptômes de diarrhée, il sera alors nécessaire de contacter votre vétérinaire.

De plus, si votre chat présente d’autres symptômes, comme de la fièvre, du sang dans les selles ou des vomissements, il sera là aussi nécessaire de contacter votre vétérinaire sans attendre.

Pour finir, les causes de la diarrhée peuvent être variables et il sera important de les déterminer afin de mettre en place un traitement adapté. C’est pourquoi l’aide et l’intervention de votre vétérinaire est essentielle.
 

Quelle alimentation choisir ?

 
Si votre chat à tendance à avoir des diarrhées régulièrement, il se pourrait que son alimentation soit en cause. N’hésitez pas à opter pour des croquettes spécifiquement adaptées et propices à une bonne digestion et à en parler à votre vétérinaire pour qu’il vous conseille l’alimentation la plus adaptée.
 

A retenir :

 

  • En cas de diarrhée, il est recommandé de faire jeuner votre chat en lui retirant sa gamelle de croquettes

  • Laisser toujours de l’eau à disposition

  • En cas de fièvre, de sang dans les selles, ou tout autres symptômes, contactez immédiatement votre vétérinaire

  • Si les symptômes persistent plus de 24h contactez votre vétérinaire

Diarrhée chez le chat : Comment savoir si votre chat a la diarrhée

Pourquoi mon chat bave, mon chat bave

Pourquoi mon chat bave ? Vous avez remarqué que votre chat bavait de façon excessive et donc anormale. Pour mieux comprendre ce comportement et savoir comment réagir voici, pour vous aider, les principales causes de l’hypersalivation.

Cause n°1 – Pourquoi mon chat bave :

 Un problème de santé

Si votre chat bave de façon anormale, il est important de vérifier si votre animal est en bonne santé. L’hypersalivation peut être causée par divers problèmes de santé, comme des problèmes dentaires, ou encore des ulcères. Une consultation chez votre vétérinaire et un examen général de votre chat, en analysant son poids, son comportement ou encore sa dentition sont alors à conseiller.

Cause n°2 – Pourquoi mon chat bave : 

Mon chat est anxieux

L’hypersalivation peut aussi avoir une cause comportementale. En effet, il est possible d’observer une hypersalivation chez votre chat en cas de stress ou d’anxiété. Cela peut être visible lors d’un trajet en voiture, par exemple, si ce dernier n’a pas été suffisamment habitué. Dans ce cas, l’hypersalivation n’est qu’un symptôme et pour le régler il faudra s’intéresser à l’origine du stress afin de modifier l’environnement de votre chat ou mettre un place une habituation afin qu’il se sente mieux.

Cause n°3 : Mon chat est heureux

Une autre cause à la salivation excessive peut être tout simplement déclenchée quand votre chat est heureux. En effet, si lors d’une séance de câlins vous remarquez que votre chat se met à ronronner et à baver, sachez que cela est normal et reflète d’un état de bien-être.

Que faire si mon chat bave excessivement ?

En conclusion, si votre chat bave beaucoup vous devez tout d’abord réfléchir à la cause de ce problème. L’hypersalivation n’est finalement qu’un symptôme qui reflète soit un problème de santé, soit un état émotionnel fort. Dans tout les cas n’hésitez pas à contacter votre vétérinaire et / ou un comportementaliste félin qui vous aidera à comprendre l’origine de ce problème et vous permettra de trouver des solutions adaptées et efficaces.

 

Pourquoi mon chat bave ?

Griffure de chat : Comment soigner la griffure de chat

Il faut savoir que la griffure de chat peut être dangereuse pour les Humains. En effet, les griffures de chat peuvent transmettre des maladies ou encore s’infecter. Voici donc les gestes à avoir en cas de griffures de chat.

Griffure de chat : désinfecter la plaie 

Le premier réflexe à avoir si vous vous faites griffer par un chat et de désinfecter immédiatement la plaie. Après avoir lavé la griffure de chat avec une eau savonneuse, vous pourrez alors utiliser un antiseptique classique.

Les risques d’une griffure de chat

Les griffures de chat peuvent être vectrices de maladies, comme la maladie des griffes du chat ou encore la pasteurellose (qui touche principalement les nourrissons et les personnes immunodépressives). Ces deux maladies sont bactériennes. La sporotrichose, une maladie causée par un champignon, peut également être transmise en cas de griffure.

ZOOM sur la maladie des griffes du chat :  Il faut savoir que la maladie des griffes du chat est assez courante. En effet, une étude a démontré qu’environ 40% des chats européens sont porteurs de cette bactérie à un moment donné de leur vie. Il est alors recommandé de traiter votre chat contre les puces afin de limiter les risques.

De plus, en cas de griffure de chat, il est recommandé de s’assurer que votre vaccination antitétanique est bien à jour.

En cas de doute : consulter votre médecin

Dans tous les cas, si vous vous faites griffer au niveau des yeux, il est recommandé de contacter votre médecin. De même, si suite à la griffure vous présentez des symptômes tels que de la fièvre, une fatigue anormale, des ganglions ou encore si la plaie cicatrise mal, il est également recommandé de consulter votre médecin.

Pour finir, attention aux enfants qui sont souvent les plus touchés par les griffures de chats. Par ailleurs, sachez qu’il n’existe pas de vaccin pour se protéger des griffures de chats. La prévention reste alors le meilleur moyen d’éviter les problèmes.

En conclusion, si votre chat présente des comportements agressifs, n’hésitez pas à faire appel à votre vétérinaire et/ou un comportementaliste félin qui vous aidera à comprendre pourquoi et comment régler ou atténuer le problème.

Griffure de chat : Comment soigner la griffure de chat ?

Perte de poil chat : Mon chat perd ses poils

Perte de poil chat :  Mon chat perd ses poils

Vous avez remarqué que votre chat perd ses poils de façon importante, voire anormale ? Tout d’abord, il faut savoir que la perte de poil chez le chat est normale tant qu’elle n’est pas excessive, c’est à dire qu’elle reste non perceptible sur le pelage de votre chat. De plus, vous remarquerez logiquement une perte de poil plus importante en période de mue. Cependant, si vous constatez des pelades, c’est à dire des pertes de poils localisées sous forme de plaques, ou autres problèmes de peau comme des rougeurs ou encore des démangeaisons, il sera important de consulter votre vétérinaire afin d’en déterminer la cause et de trouver le traitement adapté.

Pour vous aider, voici des causes possibles aux pertes de poils chez votre chat

Perte de poil chat : Et si c’était un problème alimentaire ?

 

Une alimentation inadaptée est souvent la cause de problèmes de peau, entraînant une perte de poil. Le chat est un carnivore strict, son alimentation doit donc être adaptée à ses besoins physiologiques. De plus, les matières premières (notamment la viande ou le poisson) composant l’alimentation de votre chat devront être de qualité premium et les plus digestes possibles.

 

Perte de poil à chat :  Les problèmes de stress

 

Le stress peut également avoir des conséquences sur la santé de votre chat. Un stress important ou prolongé peut se traduire en problèmes de peau, grattages ou léchages excessifs, entraînant parfois des pertes de poils plus ou moins importantes.

De plus, un animal stressé sera sensible aux maladies et parasites car le stress diminue sa capacité à lutter contre les maladies. Votre chat peut stresser pour plusieurs raisons : un environnement inadapté, un changement de routine, des agressions répétées, etc. Dans tous les cas, il sera nécessaire d’identifier la cause du stress afin de trouver des solutions pour aider votre chat, éventuellement avec l’aide d’un comportementaliste félin.

 

Les problèmes de parasites 

 

De plus, les parasites externes peuvent eux aussi être la cause de pertes de poils chez le chat. Un traitement préventif afin de lutter contre les puces, les tiques ou autres parasites, sera nécessaire. En cas de contamination, il sera également nécessaire de traiter votre chat. N’hésitez pas à consulter votre vétérinaire afin de trouver le meilleur traitement possible pour soigner votre chat. Sachez également que des champignons, comme la teigne, peuvent eux aussi être responsables de problèmes de peau entraînant des pertes de poils.

 

Que faire si mon chat à une perte de poil chat de façon anormale ?

 

D’autres causes peuvent entraîner une perte de poils anormale chez votre chat, comme des allergies au pollen par exemple. Il est donc important d’analyser l’ensemble des symptômes, ainsi si votre chat a des rougeurs, une perte d’appétit, de la fièvre ou tout autres symptômes inquiétants, il est préconisé de consulter votre vétérinaire sans tarder.

Perte de poil chat : Mon chat perd ses poils

 

 

Mon chat perd ses griffes, santé du chat

Mon chat perd ses griffes

Mon chat perd ses griffes, est-ce normal ? Dès lors que vous adoptez un chat, il faut apprendre son cycle de vie afin de ne pas être déstabilisé lorsque vous vous retrouvez devant une partie de lui qu’il aurait rejetée. Est-ce normal qu’il perde ses poils, est-ce normal qu’il dorme autant, est-ce normal qu’il perde ses griffes ? Toutes ces questions possèdent une réponse simple, et il est important de pouvoir compter sur vos connaissances afin de proposer une vie meilleure à votre animal. Dans le cas des griffes, il faut bien comprendre qu’il existe divers cas de figure. Il faut commencer par différencier les accidents des mues normales, par exemple. Afin de vous aider au mieux à comprendre votre chat, voici quelques faits concernant ses griffes :

Une présence de sang

La première information que vous devez déterminer, c’est si cette griffe est entière, et si elle a été perdue suite à un accident. Un chat peut perdre une griffe suite à un saut malencontreux ou pendant une bagarre de rue, par exemple. Une griffe peut alors être cassée ou même retirée de son emplacement naturel. Si vous retrouvez ce genre de choses sur votre tapis, vous pourriez avoir besoin de l’assistance d’un vétérinaire. Dès qu’il y a la moindre trace de sang, d’infection ou de douleur chez l’animal, il est important d’avoir l’avis d’un professionnel.

Mon chat perd ses griffes : Une mue naturelle ? 

La thèse de l’accident est la moins probable parmi toutes celles avancées. Si une seule griffe est trouvée, cela pourrait être véridique, mais bien souvent les griffes sont retrouvées en petit nombre. Il ne s’agit alors pas de griffes, mais de mues tout à fait naturelles. Il n’y a alors pas de sang, il s’agit tout simplement de la couche supérieure de la griffe qui se décolle afin de laisser de la place pour une nouvelle griffe toute neuve !
Si vous retrouvez des bouts de griffes autour de votre arbre à chat, il est évident qu’il s’agit d’une mue. C’est la raison principale qui pousse les chats à griffer et à gratter son arbre (et parfois les meubles). Une mue ressemble comme deux gouttes d’eau à une griffe entière, sauf qu’elle est creuse et plus petite qu’une griffe qui se trouve sur sa patte.
Il peut également arriver que les maîtres s’inquiètent de ne pas voir de griffe à un doigt de la patte, mais sachez qu’elles se rétractent et peuvent être très difficiles à repérer. Si vous avez un doute, contactez votre vétérinaire. La griffe de remplacement sera un peu plus coupante après la mue, attention donc à vos doigts !

Mon chat perd ses griffes : Une cause maladive ?

La première pensée qui peut traverser l’esprit d’un possesseur de chat, c’est que son animal est malade puisqu’il perd ses griffes. A ce jour, il n’existe aucune maladie féline qui fasse perdre ses griffes à un chat.
Vous devez bien comprendre que les griffes de chat sont très similaires à nos ongles. Vous vous coupez les ongles afin d’être plus à l’aise, de ne pas vous griffer constamment, et de toute façon ils repousseront quelque temps après. Les griffes de chat ont besoin de cette mue afin d’être plus coupantes et plus utiles pour l’animal. Dans la nature, il passe son temps à chasser, et de mauvaises griffes pourraient bien lui faire manquer un repas. Elles lui servent également à grimper partout et à se défendre en cas d’attaque. Ce processus est vital pour l’animal, et vous devriez être ravi de retrouver des mues de griffes dans votre maison, c’est un signe de bonne santé !

Mon chat perd ses poils : Une mue régulière ?

Il est admis qu’un chat domestique connaîtra une mue pour chaque griffe entre 4 et 6 fois par an. Il est donc normal d’en retrouver régulièrement chez soi, puisque votre chat possède 18 griffes en tout ! L’arbre à chat devient donc important, puisqu’il lui permettra de gratter, griffer, et accélérer les mues. Le félin aime gratter une surface et cela lui permettra même de se dégourdir les pattes ! Si vous remarquez qu’il préfère le tapis, vous pouvez toujours les lui couper vous-même de manière régulière, même s’il est toujours préférable qu’il fasse son entretien de manière naturelle. Cela deviendra cependant nécessaire si votre chat refuse de gratter quelle que surface que ce soit. Si vous laissez ses griffes pousser pendant trop longtemps, cela devient un problème médical, puisque si elles poussent trop, elles pourraient se courber de façon drastique et percer ses coussinets. Pensez à consulter l’avis d’un vétérinaire si jamais vous avez des doutes concernant votre animal !

Mon chat perd ses griffes

Pourquoi mon chat vomit

Vomissement du chat : Pourquoi mon chat vomit ? 

Le fait est là : les chats ont tendance à vomir, c’est plus que commun. C’est pourquoi, la plupart du temps, les maîtres ne s’en préoccupent pas et se contentent de tout nettoyer et de laisser le chat dans cet état. En réalité, si votre chat vomit de manière régulière, cela peut être un problème médical. Ne supposez jamais que ces vomissements sont simplement un moyen pour votre chat de rejeter des boules de poils. Si vous voyez des poils dans le vomi, cela ne confirme ou n’affirme rien du tout, c’est encore une fois très commun. A partir du moment où votre chat régurgite quelque chose une ou deux fois par mois, il est bon de consulter un vétérinaire, ce ne serait-ce que pour vous rassurer que votre chat va bien, et qu’il se contente juste de vomir pour évacuer un trop plein naturel, et non maladif.

Que faire si mon chat vomit ?

De manière générale, il est conseillé de laisser le chat tranquille lorsqu’il vomit. S’il régurgite sur un objet de valeur ou quelque chose de difficilement nettoyable, vous pouvez essayer de le déplacer, mais cet exercice pourrait être très stressant pour lui. Dans le meilleur des cas, vous pouvez le laisser tranquillement dans son coin, il récupérera de l’expérience tout seul puisque cela reste un acte normal pour lui. Ne paniquez pas, et surtout, ne le grondez pas. Votre chat ne vomit pas pour se venger de vous, ou parce qu’il est en colère. Il ne comprend pas que vous devez nettoyer après lui, et il ne comprend pas que votre pull tout neuf vous a coûté une semaine de salaire. Vous allez devoir le déplacer dans une autre pièce si possible, et nettoyer les dégâts en fonction de la situation.

Pourquoi mon chat vomit ?

Afin de rendre les choses plus simples, nous allons énoncer les problèmes les plus courants chez le chat, du moins ceux qui peuvent le forcer à vomir. Attention, cette liste n’est pas exhaustive, et vous ne devez pas diagnostiquer votre chat vous-même. C’est une simple feuille de route qui va vous permettre de vérifier que vous n’avez pas besoin d’amener votre animal aux urgences. Dans la plupart des cas, soit le vomi est normal, soit il faudra consulter un vétérinaire les jours suivants.

♦ Un problème de régime alimentaire. La plupart des chats vomiront s’ils ne supportent par la nourriture que vous avez choisie pour eux. Si vous remarquez que votre chat se met à vomir régulièrement, commencez par analyser les changements que vous avez apportés à son alimentation. S’il y en a eu, il va falloir les éliminer. Si votre animal possède un système digestif plus sensible que la moyenne, il existe de nombreux régimes spécialement conçus pour éviter les vomissements et autres rejets. Votre vétérinaire pourra vous délivrer des conseils avisés, qui seront spécifiques à la race, l’âge et la situation de votre chat.
♦  Des problèmes inflammatoires. Le problème médical le plus courant, c’est une inflammation des intestins ou de l’estomac. Vous ne pourrez rien faire ou diagnostiquer par vous-même, il va falloir rendre visite immédiatement à votre vétérinaire, qui vous prescrira les médicaments adéquats.
♦  Une présence parasitaire. De multiples parasites peuvent attaquer votre chat, et certains d’entre eux peuvent provoquer des vomissements chez l’animal. Bien souvent, votre vétérinaire vous recommandera d’essayer un régime spécial, qui sera privé de tout risque hygiénique. En complément, en fonction de la situation, un médicament anti-parasitaire peut être prescrit.
♦  Si ces 3 problèmes ne concernent pas votre chat, votre vétérinaire pourrait être amené à réaliser des ultrasons, des examens à rayons X, ou même une endoscopie.

Quelques conseils

♦  Quelle que soit la situation qui vous concerne, ne présumez jamais que la santé de votre chat n’est pas préoccupante. Dès qu’il existe un changement dans ses habitudes, ou si vous venez d’adopter un chaton, vous devez rendre visite à votre vétérinaire. Dans certains cas, les vomissements seront totalement normaux, mais ne serez-vous pas soulagé d’avoir eu l’avis professionnel de votre vétérinaire ? Le moindre doute quant à la santé de votre animal doit vous alarmer.

♦  Si vous en avez le temps et l’opportunité, n’hésitez pas à analyser le contenu des rejets de votre chat. Si vous constatez qu’il y a des sortes d’insectes, cela pourrait être un signe parasitaire. S’il vomit du liquide, pensez à lui offrir une source d’eau constante pour qu’il se réhydrate. Enfin, si vous apercevez du sang, rendez une visite urgente à votre vétérinaire.

Pourquoi mon chat vomit, vomissement du chat

Comment Savoir si mon chat à la fièvre

Comment savoir si mon chat a de la fièvre ?

La fièvre est souvent perçue comme étant une maladie en elle-même ; il suffirait alors de s’allonger quelques jours au lit pour la calmer et pour que tout rentre dans l’ordre. C’est là, un amalgame qu’il faut absolument abolir. La fièvre n’est qu’un symptôme d’une maladie. Si elle vous permet de diagnostiquer cette dernière, ce n’est pas elle qui sera traitée. Elle pourra être apaisée et diminuée, mais cela ne règle en rien le problème sous-jacent. Afin de pouvoir vous occuper de la santé de votre chat, vous allez devoir la détecter, et expliquer à votre vétérinaire les raisons de votre inquiétude. Il pourra alors vous proposer des solutions adaptées, en fonction du diagnostique qui sera dressé.

Déceler la fièvre chez le chat

Il n’y a malheureusement pas de solution miracle. Vous ne pouvez pas poser votre main sur son front pour évaluer la situation. Et de toute façon, est-ce qu’il n’aurait pas collé une lampe contre son visage, juste pour échapper à une journée d’école ? Contrairement aux idées reçues, un museau sec et chaud n’est pas forcément le signe d’une fièvre chez le chat. La seule et unique solution efficace, c’est le thermomètre.
La température normale pour un chat se situe entre 38°C et 39,2°C. Au dessus de cela, on considère que l’animal est fiévreux. Bien que la fièvre est un élément naturel et aide à combattre bon nombre de maladies, lorsque la température atteint les 40°C, il est grand temps d’agir, puisque les organes internes peuvent être endommagés. Contactez votre vétérinaire au plus vite si vous observez une telle température chez votre animal.

Symptômes

Les causes d’une fièvre sont diverses et variées, et il serait presque s’agir de tout et n’importe quoi. Il devient alors vital d’observer les autres symptômes que le chat semble démontrer. La fièvre permet au système immunitaire de combattre la maladie, et d’autres systèmes sont naturellement mis en place afin de permettre au chat de conserver un maximum d’énergie. Cela comprend :
♦ La perte d’appétit,
♦ La dépression,
♦ La diminution d’énergie ou d’activités,
♦ La diminution des toilettes,
♦ Des tremblements et/ou une respiration rapide.
D’autres signes, plus rares, peuvent également être signalés, comme des éternuements, des vomissements et des diarrhées.

Causes

La fièvre est donc un symptôme comme un autre, et il est du devoir du vétérinaire de trouver quelle maladie pourrait faire que votre chat en soit atteint. Il est important de prendre sa température plusieurs fois par jour, pendant plusieurs jours. Un chat peut très bien avoir une température corporelle élevée simplement parce qu’il a passé plus de temps dans un endroit chauffé, ou qu’il a fait des exercices physiques juste avant la prise de température. Si vous remarquez que la haute température est constante sur plus de 24 heures, cela pourrait bien être une fièvre.
Les causes sont multiples et comprennent :
♦ Une infection virale, bactérienne, ou fongique,
♦ Une tumeur,
♦ Un trauma, une blessure,
♦ Certains médicaments,
♦ Des maladies comme le lupus.

Traitements

En soit, vous n’avez que deux choses à faire en cas de fièvre : surveiller votre chat, et l’amener chez le vétérinaire. N’essayez en aucun cas d’auto-médicamenter votre animal, vous ne savez pas quelle maladie l’affecte, et surtout, ne lui donnez pas de médicaments prévus pour les humains ! Vous ne connaissez pas les effets secondaires qu’ils peuvent induire, ils ne sont de toute façon pas prévus pour la consommation animale.
Si le vétérinaire estime que la fièvre du chat est bénigne, il n’essayera même pas de la traiter. C’est une réaction naturelle, et il est inutile de gaver le chat de médicament si tout finira par rentrer dans l’ordre d’ici quelques jours.

Le suivi à long terme

Comme il a été expliqué plus haut, vous n’avez pas grande responsabilité lorsqu’il s’agit de fièvres, vous pouvez cependant préparer le terrain et aider à la détection rapide du symptôme. Certaines maladies sont repérables facilement, le chat pourrait avoir un bout de peau rougi, des abcès, du sang dans ses rejets (urine, excréments, mucus, etc.), éternuer à répétition ou respirer avec difficulté. Tous ces signes sont importants, et vous ne devez pas les manquer.
Si vous remarquez des troubles alimentaires, il ne faut pas s’inquiéter. Un chat peut tout à fait rester en bonne santé tout en ne mangeant pas durant 48 heures. Il n’en est pas de même pour l’eau, cependant ! Assurez-vous que votre félin soit toujours hydraté, surtout s’il vomit ou connaît quelques diarrhées !

Comment savoir si mon chat a de la fièvre

Alopecie chat : Que faire si on vit avec un chat qui perd ses poils

Alopecie du chat : Comment aider son chat qui perd ses poils ?

 

La perte accélérée des poils, communément appelée « alopécie », est un cas relativement commun chez les chats. La perte des poils peut être partielle ou totale, et les motifs peuvent être symétriques ou variés. Si les traitements sont limités, ils existent cependant, et sont prescrits en fonction des cas précis. Dans la majorités des cas, il est inutile de paniquer si vous constatez que votre chat perd ses poils. Il n’est là pas question de mue normale, mais bien de perte accélérée. Votre chat perd ses poils tous les jours, comme nous. C’est lorsque vous retrouvez de grosses boules régurgitées ou que vous voyez la peau de votre animal parmi son pelage que vous pouvez considérer qu’il est touché par l’alopécie. Chez l’Homme, on la retrouve très fréquemment chez les personnes devenant chauves !

 

La perte quotidienne est normale

 

Il est évident que la perte de poils est un acte normal chez le chat, chez le chien, et même chez l’Homme. Il est inutile de paniquer si vous retrouvez votre pull couvert de poils, c’est une plaie que vous devrez gérer de votre côté, le chat n’est pas en danger pour autant, il en produira et en perdra tout au long de sa vie ! Il faut bien faire la différence entre la mue et l’alopécie.
Quelques signes pourraient vous amener sur la bonne voie. Si vous remarquez que votre chat se gratte, se mord ou se lèche régulièrement, il pourrait y avoir un problème latent. Les toilettes trop fréquentes pourraient être un signe précurseur. Si votre animal passe la moitié de son temps éveillé à prendre soin de sa fourrure, il pourrait être gêné par un petit quelque chose.

 

Pourquoi cette perte de poils ?

 

Comme pour une majorité des symptômes, il existe de multiples raisons expliquant la perte de poils de votre chat. Elle est notamment remarquée chez les félins ayant été diagnostiqués d’un cancer, et peut être causée par des troubles nerveux (les toilettes trop fréquentes par exemple). Des déséquilibres hormonaux, comme des problèmes de thyroïde et des taux trop élevés de stéroïdes, peuvent faire tomber les poils de votre animal. Pour d’autres chats, ce sont des allergies qui sont en cause. Certains parasites peuvent également causer une alopécie plus ou moins sévère (la gale), tout comme plusieurs maladies fongiques (comme la dermatophytose). Enfin, il peut tout à fait s’agir d’un facteur héréditaire.
Le symptôme est simple : vous remarquerez une perte de poils anormale, et la peau des zones concernés pourrait soit apparaître normale, soit être rougie, avoir du relief, des croûtes, ou s’effriter.

 

Que faire ?

 

Au lieu de diagnostiquer votre chat vous-même, pensez à consulter l’avis d’un vétérinaire compétent. La plupart du temps, le diagnostique est rapide et réalisé à l’aide d’un simple prélèvement de sang. Il permettra de déterminer si l’alopécie est causée par un déséquilibre hormonal, lié ou non à la thyroïde. En complément, il est possible de réaliser des examens à l’aide de rayons X et d’ultrasons, afin, notamment, d’éliminer les suspicions de cancers ou d’anomalies dans les glandes surrénales. Dans le cas où un problème de peau est suspecté, une biopsie de peau pourrait être réalisée. Quels sont alors les traitements ?
♦ Si la perte de poils est due à un problème de peau, à un déséquilibre de la thyroïde, ou à un autre soucis hormonal, il existe divers traitements locaux et médicaments qui pourront aider votre chat.
♦ Si la perte de poils est due à un problème comportemental, divers exercices pourront être appris pour diminuer le problème.
Quelle qu’en soit la cause, les traitements pour l’alopécie sont plutôt limités. Il faudra surtout surveiller les habitudes de votre chat et vous assurer que la situation n’empire pas. Il n’y a rien à faire au niveau préventif. Sachez également que, dans certains rares cas, la perte de poils est liée à un problème du système immunitaire. Il est important de délivrer des informations complètes à votre vétérinaire, surtout concernant le régime alimentaire de votre chat, ses comportements, et son environnement.

 

Le cas environnemental

 

Il ne faut pas oublier que nos chats sont sensibles à leur environnement. Est-ce qu’il n’y aurait pas un produit ménager que vous utilisez qui pourrait être trop agressif pour votre animal ? Est-ce que votre chat ne serait pas stressé ou anxieux ? Lorsque votre animal est stressé, il a tendance à se lécher et à se gratter tout le temps. Cela concerne souvent son ventre, ses flans, et ses pattes. Les femelles nerveuses sont concernées par ce problème, il faudrait alors considérer un traitement à base d’anti-dépresseurs.

Alopecie chat, chat qui perd ses poils

Dangers et vertus des huiles essentielles pour le chat

 

Les huiles essentielles sont un sujet sensible dans le monde animal. Pour les gros chiens, par exemple, elles ne représentent pas vraiment un problème et peuvent être utilisées de manière régulière. Pour les plus petits animaux, les choses se compliquent et il faudra les utiliser avec parcimonie. Les chats font partie de ces animaux, évitez donc de jeter n’importe quelle huile sur sa peau, vous risqueriez bien de le blesser plus qu’autre chose. Voici quelques conseils qui vous seront utiles pendant vos courses et vos moments privilégiés avec votre félin.

 

Les huiles essentielles toxiques

 

Il est important de commencer par lister les huiles qui sont à absolument éviter. La seule odeur d’une huile peut blesser votre animal. Les chats ont des sens beaucoup plus développés que les nôtres, leurs nez sont donc plus sensibles et plus facilement agressés par des senteurs puissantes. Un produit qui peut sentir bon pour vous peut être une véritable torture pour votre chat. Si vous finissez par utiliser des produits senteurs, il est vital de garder un endroit qui n’est pas affecté par eux, comme cela votre chat peut s’y réfugier lorsqu’il est submergé par les odeurs. Voici les huiles à proscrire lorsque vous avez un chat :
– Cannelle
– Clou de girofle
– Thym
– Origan
– Pin
– Cajeput
– Citron
– Orange
– Lime
– Pamplemousse
– Sarriette
– Bergamote
– Mandarine
– Néroli
– Mandarine
– Cyprès
– Sapin
– Genévrier
– Bouleau
– TeaTree
– Épicéa
– Amande
– Boldo
– Ail
– Menthe poivrée
– Camphre
– Calamus
– Moutarde
– Raifort
– Cassia
– Chenopodium
– Tansy
– Sassafras

 

Les bonnes huiles essentielles

 

Lorsque vous faites vos courses, évitez au maximum les huiles synthétiques, très proches des parfums. Il faut au maximum vous orienter vers les huiles à 100% pures, la qualité sera bien plus haute, et les risques de blesser votre animal seront réduits au maximum. Une vraie huile essentielle est extraite de plantes vivantes et entretien une vraie relation avec la Nature, les autres sont plus du côté chimique et dilué. Vous pourrez vous-même les diluer plus tard, sans que la qualité n’en soit altérée. Les huiles moins agressives sont appelées « hydrosols », et peuvent être utilisées en combinaison. Voici quelques huiles indispensables pour votre chat :
– La lavande (Lavandula spp.), la rose de Damas (Rosa damascena), le pélargonium à forte odeur (Pelargonium graveolens) et le Bigaradier (Citrus aurantium) sont très bons pour calmer les nerfs de l’animal.
– Le souci officinal (Calendula officinalis) est exceptionnel pour le confort de votre chat.
– Le pois de senteur (Lathyrus odoratus) et l’achillée mille-feuille (Achillea millefolium) sont bons pour dynamiser votre félin.
– Le jasmin à grandes fleurs (Jasminum grandiflorum) aide à combattre la dépression.

 

Comment utiliser les huiles ?

 

Les chats peuvent bénéficier des bienfaits des huiles essentielles, il ne faut cependant pas les appliquer directement sur la peau de votre félin, cela risquerait de le rendre malade et de le troubler pendant de longs jours. C’est donc pour quoi il est bon d’opter pour les « hydrosols ». Ce sont des préparations sans alcool, qui se présentes sous forme liquide. En soit, ce sont des huiles essentielles diluées de manière à garder leurs valeurs thérapeutiques. Ce sont des produits sûrs qui peuvent être appliqués autour de l’environnement du chat, mais toujours pas sur sa peau ou sa fourrure directement ! Gardez également une pièce sans odeur afin qu’il puisse s’y réfugier. Vous pouvez même trouver dans certains magasins spécialisés ces hydrosols déjà préparés tout spécialement pour les chats. Il faut évidemment garder toutes vos huiles et vos hydrosols hors de la portée de votre animal, et empêchez-les d’en boire, d’en lécher ou d’en rajouter dans sa nourriture.

 

Pourquoi cette sensibilité aux huiles ?

 

On pourrait penser que les huiles sont toxiques si l’on ne peut pas en mettre directement sur un animal. Seulement, elles peuvent être utiles lors de blessures ou de maladies. Le chat est cependant un animal plus petit, et ne sont pas adaptés à un tel environnement. Il leur manque l’enzyme glucuronyl transferase dans leur organisme, ils ne peuvent alors pas éliminer les phénols et autres toxines naturelles contenues dans certaines plantes, qui sont inoffensives pour d’autres mammifères. Un humain éliminera ces toxines à travers son urine, par exemple. Le chat ne pourra même pas ingurgiter une seule aspirine. C’est pourquoi il faut être très prudent avec les huiles, si le chat est touché par quelques gouttes ou se retrouve obligé de rester dans cet environnement, il pourrait tomber très malade. Les hydrosols sont pour le moment la seule solution sûre, en attendant que des études scientifiques plus poussées soient réalisées.

Dangers et vertus des huiles essentielles pour le chat

1 2 3 4

Rechercher

+